Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Lea Raso della Volta

CHILI - Rodrigo Garcia Pinochet : un héritier au trône privé de sa couronne.


A quelques heures d’un nouveau scrutin qui donne la gauche largement perdante les Chiliens doivent élire leur nouveau président pour les quatre prochaines années, mais aussi l'ensemble de la classe politique avec de nouveaux députés. Parmi eux, le petit-fils du généralissime Pinochet ; Rodrigo Garcia Pinochet, âgé de trente-deux ans et connu pour être le petit-fils préféré du dictateur et sans doute son héritier spirituel.


Dans le district 23, qui réunit les trois communes les plus riches du Chili : Las Condes, Vitacura et Lo Barnechea, la publicité électorale a envahi chaque trottoir, chaque rond-point. C’est de loin le lieu où il y en a le plus dans la capitale. Il faut dire que la droite a mis toutes ses forces dans la bataille à l’issue de laquelle elle devrait revenir aux affaires.

C’est dans ce district que la Alianza por Chile, coalition de droite a fait ses plus beaux scores, avec plus de 63 % des voix ; et Ernesto Silva et Cristian Monckeberg sont les deux candidats de droite en lice pour l'élection du 13 décembre, n'ont pas l'intention de voir les choses changer.

Les Chiliens croyaient en avoir définitivement fini avec la famille Pinochet, mais voilà que le « nieto predilecto », le petit-fils préféré du dictateur se lance lui aussi dans la « bataille » et brigue à tout juste trente-deux ans un siège de député du district 23. Cet ingénieur diplômé d’économie et de sciences politiques se présentera sous la bannière : « indépendant » puisque la Alianza est demeurée sourde à ses appels.

Dans le culte d’Augusto

Dans la forêt de panneaux électoraux ; il y a un portrait qui a resurgi du passé sombre du pays ; celui du dictateur Augusto Pinochet responsable en 1973 du plus sanglant coup d’Etat et de la mort du Président Salvador Allende, mais aussi de la répression la plus féroce qui a coûté la vie à près de trois mille personnes entre 1973 et 1990.

Si l’ex-dictateur, décédé en 2006 a pu « s’inviter » dans la campagne c’est par l’intermédiaire de « son petit-fils chéri » qui a décidé de relever le nom des « Pinochet » et de reprendre à son compte l’héritage de celui qu’il considère comme son « maître à penser », comme il l’ explique, sur son site internet :« ma vie a toujours été influencée par l’œuvre et la figure d’un homme : mon grand père, Augusto Pinochet ». Avant d’ajouter « dans mon enfance, j'ai eu d’innombrables occasions de me joindre à d’éminents hommes politiques et intellectuels proches du Gouvernement Militaire».

Sa biographie et les livres dont il est l’auteur insistent sur sa présence auprès de son grand-père lorsqu’en 1986 ce dernier fut victime d'un attentat au cours duquel cinq de ses gardes du corps perdirent la vie ; et lorsqu'il fut arrêté à Londres en 1998.

à la recherche de l'’honneur perdu

Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur les réèlles motivations de ce novice de la politique qui en tout état de cause semble plus motivé par un désir de restaurer l’image de l’ancien dictateur, fortement émoussée à la fin de sa vie par de multiples scandales financiers comme le célèbre « Caso Riggs » que par l’avenir de son pays.

Le jeune homme qui a fait campagne sur son deuxième nom, ne parle pas ou si peu de l’avenir du Chili ; mais de son passé. Un passé auquel il fait sans cesse référence dans ses livres et qu’il évoque avec la nostalgie d’un "héritier au trône" promit à un brilliant avenir politique, mais que le temps a privé de sa “couronne” .

Même si le nom de Pinochet est encore dans certains milieux très populaire, de nombreux observateurs pensent que “les amis du Dictateur” ne sont plus assez nombreux, pour permettre à son petit-fils de ravir à la Alianza un siège la Chambre basse ; car le parti de droite de Sebastian Piñera, est aujourd'hui en tête de tous les sondages.


11/12/2009




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 13





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :