Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Jeanne Voisin
22/01/2015

Retour de Celso Albelo à l'Opéra de Monte-Carlo


On se souvient de sa brillante interprétation du rôle d'Elvino de la "Sonnambula" de Bellini, les dimanche 24 et mardi 26 février 2011 à l'Auditorium Rainier III. Il nous revient ce mois-ci avec celui d'Arnold du "Guillaume Tell" de Rossini à l'Opéra de Monte-Carlo.


Celso Albelo. Photo (c) Joan Tomàs
Celso Albelo. Photo (c) Joan Tomàs
Le ténor canarien est de retour en Principauté fort de l'expérience que lui ont apporté depuis lors davantage de rôles et de nombreuses interprétations à travers le monde. En 2013, c'était Jorge dans l'opéra "Marina" de l'Espagnol Emilio Arrieta au Teatro de La Zarzuela à Madrid. Puis son premier Alfredo de la Traviata, en Chine, ensuite le festival Rossini de Pasaro où il a interprété le rôle de Ruodi dans Guillaume Tell, il l'a même enregistré avec Antonio Pappano à la tête de l'Orchestre de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, pour ne citer que cela. Sans compter des concerts et de nouveaux rôles, dans "Lucia" ou "L'Elisir". En 2014, ce fut Roberto Devereux à Tenerife, Florence, Vienne et Berlin, et le retour à des œuvres telles que "Lucia", "L’Elisir", "La Sonnambula", "I Puritani", "La Traviata" ou "La fille du régiment". Il a terminé l'année au Palais des Arts de Valence avec le rôle de Javier dans la zarzuela "Luisa Fernanda" de Federico Moreno Torroba, avec Plácido Domingo.
Cette fois, c'est le rôle d'Arnold qu'il tient dans "Guillaume Tell" à l'Opéra de Monte-Carlo* et il n'hésite pas à dire que c'est un des plus difficiles du répertoire, très aigu, très long et qui exige une diction parfaite. L’œuvre est en français. C'est donc pour lui un défi. Mais il les a toujours aimés, pour lui les rôles difficiles son ceux qui permettent à l'artiste de se révéler et de progresser. Arnold donc, n'est pas un rôle facile mais la plus grande difficulté, c'est peut-être la tension qu'il faut maintenir jusqu'à l'air final. Il faut tout au long de l’œuvre conserver une forme physique et mentale sans faille. Puis, il y a un répit avant ce grand air, dont on pourrait penser qu'il est fait pour se reposer, il n'en est rien car il faut rester particulièrement concentré.
Le 31 janvier, Celso Albelo sera à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées pour la reprise de "Guillaume Tell", avec les mêmes interprètes. Puis, en mars, ce sera Modène et Parme pour "L’elisir d’amore" avant le Staatsoper de Vienne en avril, pour le rôle de Percy d'"Anna Bolena" avec Anna Netrebko. A Valence, il retrouvera en mai, celui de Nadir dans "Les pêcheurs de perles" de Bizet. En juillet, ce sera le Duc de Mantoue qu'il chantera au Festival du Sferisterio de Macerata, rôle dans lequel il avait triomphé à Monte-Carlo en 2011. Et ce n'est qu'un aperçu.


Une très belle carrière

A la question de savoir quand il a décidé de consacrer sa vie à l'opéra, Celso Albelo nous répond que ce fut le jour où il découvrit que la musique était tout pour lui, il décida alors de s'y consacrer corps et âme. Dans un premier temps, il avait pensé étudier l'histoire de l'art, son amour de la musique l'amena à faire partie de la Tuna universitaire, ce sont en Espagne des groupes d'étudiants qui donnent des sérénades de musique populaire et folklorique à travers les villes. Il lui est même arrivé de pousser la chansonnette dans les bars. En somme, une vie de bohème qu'il se rappelle avec quelque nostalgie maintenant que le succès est venu. Mais il se rendit bien vite compte que sa voix demandait tout autre chose et le monde de l'opéra commençait à l'attirer. Il entreprend des études musicales très poussées, puis il avoue avoir réuni ses économies et être parti pour l'Italie afin de s'inscrire à l'Accademia Verdiana auprès de Carlo Bergonzi.
En veine de confidences, il évoque pour nous le départ de sa carrière internationale qui a suivi. Elle demande évidemment beaucoup de sacrifices, éloignement de la famille, apprentissage des rôles ou souci constant d'éviter les excès de tous ordres, mais il y a tant de satisfactions que cela en vaut bien la peine…

Celso Albelo parle avec émotion de ceux qui l'ont aidé à devenir l'artiste qu'il est devenu, et particulièrement de Carlo Bergonzi, le grand ténor italien, décédé d'ailleurs le 25 juillet 2014 à Milan. Il lui a appris les secrets de la technique vocale. Deux autres personnes ont beaucoup compté pour lui, même s'il n'a pas suivi leur enseignement. Il s'agit du baryton Leo Nucci, qui l'écouta lors d'un concert de fin d'études et le recommanda à son agent, lequel est aujourd'hui encore celui de Celso. Et le chef d'orchestre Nello Santi, qui l'a auditionné dans "L’elisir d'amore" et lui a demandé s'il serait capable de chanter l’œuvre à Zurich. Et notre ténor de lui répondre alors qu'il se sentait capable de la chanter si le maestro l'y emmenait… Il y a de cela sept ans et l'on peut apprécier le résultat…

* Représentations à Monaco les 25 janvier à 15h et le 28 janvier 20h.


Par Jeanne Voisin (dernière modification le 23/01/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Qui est Theresa May? - 07/10/2016

Destin presque royal - 02/07/2016

1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :