Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Afrique du Sud: Faire justice pour les morts de Marikana

Communication de notre partenaire


Le gouvernement sud-africain doit veiller à ce que la Commission d’enquête sur les homicides de Marikana offre véritablement un accès équitable à la justice, a déclaré Amnesty International.


Afrique du Sud: Faire justice pour les morts de Marikana
afrique_sud_4.mp3 Afrique_Sud.mp3  (133.67 Ko)

Un an après les atteintes aux droits humains de grande ampleur perpétrées dans la mine de la société Lonmin à Marikana, la tâche essentielle consistant à amener les responsables de ces actes à rendre des comptes n’a pas été menée à bien et risque de ne pas l’être.

La commission d’enquête, mise en place par les autorités pour établir les faits et faire des recommandations au gouvernement, traverse actuellement une crise.

"À tous égards, le résultat de l’opération policière menée à Marikana était absolument catastrophique. Les conséquences durables sur le respect et la protection des droits humains en Afrique du Sud seront lourdes si les autorités ne prennent pas les mesures nécessaires afin de mettre en œuvre l’obligation de rendre des comptes pour les événements survenus à Marikana le 16 août 2012", a indiqué Noel Kututwa, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International.

À Marikana, 34 mineurs en grève étaient morts sous les tirs de la police. Plus de 80 mineurs avaient également été grièvement blessés. Les mineurs blessés, témoins directs des événements du 16 août 2012, ont décidé de suspendre leur participation aux travaux de la Commission. Ces hommes, inculpés de charges pénales liées à ces évènements, se sont retirés en juillet en raison du manque de fonds destinés à leur représentation juridique. Ils se sont adressés à la Cour constitutionnelle pour former un recours contre cet accès discriminatoire aux travaux de la Commission.

Les risques de représailles sont illustrés par le conflit social qui se poursuit, par le climat de peur et par les homicides qui sont encore commis dans le secteur de Marikana.

Si elle n’est pas résolue, cette situation, qui affecte la légitimité de la Commission, risque également de retentir sur d’autres procédures d’obligation de rendre des comptes et de réparation qui dépendent des conclusions de la Commission.

Amnesty International exhorte le gouvernement à veiller à ce que la commission puisse mener à bien sa mission, dans des conditions parfaitement équitables pour tous, en soutenant la pleine et entière participation de toutes les parties.


23/08/2013








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :