Podcast Journal

Podcast Journal

 
Facebook
Twitter
YouTube
 

Jack l'Éventreur est-il enfin démasqué ?  23/03/2019

Tout le monde connaît Jack l'Éventreur, Jack the Ripper selon le pseudonyme qu’il s’était donné dans les lettres qu’il envoyait à la police.Tueur en série le plus célèbre du monde, ses crimes ont fait trembler Londres et plus particulièrement le quartier de Whitechapel à l’est de la capitale. Cinq meurtres sont imputables à Jack l'Éventreur, surtout des prostituées, entre août et novembre 1888. Périodiquement, on nous révèle que la véritable identité du tueur a été établie puis on en reste là.
Cette fois, il semble que la révélation soit plus crédible. Deux scientifiques britanniques, Jari Louhalainen de l’Université de Liverpool et David Miller de l’Université de Leeds qui travaillent sur cette question depuis 2007 pensent avoir découvert cette véritable identité, 130 ans après les faits grâce à de nouvelles preuves scientifiques. Le résultat de leurs recherches a été publié dans le Journal of Forensic Sciences. Les chercheurs ont analysé le châle retrouvé par les enquêteurs dans la nuit du 30 septembre 1888, sur le corps de Catherine Eddowes, la quatrième victime de Jack l'Éventreur. Des traces relevées sur ce châle, ils ont extrait l’ADN mitochondrial, celui hérité de la mère. Ils l’ont comparé à l'ADN prélevé sur les descendants vivants et connus, du principal suspect de l'époque, un certain Aaron Kosminski. Agé de 23 ans au moment des faits et relâché par Scotland Yard faute de preuves suffisantes, il était né dans la partie polonaise de l'empire russe et était arrivé à Londres en 1882 et s’était installé comme barbier à Whitechapel, il mourra en 1919 dans un asile d’aliénés. Quelques scientifiques contestent cependant ces résultats, pour eux l'authenticité du châle n’est pas avérée.
En 2014 déjà, on annonçait qu'Aaron Kosminski était Jack l'Éventreur après avoir analysé le fameux châle, mais cette révélation avait été critiquée et rejetée par des scientifiques…

Le petit écran s’empare de "Cent ans de solitude"  22/03/2019

On apprenait récemment que Netflix avait acquis les droits du célèbre roman de Gabriel García Márquez, prix Nobel de littérature 1982. C’est la première fois que la famille de l’écrivain colombien autorise une adaptation à l’écran du roman paru en mai 1967 à Buenos Aires chez Editorial Sudamericana et qui a été raduit en 46 langues et vendu à quelque 50 millions d’exemplaires. L’écrivain lui-même de son vivant, s’était opposé à tout projet d’adaptation, il voulait que le film soit en espagnol. Le succès de la série télévisée Narcos et le film Roma du Mexicain Alfonso Cuarón Orozco, oscarisé meilleur réalisateur, meilleure photographie et meilleur film en langue étrangère en 2019, a certainement été pour beaucoup dans ce revirement. Rodrigo García Barcha fils aîné de l’écrivain, pressenti comme producteur exécutif de la future série, a déclaré au New York Times "Netflix a été parmi les premiers à prouver que les gens sont plus disposés que jamais à voir des séries produites en langues étrangères sous-titrées".

Au théâtre des Muses de Monaco  22/03/2019

Il poursuit sa programmation avec "Chagrin pour soi", une comédie de 1h20 de Sophie Forte et Virginie Lemoine. Mise en scène de Virginie Lemoine avec Sophie Forte, William Mesguich, fils de Daniel, ou Pierre-Jean Cherer et Tchavdar Pentchev.
C’est l’histoire d’un chagrin, un chagrin d’amour évidemment. La vie de Pauline bascule subitement loesque son mari la quitte. Effondrée, elle voit un étrange personnage entrer dans sa vie, son chagrin. Il va devenir son plus fidèle compagnon et Pauline va prendre quantité d’initiatives plus ou moins farfelues pour tenter de se défaire de cette influence parasite.
Et si l’on en croit Anthéa Sogno, la dynamique directrice du théâtre des Muses "Délicatesse, talent et humour sont au rendez-vous de cette histoire vraie, racontée avec une habileté mature qui laisse également place aux effets enfantins de tous ces merveilleux comédiens pour nous faire vivre une expérience haute en couleurs, dont la poésie et la finesse sont toujours au service du rire et de l’émotion. Courez, c’est un régal"!

Vendredi 22 à 18h30 et 21h, samedi 23 à 20h30, dimanche 24 mars à 14h30 et 17h.

"Chagrin pour soi"

Théâtre des Muses
45 A, Boulevard du Jardin Exotique
98000 Monaco
http://www.theatredesmuses.com
Tél.: 00 377 97 98 10 93
Courriel: reservations@theatredesmuses.com

Gastronomie et art font bon ménage à Marseille  22/03/2019

Dans le cadre de Marseille Provence Gastronomie 2019, le musée Regards de Provence présente deux expositions consacrées à la gastronomie. "De la table au tableau", du 5 mars au 22 septembre prochain qui réunit 75 œuvres et "L’Art mange l’Art", du 21 mars au 13 octobre prochain qui comprend 110 œuvres contemporaines.
"De la table au tableau" se compose d’œuvres majeures de la collection de la Fondation Regards de Provence ainsi que de collections faisant la part belle à des oeuvres d’artistes des XIX et XX° siècles inspirées par la représentation de la nourriture, fruits, poissons et viandes et objets de la vie quotidienne.
"L’Art mange l'Art" est consacrée aux délices gastronomiques d’artistes contemporains, photographes, peintres, dessinateurs, sculpteurs, vidéastes. Elle permet en outre de réfléchir sur la société de consommation, l’industrie alimentaire et aussi leurs abus.

Il sera possible d’assister à quelques festivités autour de la gastronomie, en particulier le vendredi 22 mars entre 18 et 24h, jour du lancement de l’année de la gastronomie en Provence. Le programme se déroulera sur le toit-terrasse panoramique du musée. Tout d’abord visite des deux nouvelles expositions du musée "De la table au tableau" et "L’Art mange l‘art". Martin Mey viendra présenter son nouvel album en avant-première.
Les portes ouvriront à 18h pour que les participants puissent profiter du coucher de soleil. Le tout sera accompagné de cocktails maison, de bières artisanales de la Rade, de vins régionaux et de savoureux produits de saison cuisinés à la plancha par l'équipe du Festival du Poulpe.

En avril, il y aura des Ateliers d’art plastique, de 14h30 à 16h les dimanche 14, mercredi 17, samedi 20, dimanche 21, samedi 27 et dimanche 28. Ils seront animés par Frederika von Maltzahn plasticienne diplômée des Beaux-arts.

L’inscription est obligatoire 24h avant la date choisie sur info@museeregardsdeprovence.com ou au 04 96 17 40 40.



Musée Regards de Provence
Tél. : +33 4 96 17 40 40 / 45
www.museeregardsdeprovence.com
Avenue Vaudoyer
13002 Marseille
Ouverture du mardi au dimanche, de 10 à 18h.


Journée mondiale du théâtre à Monaco  22/03/2019

A Vienne, en 1961, durant le 9e Congrès mondial de l'Institut International du Théâtre est créée une Journée Mondiale du Théâtre à l’initiative du metteur en scène finlandais Arvi Kivimaa. Depuis 1962, chaque année, le 27 mars, date de l'ouverture de la saison 1962 du Théâtre des Nations à Paris, la Journée Mondiale du Théâtre est célébrée par les Centres Nationaux de l'IIT qui existent actuellement dans une centaine de pays.

Cette année encore, la Direction des Affaires culturelles de Monaco a chargé la Commission nationale monégasque pour l’UNESCO et le Théâtre Princesse Grace de célébrer cette Journée mondiale du Théâtre à Monaco. 
Plusieurs compagnies de théâtre de la Principauté ont répondu à cette invitation et se réuniront le mercredi 27 mars 2019, à 20h, au Théâtre Princesse Grace, pour une soirée placée sous le signe des arts de la scène et de la promotion du dialogue et de la paix entre les peuples.
Il s’agit de La Compagnie Florestan, La Compagnie Athéna, Les Farfadets, L’Antithéâtre, Monaco Art et Scène Compagnie M.A.S.C. et Studio de Monaco.

Au programme:

L’Antithéâtre: Tournage d’un film publicitaire de Philippe Bouvard. Mise en scène d’Anthéa Sogno

La Compagnie Athéna: Extrait de La Voix humaine de Jean Cocteau. Mise en scène de Gus

La Compagnie Florestan: Extrait de La porte d’à côté de Fabrice Roger-Lacan. Mise en scène de Danielle Daumerie

Monaco Art et Scène : Compagnie M.A.S.C. : Amour… Humour, L’homme de ma vie de Sophie Forte et Yves Carlevaris. Mise en scène de Génia Carlevaris

Les Farfadets: Extrait de la Création Danse-Poésie Amor di Dona sur une idée de Sophie Cossu et Grazia Soffici. Création et mise en scène de Sophie Cossu

Studio de Monaco: Extrait de Chronique d’une rupture de Xavier Durringer. Mise en scène de Peggy Semeria

Théâtre Princesse Grace
12, avenue d’Ostende, Monaco
Tél. : +377 93 25 32 27
Renseignements - Commission nationale monégasque pour l’UNESCO : Tél. +377 98 98 83 03

Maison de poupées  22/03/2019

C’est en quoi se transformera le Nouveau Musée National de Monaco jeudi 28 mars à 18h30 quand aura lieu la rencontre avec l'équipe de conservation - restauration. Laquelle est chargée des collections de poupées, elle est composée notamment du conservateur en chef du NMNM et de la chargée de conservation préventive, de deux conservateurs-restaurateurs spécialisés et d’une technicienne de conservation. C’est l’occasion à ne pas manquer de (re)découvrir cette magnifique collection et les différente missions de l’équipe.

Le NMNM abrite une importante collection de poupées anciennes, réunie par Madeleine de Galéa tout au long de sa vie, puis léguée après sa mort survenue en 1956, à la Principauté de Monaco par son petit-fils, Christian de Galéa. Cette collection représente de une véritable histoire du jouet et de ses évolutions. Elle est surtout composée de poupées des XIXe et XXe siècles, en bois, en composition, en porcelaine, cire, cuir, chiffon ; de style allemand ou Renaissance ; habillées ou nues ; provenant de chez les grands faiseurs François Gaultier, Jumeau, Montanary, Bru, Huret, S.F.B.J., Thuillier par exemple. Elle s’est enrichie au fil des années, notamment grâce à des dons, de poupées plus récentes, telles que des poupées Clodrey, Bella, Barbie, Peynet, composées de matières plastiques, mais aussi des poupées de tissu fabriquées par Gisèle Tissier dans les années 1920.
La collection de Madeleine de Galéa a été exposée à la Villa Sauber, Musée National de Monaco, de 1972 à 2008, puis conservée dans les réserves, ceci afin de libérer de l’espace pour les autres expositions. Les poupées reprennent aujourd’hui leurs droits à la Villa Sauber pour quelques semaines.

Madeleine de Galéa qui était née à la Réunion en 1874 est venue très tôt vivre à Paris avec sa mère. Elle possédait déjà une fort belle collection de poupées qui s’enrichira au fil du temps des nombreux cadeaux qu’on lui faisait. Après son mariage avec le jeune diplomate Edmond de Galéa, Madeleine côtoie la vie artistique de la fin du XIXe siècle. Renoir la peindra en 1912 "Madeleine de Galéa à la méridienne". Elle était particulièrement liée avec un de ses amis d’enfance de la Réunion venu étudier à Paris, le célèbre Ambroise Vollard, galeriste, éditeur et écrivain qui révéla notamment Cézanne, Gauguin ou Matisse, Devenue veuve très tôt, Madeleine éleva seule son fils puis plus tard son petit-fils Christian orphelin de mère. Ce dernier fut un brillant joueur de tennis pour lequel elle créa la "coupe de Galéa" destinée à encourager les jeunes joueurs.

Jeudi 28 mars, 18h30
Villa Sauber NMNM
17 avenue Princesse Grace
98000 Monaco
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles


Concerts d'été au Palais Princier de Monaco  21/03/2019

Cette année, les Concerts d’été au Palais Princier célèbrent leur 60e anniversaire. Pour leur première saison en1959, S.A.S. le prince Rainier III reprenait et modernisait une ancienne tradition. Quatre concerts étaient au programme, les 19, 22, 25 et 29 août de cette année-là. Le grand chef Paul Paray dirigeait la première soirée à la tête de l’Orchestre National de l’Opéra de Monte-Carlo comme s’appelait alors l’actuel Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, avec des œuvres de Mozart, Beethoven, Brahms, Strauss. On pouvait y entendre deux célèbres solistes, le violoniste Arthur Grumiaux et le violoncelliste Maurice Gendron. LL.AA.SS. le Prince Souverain et la Princesse assistaient à ce concert depuis le balcon des Grands Appartements.
Au cours de ces soixante ans, des œuvres y furent même créées, telles par exemple "Élégie à la mémoire de S.A.S. le Prince Pierre de Monaco" d’Ernesto Halffter le 27 juillet 1966, sous la direction de Wolfgang Sawallisch, "Le Songe de Jacob" de Krzysztof Penderecki, le 14 août 1974, sous la direction de Stanislaw Skrowaczewski. Ou bien encore le 14 juillet 1993, "Monaco Fanfares, pour instruments à vent et batterie" de Lorin Maazel sous la direction du compositeur. Le 16 juillet 1997, c'était l’œuvre de Benjamin Lees "Constellations" sous la direction de James DePreist, et le 20 juillet 1997, la cantate "A Sainte Dévote, patronne de Monaco, martyre et bienheureuse" de Marcel Landowski, sous la direction de Jean-Claude Casadesus.

Cette année comme toujours, les concerts auront lieu dans la Cour d'Honneur, les 18 . 21 . 25 . 28 juillet et 4, 8 août à 21h30. Pour cette série de 6 concerts, chefs et solistes prestigieux se succèderont pour ces moments magiques. Les chefs Kazuki Yamada, Gianluigi Gelmetti, Lawrence Foster, Alain Altinoglu, Tomáš Netopil, Alexander Vedernikov, les pianistes Nikolai Lugansky, Nelson Freire, Szymon Nehring, Gerhard Oppitz, le violoniste Josef Špaček et la mezzo-soprano Nora Gubisch.
Au programme, citons Ravel, Dvořák, Mozart, Borodine, Rachmaninov, Beethoven, Penderecki, Chopin, Tchaikovsky, Rossini entre autres...

Concerts d'été dans la Cour d'honneur du Palais princier www.opmc.mc

+377 98 06 28 28
La billetterie est ouverte depuis le mardi 19 mars.
Tenue de ville exigée, veste et cravate. 

Deux concerts à l’Auditorium Rainier III de Monaco  20/03/2019

Dans le cadre du Festival Printemps des Arts de Monte-Carlo, les samedi 23 mars et dimanche 7 avril.
Samedi 23 mars à 20h30 avec l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Michal Nesterowicz et le pianiste Philippe Bianconi.

Au programme:
Ouverture d'Athalie de Mendelssohn
Concerto pour piano n°1de Brahms
Ouverture de Ruy Blas deMendelssohn   
Concerto pour piano n°2 de Brahms   

Dimanche 7 avril à18h avec le violoniste et le violoncelliste Jean-Guihen Queyras accompagnés par l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo placé sous la direction de Kazuki Yamada.

Au programme:
Concerto pour violon et violoncelle, Symphonie n°3 de Brahms.

Auditorium Rainier III
boulevard Louis II
98000 Mónaco
www.opmc.mc
 www.printempsdesarts.mc 
Réservations: 
+377 98 06 28 28

www.montecarloticket.com

 
 

Toujours au Théâtre des Muses  14/03/2019

Il propose du 11 au 17 mars deux spectacles pour adultes, adolescents et pré-adolescents.

"Illusions nocturnes" présenté par une troupe talentueuse qui nous entraine pendant 1h25 dans ce qui peut être considéré presque comme un comédie musicale. De Pascal Lacost. Mise en scène de Juliette Moltès. Avec Iliès Bella, Yoann Berger, Lucile Bodin, Pascal Lacoste, Mélodie Molinaro et Benjamin Thomas.
Paris, 1939. Un artiste visionnaire revenu de Broadway rachète une ancienne imprimerie pour y créer le cabaret du siècle. Animé par l’ambition et l’amour de la scène mais sans l’argent nécessaire, il s’entoure d’une jeune et jolie serveuse ancienne prostituée, d’un éclairagiste poète, d’un peintre révolutionnaire et d’une jeune Polonaise chanteuse des rues qu’il engage pour assurer le spectacle.Tous évoluent dans un climat d’entre-deux-guerres et vont se reconnaître dans leur objectif commun, la création du cabaret "Les Mandragores", endroit qui offrira chaque soir fête et joie.
Jeudi 14 mars à 20h30, vendredi 15 et samedi 16 à 21h et dimanche 17 à 16h30.

"Pyrénées ou le voyage de l'été 1843" c’est la possibilité de partir en voyage, aux cotés de Victor Hugo. Avouez que c’est une occasion qui ne se refuse pas! Et ceci grâce à Julien Rochefort, le fils du regretté Jean. Prenez vite votre billet pour ce voyage de 1h10 durant l’été 1843. Adaptation et mise en scène de Sylvie  Blotnikas. Julien Rochefort fait revivre le poète, âgé de 41 ans lors de ce voyage de deux mois, de Biarritz à Oléron, en passant par l’Espagne et les Pyrénées. C’est l’occasion pour Hugo, de découvrir et de s’émerveiller, mais aussi de plonger dans son passé et de retrouver ses impressions d’enfance. Julien Rochefort aime passionnément ce génie engagé et rêvait de faire entendre ce texte d’une grande beauté.

Vendredi 15 mars et samedi 16 mars à 19h  et dimanche 17 mars à 14h30,


LE THEATRE DES MUSES
45 A, Boulevard du Jardin Exotique
98 000 Monaco
Tél: 00377 97 98 10 93
reservations@theatredesmuses.com

Festival du Film de Comédie de Monte-Carlo  06/03/2019

 Sandra Milo durant la conférence de presse (c) C. Dehalle
Sa 16e édition, sous le haut patronage de S.A.S. Albert II, s’est ouverte le 4 mars et se terminera le 9 avec la traditionnelle remise des prix et la soirée de gala présentée par Ezio Greggio aux côtés de Juliana Moreira et retransmise sur la chaîne italienne de télévision Canale 5. Ce Festival a été créé par Ezio Greggio en 2001 avec Mario Monicelli et il en est aussi le directeur. Cette année, c’est le réalisateur serbe Emir Kusturica qui préside le jury, composé de l'actrice française Mathilda May, Prix César du Meilleur jeune espoir féminin pour le film "Le cri du hibou" de Claude Chabrol et Sandra Milo, star du cinéma des années 60 et muse de Federico Fellini, personne n’a oublié Juliette des esprits ni Huit et demi… Le scénariste et réalisateur italien Edoardo Leo, fait aussi partie de ce jury. Leur conférence de presse avait lieu lundi 4 mars à l’hôtel Fairmont.
Cet unique festival dédié à la comédie et dont le but est d’assurer la promotion et la diffusion de ce genre sous ses différentes formes, se tient au Grimaldi Forum. Outre les projections de films de diverses nationalités, il y aura des rencontres et une grande nouveauté cette année, une masterclass. "Comestible Talks: la comédie d'hier contre la comédie d'aujourd'hui" se tiendra le vendredi 8 mars avec entre autres Ezio Greggio et Emir Kusturica, le réalisateur, scénariste et acteur Carlo Verdone, le réalisateur et scénariste Paolo Genovese ainsi que Salvatore Esposito, acteur et protagoniste de la célèbre série télévisée "Gomorra".
Un rendez-vous fort attendu et à ne pas manquer sera l'hommage à Sandra Milo le jeudi 7 mars à 18h30, avec la projection hors compétition du film "Salvatrice. Sandra Milo si racconta", de Giorgia Wûrth. En une heure, la réalisatrice italienne suit l’actrice qui se raconte, depuis sa naissance à Tunis le 11 mars 1933, sa longue carrière avec les plus célèbres metteurs en scène dont notamment Antonio Pietrangeli, Jean Renoir; Jacques Becker, Claude Autant-Lara, Roberto Rossellini, Molinaro, Sautet,

Le lundi 4 mars en soirée, on a pu assister à la projection du film de 87 min hors compétition "Rebelles" d’Allan Mauduit. Cela commence par l’embauche de Sandra, Cécile de France, dans la conserverie La belle mer, elle place des harengs dans leur boîte et est exposée au harcèlement de son chef… Si on est tenté un instant de penser que c’est une chronique de plus sur la France périphérique victime des élites déconnectées, on comprend très vite qu’il n’en est rien. L’irrésistible scène du parcours des harengs sur les rythmes endiablés de la Danse macabre de Saint-Saëns nous indique déjà que l’on va passer à un tout autre registre… Le trio Cécile de France, Yolande Moreau et Audrey Lamy fonctionne à la perfection, et si les personnages qu’incarnent les deux dernières sont moins flamboyants que celui de la première, ils se rachètent si l’on peut dire, par leur brutalité et leur manque total de morale toujours à propos. Tout finira bien après une série d’épreuves terribles, grand-guignolesques et comiques à la fois… Sortie en France le 13 mars 2019.

Le mardi 5 mars à 11h, c’était la projection en avant-première mondiale du film de 100 min de Rémi Bezançon "Le mystère d'Henri Pick" avec Camille Cottin, Alice Isaaz et Fabrice Lucchini. Inspiré du roman éponyme de David Foenkinos paru en 2016. Lucchini, critique littéraire et animateur d’une émission littéraire télévisée se mue en détective pour retrouver le véritable auteur d’un roman à succès qui lui semble suspect. Il serait l’oeuvre d’un pizzaïolo breton décédé qui selon les dires de sa veuve ne lisait jamais et n’écrivait que des listes de courses… Avant d’arriver à la solution de l’énigme, on voyage de Paris à Crozon, on explore cette bien jolie localité et on fréquente les coulisses de l’édition. De bien agréables moments pour qui aime les livres et une intrigue quasi policière. Le film sort en France le 6 mars.

Notons encore et toujours salle Camille Blanc du Grimaldi Forum:
The story of a summer lover film romano-bulgare de Paul Negoescu le 5 mars à 15h30
Emma Peeters, film belgo-canadien de Nicole Palo, le 5 mars à 19h45
Juliet, naked, film américain de Jesse Peretz, le 6 mars à 11h
Bad poems, film franco-hongrois de Gábor Reisz, le 6 mars à 15h30
Superlopez, film espagnol de Javier Ruiz Caldera, le 6 mars à 19h45
Tel Aviv on fire, film franco-belgo-israelo-luxembourgeois de Sameh Nashif, le 7 mars à 11h
An unexpected love, film hispano-argentin de Juan Vera, le 7 mars à 15h30
Salvatrice. Sandra Milo si racconta, film italien de Giorgia Wûrth, le 8 mars à 18h30

1 2 3 4 5 » ... 119





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Facebook