Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Babacar Sine n'est plus !


Par Elhadji Babacar Mbengue Rédigé le 16/09/2009 (dernière modification le 16/09/2009)

Babacar Sine, éminent idéologue du parti socialiste sénégalais et un des plus brillants intellectuels de sa génération, est décédé ce lundi 14 septembre à Paris à l'âge de 70ans.


Babacar Sine n'est plus !
Ancien directeur du centre d'études des sciences et techniques de l'information(Cesti) de Dakar, ce natif de la région de Thiès a, également, joué un rôle prépondérant auprès du Président Abdou Diouf dont il fut conseiller à la présidence.
Parler de cet homme c'est aussi l'appréhender en ces dimensions politique et intellectuel.
Très tôt nourri dans le sérail de la gauche marxiste, il connut un parcours politique tumultueux jalonné d'oppositions à Senghor, de suspensions et d'exclusion. Ses idées révolutionnaires, jugées subversives, gênaient le pouvoir d'alors avec lequel il se réconcila plus tard.
La persévérance aidant, il devint membre fondateur du groupe d'études et de réflexion(GER) dont la mission était d'assurer l'animation idéologique du parti. Ce qui lui ouvrait progresivement les portes de l'instance dirigeante.
C'est ainsi qu'il intégra le bureau exécutif en 1989. Aussi, fût-il l'un des rares à être confirmé à son poste aux congrés successifs de 1990,1992 et 1994.
Considéré comme un "esprit libre" au sein de son propre parti, il théorisa le" dioufisme" et resta fidèles au Président Diouf jusqu'au départ de ce dernier du pouvoir en 2000.
Visionnaire, n'eût-il pas averti en juillet 1999 dans les colonnes de Sud Quotidien: " l'élection présidentielle ne sera pas une promenade de santé".
En vérité, il devait sa réussite politique, moins à un fief électoral dense (ce qu'il n'avait pas) qu'à un génie intellectuel.
Titulaire d'une licence de philosophie, d'un diplôme d'études supérieures spécialisées en esthétique sur l'art nègre et le sacré et d'un doctorat en sociologie, M. Sine servit comme professeur au lycée Van vo. Il anima, dans le quotidien pro-gouvermental "Le soleil", une rubrique inttulée " Si tu permets Bara..."
Inconstestablement, présent au coeur de l'évolution des idées et de la politique sénégalaise, il présida aux destinées de l'Institut africain pour la démocratie. Sa passion pour les questions relatives à la bonne gouvernance et à l'éthique de gestion de l'Etat et de ses ressources étaient bien connues.
A la postérité, il lègue deux ouvrages: Impérialismes et théories sociologiques du développment et Le marxisme devant les sociétés africaines contemporaines, publiés respectivement en 1975 et 1983.

Avec sa disparition, le monde politique sénégalais, plus particulièrement le parti socialiste, perd une figure emblématique de son histoire, un symbole de liberté d'esprit et d'engagement militant. Cependant, son oeuvre survivra dans la conscience des hommes et femmes, d'ici et d'ailleurs, qui l'ont croisé sur le chemin des missions qu'il savait accomplir avec abnégation et patriotisme.








Rubriques thématiques | Les éphémérides quotidiennes | EUROPE | AFRIQUE | MOYEN-ORIENT | ASIE ET PACIFIQUE | AMÉRIQUES | AUSTRALIE ET OCÉANIE | A propos du site Le Podcast Journal





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      



Facebook