Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

François Vannier

MINI au gaz GPL, interdite en France


Une proposition très intéressante à tous les niveaux, refusée au marché français.


Ou pourquoi la France privilégie les carburants polluants

MINI au gaz GPL, interdite en France
A partir de 14.400 € vous pourrez vous offrir une Mini toujours aussi snob mais bien plus économique : la Mini Ray GPL.

Toutefois, il vaut mieux que vous habitiez ailleurs qu'en France, où le politiquement voulu et très polluant diesel est largement préféré.
La Mini GPL consomme 7,1 L. de gaz liquéfié aux 100 km, soit 4 € aux 100 km, pour une émission de CO2 de 115 gr/km, c'est-à-dire 10 % en moins que la version "essence seule".
Naturellement, elle n'émet aucune pollution réelle (les particules fines restituées par combustion du mazout, qui sont émis par les moteurs de technologie Diesel).
De plus cette nouvelle version réduit les émissions de monoxyde de carbone, CO, de 30% et des hydrocarbures (HC) de 20%.
L'autonomie de la voiture est de 1.100 km, grâce aux deux réservoirs : 40 l. de super (750 km en cycle mixte) et 30 l. (24 effectifs) pour effectuer 340 km en GPL. Il va de soi que vous pouvez rouler constamment au GPL, dans les pays libres (de se laisser imposer le mazout ou pas), comme la Suède, les Pays-Bas, l'Italie, la Suisse..., où les pompes à GPL sont équitablement répandues.

Concernant tous les autres aspect, eh bien, c'est la Mini habituelle : sympa, conduite style "à la kart", confort convenable, finition de qualité.

Le gaz, en France, a été doublement sacrifié : premièrement (arrogamment) en imposant des normes d'homologation que tout le monde avait interdit ailleurs (d'où des explosions mortelles), et deuxièmement (complaisamment) afin de promouvoir le savoir-faire français en matière de mazout dans lequel avaient investi les marques, croyant avoir trouvé la panacée dans cette technologie qui en échange de quelques litres en moins pour le consommateur, s'avère en fait onéreuse (y compris à l'entretien) et très polluante (y compris à la production : plus de pièces, plus lourdes). Mais il fallait rentabiliser les investissements...

Nous répétons que pour une voiture (nous ne parlons pas ici de camionnettes ou camions) l'essence, ou mieux l'essence + le gaz, sont les meilleures solutions, et encore plus pour les petites voitures.
Dommage qu'en France le public ait été manipulé : ça vous prive, surtout vous Mesdames qui êtes souvent plus raisonnables, d'une belle et raisonnable opportunité de rouler intelligent.

Ou alors écrivez en masse à BMW France ! (qui sera tenté de vous fourguer une de ses chères diésel, sachez-le d'avance).

François Vannier - www.diabloto.info


22/10/2009




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

A bord du Yersin - 21/06/2015

1 2 3 4 5 » ... 6





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :