Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Assassinats politiques en Tunisie

Communication de notre partenaire


Les autorités tunisiennes doivent imposer la justice face à une inquiétante vague de violence politique, a déclaré Amnesty International après l'assassinat de Mohamed Brahmi devant chez lui jeudi 25 juillet 2013.


tun.mp3 Tunisie.mp3  (139.39 Ko)

Le dirigeant du parti d'opposition de gauche (Courant Populaire, El Tayyar El Chaabi) était aussi un membre de l'Assemblée nationale constituante, et critiquait Ennahda, le parti au pouvoir. Son assassinat, le jour de l'anniversaire de la création de la République de Tunisie, survient quelques mois après la mort de Chokri Belaid, un autre leader de l'opposition, abattu en février.

Ce crime a secoué la société tunisienne et poussé le Premier ministre à démissionner.

"Cibler un membre de l'Assemblée nationale constituante est une atteinte à l'état de droit en Tunisie"
, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International. "Une enquête indépendante et impartiale doit être ouverte sur ces homicides. Faire la justice sur ces deux meurtres et d'autres attaques doit être une priorité absolue pour la Tunisie."

Jusqu'à présent, bien peu a été fait pour ouvrir des enquêtes adéquates concernant les attaques visant des membres de l'opposition, et pour traduire en justice les responsables de ces actes. Tout cela crée un climat d'impunité et augmente les divisions politiques.
Une enquête est en cours sur l'assassinat de Chokri Belaid, et des suspects ont été arrêtés. Mais personne n'a été jugé.

"Les autorités tunisiennes ont pour responsabilité de protéger de la violence toutes les personnes, y compris celles qui critiquent le gouvernement ou Ennahda, le parti au pouvoir. Elles doivent également agir contre les personnes et les groupes qui commettent des actes violents, indépendamment de leur affiliation. Alors que les Tunisiens protestent dans les rues contre la mort de Mohamed Brahmi, Amnesty International demande aux forces de sécurité tunisiennes de s’abstenir de recourir à une force injustifiée ou excessive, et de veiller à ce que chacun puisse exprimer pacifiquement et librement ses opinions."

01/08/2013








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :