Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast

Podcast Journal

 
Facebook
Twitter
 

Nice se rappelle l’été 1944  27/08/2020

Le président de la República de Nissa, Cristòu Daurore, et le président de la Republica Federala Occitana, Ciril Joanin, invitent leurs compatriotes à observer une minute de silence ce vendredi 28 août à 12h. En hommage aux femmes et aux hommes qui ont participé à la Libération de Nissa de l'occupation nazie le 28 août 1944. Il y a 76 ans. Les deux hommes pensent qu'il est important de garder dans la mémoire collective ceux qui ont eu le courage de se prendre en main sans attendre l'armée des alliés.
Ce jour-là, 34 d'entre eux y ont perdu la vie et il y eut plus de 280 blessés. A ces victimes, il faut ajouter les bombardements alliés du 26 mai 44 qui fit 300 victimes et des centaines de blessés, Séraphin Torrin et Ange Grassi qui ont été pendus le 7 juillet par les Allemands, aux réverbères des arcades de l’actuelle avenue Jean Médecin, les fusillés du quartier de l'Ariane le 22 juillet et le 15 août, 25 personnes, 23 résistants et deux collaborateurs. Héroïsme de la population de Nice qu’a souligné le général de Gaulle de passage dans la ville le 9 avril 1945. Place Masséna il a déclaré "Nice, le 28 août 1944, par l'héroïque sacrifice de ses enfants, s'est libérée de l'occupant. Nice libérée, Nice fière, Nice glorieuse!".

La Republica Federala Occitana s'associe également à cet hommage à Nissa, il est rappelé que ses représentants se sont déplacés à Tulle le 31 juillet 2014 afin d'honorer les 99 victimes pendues par les nazis. Le 1er août 2014, le maire d'Oradour-sur-Glane représenté par le conseiller municipal Michel Pailler, a souhaité s'associer à cet hommage en Limousin aux 642 victimes des nazis. Enfin le 17 août 2014 , un hommage a été rendu à Toulon au débarquement des troupes alliées.
 

Une grande figure ruthénoise s’est éteinte  21/08/2020

Aujourd’hui à partir de 17h30, Ben Vautier rendra hommage à Renat Duran qui nous a quittés subitement dimanche 16 août à l’âge de 78 ans. La cérémonie se déroulera au Labo 132, bd de Cessole à Nissa. Il dévoilera l’abondante correspondance, plus de 200 lettres, qu'il a entretenue avec son ami défunt. Les deux hommes ont eu en commun d'être ethnistes, occitanistes, nationalistes. Ils étaient disciples de François Fontan, fondateur du Parti de la Nation Occitane à Nissa en 1959. La Republica Federala Occitana et la República de Nissa se joignent à cet hommage et présentent leurs condoléances à la famille et à toutes celles et tous ceux qui étaient chers à Renat Duran. A cette occasion, Ben offrira le "verre de l'amitié" .

Joan-Pèire Alari, coprésident du Parti de la Nation Occitane a rappelé l’itinéraire de cet enfant des quartiers populaires de Rodez qui dès sa plus tendre enfance a baigné dans la langue occitane et a eu un parcours atypique après avoir quitté très tôt l’école. Il vit un certain temps à Paris puis choisit par conviction anti-centraliste de revenir vivre dans sa ville natale.
Anticolonialiste et insoumis par essence, il entra dans la clandestinité pendant la guerre d’Algérie au moment où le fondateur du Parti Nationaliste Occitan, François Fontan, partisan de l’indépendance de l’Algérie, était emprisonné comme porteur de valises du FLN algérien puis contraint à l’exil dans les Vallées occitanes de l’État italien. C’est donc tout logiquement que Renat Duran fit venir François Fontan à Rodez, adhéra au PNO et y milita jusqu’à sa mort. Ouvrier agricole, correspondant de presse, artiste, assistant d’artiste, poète, journaliste engagé auprès des paysans du Larzac, auteur, conférencier, musicien, chanteur dans le groupe de rock occitan Novel Optic, philosophe situationniste, c’était avant tout un militant politique et culturel, notamment sur le Larzac en 1973.
Le festival l’Estivada, créé en 1995 à l'initiative de la ville de Rodez, où la revue lo Lugarn, organe du PNO a un stand tous les ans ainsi que la célébration du 50e puis du 60e anniversaire de la fondation du PNO, ont donné à nos instances l’occasion de rencontrer Renat Duran chez lui. Il nous organisait aussi dans le cadre de l’Estivada off des débats enrichissants. Outre ses multiples talents, sa personnalité était attachante et sa bonne humeur inébranlable. Pour nous, il était plus qu’un compagnon de lutte, c’était un véritable ami au sens fort du terme, un frère et nous pleurons tous sa disparition.
Le Parti de la Nation Occitane en deuil présente ses condoléances attristées à sa veuve et à toute sa famille. Adieu, amic Renat. T’oblidarem pas…

Pas d’acquéreur pour un manuscrit original de Sherlock Holmes  24/07/2020

La maison Sotheby's de New York mettait en vente ces jours derniers plusieurs pièces dont une missive d’Albert Einstein sur l’existence de Dieu, une lettre manuscrite signée par Benjamin Franklin, John Adams et Thomas Jefferson établissant des relations diplomatiques avec la Sicile, une édition anglaise de luxe de Harry Potter and the Philosopher's Stone de J.K. Rowling et des documents retraçant l’histoire afro-américaine, du XVIIIe au XXe siècle. Mais aussi un texte original, signé d’Arthur Conan Doyle, mettant naturellement en scène son célèbre détective. Cette nouvelle de 1893 "L’Interprète grec" ou "The Adventure of the Greek Interpreter" dans sa version originale, comporte 34 pages, elle est estimée entre 350.000 et 450.000 $. Le texte était connu depuis septembre 1893 quand son existence avait été évoquée dans la revue britannique The Strand Magazine, avant sa publication dans le recueil "Les Mémoires de Sherlock Holmes", "The Memoirs of Sherlock Holmes", l’année suivante. Conan Doyle aurait lui-même placé ce texte parmi ses 19 histoires préférées de Sherlock Holmes. Pour Sotheby’s, la moitié seulement des manuscrits originaux existerait. Actuellement on trouve certains d’entre eux à Harvard, à la Rosenbach Library de Philadelphie, au British Museum, à la Bibliotheca Bodmeriana de Cologny près de Genève et à la Huntington Library à San Marino dans le comté de de Los Angeles.
Ce manuscrit présente un caractère exceptionnel, c’est en effet dans ce texte que sont découverts l'existence de Mycroft, frère aîné du célèbre détective, ainsi que le club Diogène, "le club le plus étrange de Londres" composé de voyous. Malgré cela, le manuscrit n’a pas trouvé preneur et à moins d'une proposition d'après-vente aux enchères, le manuscrit de Conan Doyle retournera chez son propriétaire, le bibliophile américain Éric C. Caren.

Un mausolée bien rénové à Budapest  23/07/2020

La tombe de Gül Baba a reçu ces jours-ci deux prix d’excellence, un prix d’or dans la catégorie Infrastructure publique et un prix d’argent dans la catégorie Patrimoine. ils ont été remis dans le cadre la FIABCI, Fédération internationale de l’immobilier, laquelle est chargée d’évaluer les meilleurs projets dans le monde entier. Ce monument de Budapest a été entièrement rénové en 2018 grâce à la coopération des gouvernements turc et hongrois. Et c'est cette rénovation remarquable qui a été récompensée. Pour le jury de la FIABCI qui a évalué le prix d’excellence, "Le projet n’a pas seulement renouvelé la tombe elle-même et son voisinage immédiat… L’ensemble du complexe a fait peau neuve et a contribué au renouvellement des rues environnantes, qui étaient largement négligées par le passé".
Et à propos de ces prix, le Turc Adnan Polat, président de la Fondation pour la protection du patrimoine de la tombe de Gül Baba, a déclaré: "Nous sommes très fiers et honorés que la tombe de Gül Baba ait remporté deux prix au en même temps sur une plateforme internationale aussi importante".

Les voyageurs en Hongrie qui explorent les vieux quartiers de Buda ne manquent pas d’aller voir la tombe de Gül Baba. C’est la sépulture de ce derviche ottoman de la secte soufi des bektachis et poète qui participa à la prise de Buda en 1541. Il décéda quelques jours plus tard. Cafer fut surnommé Gül Baba à cause d’une fleur qui ornait son bonnet, il a aussi donné son nom à la Rózsadomb, "colline des roses” voisine. Ce mausolée est un lieu de pèlerinage pour les musulmans, principalement les Turcs. Gül Baba inspira au compositeur hongrois Jenő Huszka, (Szeged 24 avril 1875 – Budapest 21 février 196), une opérette en trois actes sur un livret de Ferenc Marton. Elle fut créée le 9 décembre 1905 au Király Színház de Pest. Ce théâtre, sis 71 Király utca, avait ouvert ses portes le 6 novembre 1903 et les ferma en 1936 avant d'être détruit.

Une danseuse qui savait aussi chanter  18/07/2020

"Madame Valentine Petit a la profonde tristesse d'annoncer le décès de sa mère, Madame Zizi Jeanmaire survenu le 17 juillet 2020. [Elle] s'est éteinte paisiblement à son domicile en Suisse". Exactement à Tolochenaz, au bord du Lac Léman, dans le canton de Vaud. C’est en ces termes que la fille du chorégraphe Roland Petit décédé en 2011, annonce la mort à 96 ans de celle qui fut sa muse, son interprète et sa compagne.

La carrière de Zizi Jeanmaire reste en effet étroitement liée à celle de Roland Petit. Elle était née Renée Jeanmaire le 29 avril 1924 à Paris, il avait le même âge et ils s’étaient rencontrés la première fois en novembre 1933 à l’école de danse de l’Opéra de Paris qu’elle quitte brutalement à 19 ans. "On rêvait d’aller voir le monde… J’avais envie de gloire, d’être reconnue avec autre chose que Giselle". Et c’est ce qu’elle réalisa, aux confins de la danse classique, du music-hall et de la chanson.

Roland Petit qui sera son mari en 1954 fonde la compagnie des Ballets de Paris où Zizi sera Carmen, en 1949, une Carmen aux cheveux à la garçonne qu’elle mènera de Paris à Londres, et à Broadway. En 1950, elle sera "La Croqueuse de diamants", dans un genre alors nouveau mêlant ballet et chansons. Elle travaille à Hollywood et à New York. Dans les années 50, on la voit dans des films où il est question de danse "Hans Christian Andersen et la danseuse" de Charles Vidor, "Folies-Bergère" et "Charmants garçons" d’Henri Decoin ou "Guinguette" de Jean Delannoy.

C’est à l’Alhambra en 1961 qu’elle chante un texte qui la rendra à jamais célèbre «Mon truc en plumes», elle y arborera des costumes d'Yves Saint Laurent. Et elle en dira "C’est un superbe numéro de music-hall que j’ai présenté dans le monde entier et qui est probablement l’un des plus beaux du genre". A partir du 6 décembre 1965 et pour des mois, elle sera La môme Crevette de "La dame de chez Maxim" de Georges Feydeau au Théâtre du Palais-Royal.

En 1966, Zizi Jeanmaire interprète "Le Jeune Homme et la Mort" aux côtés de Rudolf Noureev. Et ce sont des revues éblouissantes "La Revue" et" Zizi je t’aime" au Casino de Paris. "Descendre l'escalier avec un manteau de plumes, c'est une espèce de panache, de triomphe" dira-telle.

A plus de 85 ans, elle confessait que l’Opéra de Paris était son "port d’attache" et elle ajoutait "Je connais tous les danseurs, tout ce qui s’y passe. Et je continue à vivre, maintenant que je ne monte plus sur scène, à travers ça". Aussi l’annonce de sa mort a-t-elle suscité une grande émotion dans le monde de la danse. Manuel Legris, ancien danseur étoile de l’Opéra de Paris écrit sur Instagram "Une femme et une artiste exceptionnelle nous quitte. Zizi Jeanmaire restera à jamais dans nos mémoires, unique et inimitable. Zizi on t’aime".

Le cinéma UGC George-V ferme définitivement  08/06/2020

Comme tous les cinémas de France, il était fermé depuis le 15 mars dernier pour cause de confinement, mais lui ne rouvrira pas le 22 juin. L’assureur Groupama, propriétaire des murs, n'a pas souhaité renouveler le bail et compterait transformer ce cinéma créé en 1938, en hôtel de luxe. En effet, il considère qu’il occupe trop de place pour un loyer jugé insuffisant, C’est ce que pensent en général les propriétaires de salles de cinéma dans ce quartier. On s’en doute, l’immobilier sur les Champs-Elysées atteint des sommets. C’est ce qui explique cette nouvelle fermeture d'un cinéma sur les Champs-Élysées.

Créé en 1938, appelé d'abord Les Protiques, il est devenu George-V dans les années 1950. Il devait déjà fermer en 1990 mais a été racheté par UGC en 1993. Actuellement, il disposait de 11 salles et 1710 fauteuils. Pour les exploitants de salles, la situation est elle aussi assez compliquée, il y a de moins en moins d'habitants dans ce quartier et c’est catastrophique pour un commerce de proximité comme l’est un cinéma. On apprend que dans certains cinémas de la célèbre avenue, la fréquentation a baissé de 50% en quinze ans. Ce qui rapporte ce sont les boutiques, les hôtels et les cafés fréquentés par les touristes. À une époque où le cinéma allait mieux dans le quartier, on comptait une quarantaine de salles ainsi que nous l’apprend une carte réalisée par l'association Paris-Louxor. En général, ceux qui ont disparu ont été remplacés par des supermarchés, des garages, des magasins de vêtements ou d’optique et des restaurants par exemple. Dans le nouveau projet, il est également question d’inclure un nouveau cinéma implanté par Mk2, l'empire cinématographique fondé par Marin Karmitz en 1974. Huit salles et 1010 fauteuils. Le complexe devrait ouvrir début 2024.

La transhumance reconnue à sa juste valeur  08/06/2020

Les bergers qui partent chaque été avec leurs brebis pour les pâturages des hauteurs des Causses et des Cévennes peuvent être satisfaits. Le 2 juin, la transhumance a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Tout avait commencé le 15 septembre 2018 quand les bergers de 13 pays d’Europe s’étaient réunis à Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées atlantiques, lors de la Semaine européenne des races locales des massifs organisée dans la ville. Sous le nom de "Réseau européen des bergers", quelques-uns avaient décidé de porter le projet de faire admettre la transhumance au patrimoine immatériel de l’Unesco. Le dossier est déposé en mars 2019 par les six massifs français, Massif Central, Pyrénées, Alpes, Vosges, Jura et Corse. Un comité d’experts a validé le classement de la transhumance au patrimoine national culturel et immatériel français. Il a donc été accepté et c’est l’essentiel. Comme l’avaient déjà été l’Italie, l’Autriche et la Grèce en 2019, Une première étape est donc franchie, la France va pouvoir déposer une candidature internationale commune avec d’autres pays européens, notamment l’Espagne, l’Albanie, la Croatie et la Roumanie. Le Coram, Collectif des races locales de massif, s’est félicité "Cette reconnaissance accordée à présent de la transhumance pour les valeurs universelles qu’elle génère, elle la doit à tous les transhumants et pastoraux en général qui nous ont précédés, à tous les acteurs publics ou privés qui aujourd’hui l’enrichissent avant d’en assurer la transmission aux générations futures".
La transhumance a été reconnue pour plusieurs raisons, modes de conduite des troupeaux transhumants, modes d’élevage et pratiques de gestion pastorale en altitude.
La transhumance, ça concerne chaque année 20.000 brebis en Causses et Cévennes une vingtaine d'estives collectives sont recensées. Avec trois gros points de rassemblement : le Mont Aigoual, le Mont Lozère et le massif du Bougès.
L'estive est la période de l’année où les troupeaux sont sur les pâturages de montagne

Un président venu de Nouvelle-Calédonie  03/06/2020

Sur proposition du ministre de la Culture, lors du conseil des ministres du mercredi 27 mai, Emmanuel Kasarhérou était nommé président de l’Établissement public du musée du quai Branly, MQB. Appelé parfois musée des Arts et Civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques, il a été inauguré le 20 juin 2006. C’est l’oeuvre, à deux pas de la Tour Eiffel, de jean Nouvel. Emmanuel Kasarhérou, premier Kanak à diriger un grand musée, succède ainsi à Stéphane Martin qui a rejoint la Cour des Comptes, fin 2019. Depuis lors, Jérôme Bastianelli assurait l’intérim.
A propos de cette récente nomination, l’ethnologue Roger Boulay déclare "Son parcours est exemplaire, il n’y a pas mieux préparé que lui pour ce poste". Et il précise qu’il "rassemble un ensemble de qualités pour faire ce travail qui est peu commun". "C’est symboliquement très important".
Emmanuel Kasarhérou est né le 16 juillet 1960 à Nouméa, d’un père kanak et d’une mère métropolitaine, linguiste spécialiste de la langue anjie parlée au centre de la Nouvelle-Calédonie. Il est conservateur en chef du patrimoine, diplômé en linguistique et en archéologie. A 25 ans, il est nommé directeur du musée de Nouvelle-Calédonie. Avec Roger Boulay, conservateur au musée des Arts d’Afrique et d’Océanie au Palais de la Porte dorée, devenu depuis 2007 musée de l’Histoire de l’immigration, il conçoit l’exposition "De jade et de nacre, Patrimoine culturel kanak", qui est présentée en 1990 à Nouméa puis à Paris.
En 1998, il est à la tête du Centre culturel Tjibaou à Nouméa, inauguré la même année par le Premier ministre Lionel Jospin. C'est l'oeuvre de Renzo Piano, architecte du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou notamment. Son nom est un hommage à Jean-Marie Tjibaou, fondateur du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), assassiné en 1989. 
En 2011, Emmanuel Kasarhérou est chargé de mission pour l’Outremer au musée du quai Branly. En 2013, il est commissaire avec Roger Boulay de l’exposition "Kanak, l’art est une parole", qui se tient au musée du quai Branly et ensuite à Nouméa. L’année suivante, il est adjoint du directeur du patrimoine et responsable de la coordination scientifique des collections.
Un parcours exemplaire que se plaît à souligner Roger Boulay "Il est très préparé, il est même au cœur du problème. Il est Kanak, il connaît bien la question de la circulation des objets. Il aura une approche pragmatique et solide intellectuellement".
On sait que le débat sur la restitution des oeuvres acquises durant la colonisation est toujours prêt à se ranimer, surtout depuis les propos tenus par Emmanuel Macron en 2017, lors d’une visite à Ouagadougou. Dans leur rapport rendu au président français en 2018, Felwine Sarr et Bénédicte Savoy ont recensé 90.000 pièces acquises par la France durant la colonisation.
Avec la nomination à la présidence du MQB d’un spécialiste d’origine kanak, expert des cultures océaniennes, on peut imaginer que le débat sera plus apaisé.

L’homme qui emballait les monuments n’est plus  01/06/2020

Le plasticien Christo est mort dimanche 31 mai à son domicile new-yorkais du quartier de SoHo. Il avait 84 ans. Il était célèbre notamment pour avoir emballé le Pont-neuf à Paris en 1985 et le Reichstag à Berlin en 1995.
Christo Vladimiroff Javacheff était né le 13 juin 1935 à Gabrovo en Bulgarie et avait étudié la peinture, la sculpture et l’architecture à l’école des Beaux-Arts de Sofia. Supportant mal le régime politique de son pays, en 1956 il part pour Vienne puis rejoint Paris où il vit de petits travaux et de la vente de portraits qu’il signe Javacheff. En 1958, il peint celui de la femme du général Jacques de Guillebon, directeur de l'École polytechnique. Il rencontre à cette occasion leur fille Jeanne-Claude Denat de Guillebon qui était née elle aussi le 13 juin 1935, mais à Casablanca et paraît-il à la même heure. Il l’épousera, elle sera sa muse et sa collaboratrice. Ils formeront le duo “Christo et Jeanne-Claude” dans lequel il était l’artiste, l’inventeur d'un genre artistique nouveau, "l'entoilage de l'espace". C’est lui qui dessinait les esquisses des futures réalisations et elle était l’organisatrice. Jeanne-Claude est morte le 18 novembre 2009 à New York.
Pour garder leur liberté, ils finançaient eux-mêmes la conception de leurs installations. Pour ce faire, ils utilisaient les revenus de la vente des études préparatoires de Christo. Ils n’aimaient pas que leurs oeuvres soient qualifiées d’éphémères, même si naturellement elles l’étaient.

Cette année, Christo devait emballer l'Arc de triomphe au mois d’avril, un projet datant de 1962. L’opération déjà reportée pour cause de pandémie avait été finalement prévue pour avoir lieu du 18 septembre au 3 octobre 2021. On ne sait pas encore si elle sera maintenue malgré la mort de l'artiste. Ses proches affirment que “Christo et Jeanne-Claude ont toujours été très clairs sur le fait que leurs œuvres en cours devraient continuer après leur mort".
Par ailleurs, le Centre Pompidou de Paris devait proposer en mars l’exposition "Christo et Jeanne-Claude, Paris! , une présentation de leur période parisienne entre 1958 et 1964 et notamment de ce projet emblématique The Pont-Neuf Wrapped [Le Pont-Neuf empaqueté. Elle se tiendra du 1er juillet au 19 octobre prochains. Pour Serge Lasvignes président du Centre Pompidou "Christo était un grand artiste, capable de donner à notre quotidien une profondeur nouvelle. Un Enchanteur. C'était aussi une magnifique personne alliant audace, détermination et une profonde humanité",
Et il ajoute “Puisse l’exposition que nous ouvrirons le 1er juillet rendre hommage à cette œuvre exceptionnelle, à la croisée de toutes les disciplines et si essentielle à l’histoire de l’art de notre temps”.  

Encore une grande voix qui s'est tue  01/06/2020

Décidément, les temps sont bien cruels pour les vieux artistes, acteur, chanteur, humoriste, aucun n’est épargné. A peine finit-on de prononcer le panégyrique à la mort de l’un d’entre eux que l’on apprend le décès d’un autre. C’est ainsi que nous parvient la nouvelle de la mort de Mady Mesplé à 89 ans, samedi 30 mai, tout près de ce haut lieu de l’art lyrique qu’est le Capitole à Toulouse. "Une grande dame vient de nous quitter", a déclaré le ministre de la Culture Franck Riester dont l’imagination pour trouver des formules percutantes en ces tristes circonstances est fort sollicitée ces derniers temps!

Magdeleine Mesplé était née le 7 mars 1931 dans une famille de mélomanes, ses parents s’étaient rencontrés dans une chorale, Elle commence très jeune des études de piano et solfège au conservatoire de sa ville natale. Elle voulait devenir pianiste mais le hasard en a décidé autrement au Théâtre du Capitole, où l’on remarque ses qualités vocales. "Le chemin était tout tracé. Je n'ai pas l'impression d'avoir choisi. J'avais une voix juste, et ça c'est un don. Qu'est-ce qu'on peut faire contre cela ou pour cela" confiera-t-elle beaucoup plus tard.
Elle étudiera donc le chant et obtiendra un premier prix. Mady Mesplé a commencé sa carrière à l’Opéra royal de Liège à la Monnaie de Bruxelles, à l'Opéra de Lyon où on la remarque dans Les contes d'Hoffmann, d’Offenbach avant qu’elle n’aborde l’oeuvre à Paris, en décembre 1975, dans une mise en scène de Patrice Chéreau, ses aigus soprano colorature avaient conquis le public dans le rôle d’Olympia. Il y eut aussi entre autres Lakmé ou Zerbinetta dans Ariane à Naxos de Richard Strauss aussi bien que Rosine du Barbier de Séville de Rossini, Lucia di Lammermoor de Donizetti ou Gilda dans Rigoletto de Verdi. Elle a triomphé dans l’opéra, et l’opérette sur toutes les plus grandes scènes sous la direction des plus illustres chefs. Elle a aussi abordé la musique contemporaine, Betsy Jolas ou Nans Werner Henze. Mais aussi des musiques spécialement conçues pour elle. Le compositeur Charles Chaynes, Toulousain comme elle, lui dédiera ses "Quatre poèmes de Sappho pour soprano et trio à cordes" qu’elle créera le le 26 novembre 1968 au Capitole.
Atteinte de la maladie de Parkinson, elle a fait ses adieux à la scène en 2001. Elle confessera dans "La Voix du corps" qu’elle a publié aux aux éditions Michel Lafon en 2010 "Chanter face au public m’aidait à oublier que j’étais malade car son enthousiasme me galvanisait. Maintenant, je n’ai même pas envie de chanter pour moi. Ma voix s’est tue". Depuis 1996, elle était marraine de l’association France Parkinson. Elle était aussi ambassadrice d’Aquarelle, entreprise d’aide à la personne pour les seniors.
Elle était revenue vivre à Toulouse et fréquentait assidument le Capitole. Le directeur artistique Christophe Ghristi se souvient "C'était une boulimique de musique. Elle venait à tous les spectacles au Théâtre du Capitole, avec une soif d'entendre de la musique. Il lui en fallait toujours plus".
Elle laisse une très importante discographie. Pour célébrer son 80e anniversaire, EMI avait publié un coffret de quatre-vingts CD où revit toute l'étendue de son vaste répertoire..
Elle qui avait toujours beaucoup travaillé, lorsqu'elle a enseigné au conservatoire s'est étonnée qu'on n'y enseigne "qu'une heure et quart de solfège par jour alors qu'on en avait six à mon époque".
Christine Albanel, ministre de la Culture l’avait élevée en 2009 à la dignité de grand officier dans l'Ordre national du mérite. Elle obtiendra la grand-croix des mains de Nicolas Sarkozy à Toulouse, au salon rouge du Capitole en 2019.

1 2 3 4 5 » ... 138





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        



Facebook