Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

ACTUS DE HONGRIE


Un commissaire hongrois
Le passé le plus sombre ressurgit
Budapest a fait des émules
Un musicien qui ne laisse pas indifférent
Une exposition attendue


L'espace Léopold, le siège du Parlement européen à Bruxelles. Chambre principale du Parlement. © Alina Zienowicz
L'espace Léopold, le siège du Parlement européen à Bruxelles. Chambre principale du Parlement. © Alina Zienowicz
Le 9 février, le Parlement européen a investi la nouvelle Commission européenne par 488 voix contre 137 et 72 abstentions. Le Hongrois László Andor avait été auditionné le 13 janvier dernier. On ne peut pas dire que son intervention ait suscité un enthousiasme délirant, on lui a reproché ses réponses trop générales et son manque d'innovation, il a cependant été confirmé dans son rôle de Commissaire chargé de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Intégration. Il succède ainsi au Tchèque Vladimir Spidla à qui incombaient l'emploi, les affaires sociales et l'égalité des chances. Né le 3 juin 1966 à Zalaegerszeg, capitale du département de Zala, à l'ouest de la Hongrie. László Andor a fait des études de sciences économiques à Budapest avant de les poursuivre à Manchester où il a obtenu un master en 1993. Proche du parti socialiste, MSZP, il parle anglais et russe couramment. Il a occupé de nombreux postes politiques ou économiques et depuis 2005, il était membre du conseil d'administration de la BERD, Banque européenne pour la reconstruction et le développement. De brûlants dossiers l'attendent, l'emploi des jeunes ou le dialogue social européen notamment.

Le passé le plus sombre ressurgit


Une centaine de survivants et de descendants de victimes de l'Holocauste, dont la plupart résident en Israël, ont déposé devant un tribunal de Chicago, une plainte en recours collectif contre la MÁV, Magyar Államvasutak, la compagnie des chemins de fer hongrois. Ceci pour son rôle présumé dans le transport des juifs hongrois vers Auschwitz. Les plaignants demandent une indemnisation de 1,240 milliard de dollars qui corrspond pour eux à la valeur de ce qui leur a été volé au moment du départ ainsi qu'au préjudice subi. Ils accusent la MÁV d'avoir "fourni, en toute connaissance de cause, des trains destinés à déporter 437000 juifs vers le camp de concentration nazi d'Auschwitz" et de les avoir dépouillés. Et d'ajouter que "Sans les trains fournis par la société incriminée, des centaines de milliers de juifs n'auraient pas pu être transportés vers Auschwitz". La MÁV n'a pas encore réagi, elle précise qu'elle le fera "en accord avec les autorités hongroises après avoir obtenu le texte de la plainte". Quant aux plaignants, ils soutiennent que la justice des Etats-Unis est compétente dans cette affaire puisque la compagnie exerce des activités commerciales dans le pays.

Budapest a fait des émules

Shipping on the Clyde, 1881, de John Atkinson Grimshaw (6 septembre 1836 – 13 octobre 1893) Museo Thyssen-Bornemisza à Madrid ©
Shipping on the Clyde, 1881, de John Atkinson Grimshaw (6 septembre 1836 – 13 octobre 1893) Museo Thyssen-Bornemisza à Madrid ©
Depuis quelques mois, il existe dans la capitale hongroise un autobus amphibie qui permet de visiter la ville à travers les rues et au fil du Danube sans changer de véhicule. Depuis ces jours-ci, il a son homologue, Glasgow vient en effet de se doter du même mode de locomotion. Cet "Amfibus" devrait remplacer prochainement le ferry reliant Renfrew à Roker sur la Clyde. Cependant, au bout d'une heure d'essai, celui-ci a dû revenir au port à cause d'un problème technique sans grande gravité. Il devrait rapidement repartir. D'un coût de 800000€, il a été mis en service par Stagecoach société de transport britannique d'importance internationale, et peut transporter 50 personnes, à une vitesse de 95km/h sur route et de 8 noeuds sur l'eau.


Un musicien qui ne laisse pas indifférent

A travers quatre concerts, l'ambassade de Croatie en Hongrie, a entrepris depuis octobre dernier de faire connaître les huit symphonies du célèbre compositeur de Dubrovnik, Luka Sorkočević (13 janvier1734-11 septembre 1789). Au cours du troisième qui aura lieu le vendredi 12 février 2010 à 19h30, il sera possible de découvrir la 4e symphonie en fa majeur et la 5e symphonie en ré majeur du compositeur. Une occasion à ne pas manquer.
Vendredi 12 février 2010 à 19h30
4e symphonie en fa majeur et 5e symphonie en ré majeur, le programme sera complété par d'autres pièces
Académie hongroise des Sciences V. Roosevelt tér 9
Billets en vente aux endroits habituels ou tout simplement une heure avant le concert.

Une exposition attendue

Il y a quelques semaines, on apprenait que Pál Sárközy de Nagy-Bocsa exposerait à Paris, à l'espace Pierre-Cardin, dans le bas de l'avenue des Champs-Elysées, à partir du 24 avril, et qu'auparavant, il présenterait ses tableaux à Budapest. La nouvelle était exacte et l'exposition se tient actuellement à Budapest depuis le 8 et jusqu'au 26 à la Galerie Abigail, au Millenium Center, 19-21 Váci utca, dans le Ve arrondissement. On peut supposer qu'elle va attirer beaucoup de curieux.

11/02/2010




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :