Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Anna Nguyen Thuy : La maitrise de l'art du mannequinat


Par Rédigé le 24/07/2020 (dernière modification le 23/07/2020)

Mannequin en France depuis 4 ans, Anna Nguyen Thuy a conquis très vite le monde de la mode. Derrière son visage angélique, son regard déterminé et son élégance naturelle, une âme d'artiste se devine aisément. Et devant l'objectif, Anna réalise son oeuvre. Résultat, de nombreuses marques se l'arrachent. Rencontre avec une top modèle au futur d'influenceuse.


Anna Nguyen Thuy (c) Gary Greteau
Anna Nguyen Thuy (c) Gary Greteau
Elle découvre le monde de la photographie grâce à un collègue de bureau. Une photo prise et publié sur les réseaux sociaux par ce dernier, on suffit pour faire basculer le destin d'Anna dans le monde magique et exigeant du mannequinat. Marques de bijoux, sacs, cosmétiques, prêt à porter, haute couture et couverture de magazines de mode, plusieurs maisons se l'arrachent. Avec une ascension fulgurante et un chemin tout tracé, Anna garde la tête froide et fait preuve d'une lucidité digne des plus grands mannequins. Artiste accomplie, elle se connaît bien, sait ce qu'elle veut et anticipe. Aimable et ferme, elle nous fait part de ses projets, de ses envies, mais également de ses conseils et impressions sur un milieu qui exige une résistance à tout épreuve, enclin à de nombreux changements.
22_juil__à_16_19_anna.mp3 22 juil. à 16.19 Anna.mp3  (912.67 Ko)


Rencontre

Anna, quels sont pour vous les qualités essentielles pour réussir dans le business de la mode et dans le mannequinat ? 

Les principales qualités dans le monde business de la mode et dans le mannequinat sont la ténacité. En effet, suite à des échecs ou des projets inaboutis, il faut pouvoir mettre de coté sa déception, se relever et continuer son chemin comme si de rien était. Se fixer un rêve dans son quotidien donne l’énergie qu’il faut pour avancer.

La diplomatie, le sens du collectif, l’humilité. Certes, lorsque l’on fait du mannequinat, on prend la lumière et on est au centre de l’objectif. Cela peut nous rendre égocentrique, un peu comme une petite fille gâtée. Mais, il faut savoir que derrière la photo, il y a un artiste qui nous met en valeur. Cette personne qui fait un travail de l’ombre est pourtant celle qui nous ressent le mieux. Il faut savoir lui rendre hommage. Idem pour les maquilleurs et tout le reste de l’équipe. C’est donc un travail collectif qui va dans un seul sens, celui de la beauté.

Le sens de la perfection. Surement cela peut donner de la frustration car la perfection par définition ne s’atteint pas. Mais, il ne faut pas hésiter à essayer de l’approcher quitte à en devenir une petite obsession. Cela nous améliore, cela nous apprend à nous dépasser et le résultat s’en fait ressentir.

Depuis la Covid-19, beaucoup de métiers ont été chamboulés, pensez-vous qu'il en sera de même pour la mode ou pensez-vous que c'est au contraire un univers qui en ressortira plus fort ? 

Effectivement, comme partout, la covid 19 a ralenti les activités de beaucoup de domaines y compris la mode. Mais, je pense que le monde de la mode en sortira grandi car la covid nous a confiné, nous a enfermé. Dans ce cloisonnement, les gens ont eu besoin de sortir de leur quotidien, ils ont eu besoin d’oxygène, ils ont eu besoin de rêver. Le mannequinat n’est pas seulement un artifice, c’est un art. Il permet de mieux vivre.

Aviez-vous des a priori sur le métier de mannequin avant de commencer ? La caractéristique première est que bon nombre de gens croient que c’est futile, artificiel. Mais, en l’exerçant, notre regard change. C’est un travail difficile et exigeant qui demande des heures de patience et de persévérance. C’est une hygiène de vie, avec un certain nombre d’heures de sommeil, surveiller son alimentation afin qu’elle soit équilibrée, des exercices physiques. C’est une vision de la vie à laquelle on se contraint afin de mieux se sentir soi même.

Vous avez toujours voulu devenir mannequin ? C’est un rêve de petite fille comme le dit l’adage. On croit que c’est lointain. Mais, peu à peu, on gagne en confiance avec le regard des gens qui nous entourent mais aussi des inconnus. On s’amuse, on prend du plaisir à nos heures perdues. Et finalement, on finit par se passionner et à sauter le pas pour obtenir son but malgré la pudeur.

Beaucoup de mannequin ont goûté à d'autres carrières artistiques comme la chanson ou l'acting, cela fait-il aussi partie de vos projets ? 

Je suis un ancien professeur de beaux arts. J’ai toujours eu un gout prononcé pour la peinture. Le mannequinat ressemble à mon ancien métier puisque cela demande une certaine sensibilité. On s’accorde avec le photographe pour réussir ensemble une "œuvre" si je peux m’exprimer ainsi. Par contre, je ne compte pas devenir chanteuse. C’est un talent particulier. Actrice, pourquoi pas ? C’est d’ailleurs un exercice de comédienne que l’on exerce devant le photographe. Mais, j’aimerai en fin de compte être une influenceuse beauté. Cela correspond bien à ma personnalité.

Qu'est-ce qui vous passionne le plus dans le mannequinat au quotidien ? Ce qui me passionne le plus, c’est le partage avec d’autres personnes, chacun avec son domaine de compétences, nous sommes concentrés sur le même objectif. J’aime pour cela être la plus ponctuelle possible pour ressentir l’atmosphère, le lien, échanger de tout et de rien pour mieux comprendre les autres, leur sensibilité, leur vécu.

Quels grands mannequins sont vos références ? J’aime les mannequins des années 80/90 comme Claudia Schiffer, Cindy Crawford. Elles étaient vraiment belles et élégantes à la fois. Elles savaient prendre la lumière. Surtout, on devinait leur caractère à travers l’objectif de l’appareil photo. Elles donnaient beaucoup d’elles mêmes, elles se mettaient vraiment à nue.

Pouvez-vous décrire une journée shooting type et quelques conseils beautés qui vous permettent de tenir ce genre de journée chargées ? 

Avant le shooting : je m’hydrate bien la peau, je prépare mes ongles, mes cheveux sont également bien soignés avec des masques naturels. C’est la base, un tout un petit travail préparatoire pour bien commencer. Pendant le shooting, nous mettons plus de temps à bien nous préparer que faire des photos. Il y a toujours des stylistes ou des assistants qui sont là pour nous aider, j’ai toujours des maquilleurs ou des coiffeurs qui sont là pour me soigner et me mettre en valeur.
Après le shooting, nous regardons les photos ensemble et nous échangeons sur nos différentes perceptions. Et enfin, pour nous détendre, nous allons prendre un verre avec la team. Le conseil pour bien préserver sa beauté dans une journée est qu’il faut boire beaucoup d’eau, mettre bien des masques le soir qui précède le shooting, J’ai toujours ramené une eau florale pour le visage de Kos Paris, il permet de fixer le maquillage et hydrater ma peau.

 





Sarah Barreiros
Parisienne | Patineuse sur glace professionnelle et aerialiste en cerceau aerien | Web Journaliste... En savoir plus sur cet auteur




ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook