Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
YouTube
 

Autotests VIH, quand le dépistage s’invite à domicile


Par Rédigé le 15/12/2018 (dernière modification le 13/12/2018)

Le 1er décembre 2018 a eu lieu la journée mondiale de lutte contre le Sida. Établie en 1988 par l’Organisation mondiale de la santé, c’est l’occasion chaque année de mener des actions de prévention et d’information autour du VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) et de rappeler l’importance du dépistage.


Le dépistage, un enjeu de santé publique

vih_1.mp3 VIH.mp3  (1.48 Mo)

Aujourd’hui, l’épidémie n’a pas faibli. Plus de 36 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. En France, plus de 6.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année (66% chez des hommes) dont 28% à un stade avancé. Or plus une personne séropositive est mise sous traitement tôt, plus sa qualité et son espérance de vie rejoignent celles de la population générale. De plus, on estime à 30.000 le nombre de personnes qui seraient porteuses du virus sans le savoir. En l’absence de traitement, elles présentent une charge virale très élevée et peuvent donc facilement contaminer d’autres personnes lors de rapports non protégés. Le dépistage est donc primordial!

Il existe pour cela plusieurs méthodes. Le test Elisa, dit de 4e génération, en laboratoire d’analyses biologiques ou dans les centres de dépistage (résultat en un à quelques jours). Le TROD (Test rapide d’orientation diagnostique) dans les centres de dépistage, les associations habilitées, certains lieux de soins… (résultat en 30 minutes). Les autotests, à réaliser soi-même à domicile (résultat en 10-15 minutes).
Mis à disposition en France depuis 2015, les autotests sont les derniers arrivés pour compléter l’offre de dépistage. Leur utilisation simple, rapide et à domicile en toute confidentialité permet d’espérer une amélioration des chiffres de dépistage.


Les autotests en pratique

Les autotests sont basés sur la détection dans le sang humain d’anticorps produits après une infection par le VIH datant de plus de trois mois avant la réalisation du test, qu’elle soit due à une prise de risque (rapport sexuel non protégé, usage de matériel d’injection non stérile) ou à une exposition accidentelle (contact avec du sang…). Ils sont accessibles en pharmacie sans ordonnance, pour un prix variant entre 15 et 30 euros selon le modèle. Il s’agit de kits contenant tous les éléments nécessaires au dépistage.

Le test peut être réalisé à n’importe quel moment de la journée et il n’est pas nécessaire d’être à jeun. Il faut tout d’abord se laver les mains à l’eau chaude pour activer la circulation sanguine, puis se désinfecter le bout du doigt. On peut alors prélever une goutte de sang en utilisant un autopiqueur au bout du doigt. Puis le sang est mis en contact avec le réactif et il faut patienter entre 10 et 15 minutes avant d’avoir le résultat. S’il s’avère positif, cela doit être confirmé par un test conventionnel en laboratoire.

A noter que les autotests ne permettent pas le dépistage d’autres infections sexuellement transmissibles comme la syphilis, les gonocoques ou les infections à Chlamydia. En 2017, plus de 70.000 exemplaires ont été vendus en officine.










ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30



Facebook