Podcast Journal
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
YouTube
 

CONCERTS D'ETE AU PALAIS PRINCIER : Le Requiem de Verdi


Par C.V. et Christian Colombeau Rédigé le 21 Juillet 2010 (dernière modification le 21 Juillet 2010)

Dans le cadre des Concerts d'été du Palais Princier, le Requiem de Verdi a été donné sous la direction du Chef américain d'origine russe Yakov Kreizberg.


Le troisième concert de la saison

Photo (c) Gaetan Luci / Palais Princier
Photo (c) Gaetan Luci / Palais Princier
Depuis 1959, les concerts d'été du Palais Princier de Monaco se déroulent dans la cour d'honneur du même nom. Notre confrère Christian Colombeau estime* "qu'il est toujours difficile de contrôler son enthousiasme et son émotion après une audition du Requiem de Verdi. Œuvre d’église dans un langage dramatique (l’opéra n’y est pas loin, comme un drame sourd à cette vaste polyphonie), monument musical du siècle passé, paradoxale de par ses effets extérieurs, cette Messa di Requiem permet surtout aux chefs de se ranger en deux catégories : ceux qui centrent toute leur vision sur le tellurique Dies Irae (NDLR: écoutez un extrait audio de la version de Herbert von Karajan, à la fin de cet article), sur ce dieu de colère qui lance la foudre tout au long de la soirée, et ceux qui font du Lux Aeterna et du Libera Me l’aboutissement réel de la partition, dans un grand élan ascensionnel vers l’espérance du pardon et de la résurrection".
L’Orchestre Philharmonique de Monte Carlo, avec à sa tête son directeur artistique et musical Yakov Kreizberg "a fait flamboyer ses glorieux cuivres sans jamais déchirer le tissu orchestral et a dominé la volonté de faire chanter la phalange : la respiration de l’Amen à la fin de la séquence, la sensibilité pleine de compassion dans le Lacrymosa, la vulnérabilité de l’Agnus Dei resteront de grands moments" précise encore l'auteur rajoutant que "la basse Carlo Colombara fut saisissante, sévère comme un mur de sépulcre alors que Piotr Beczala, à l’éclatant Ingemisco, et sans sanglot vériste déplacé, se montra lui d’une belle onctuosité douloureuse dans l’Hostias. Le timbre riche et velouté, d’une froide impassibilité de sibylle dans le Liber Scriptus de la mezzo Sonia Ganassi a entrouvert les portes de l’infini. Enfin, Carmen Giannattasio (remplaçant in extremis l’artiste prévue défaillante) charge de superbe pathos verdien toute la fin du Libera Me, et fit retrouver cette naïveté de l’émotion, spectaculaire et sans fausse pudeur, consubstantielle aux sentiments religieux italiens".
Le Chef américano-russe avait invité le Chœur Philharmonique Tchèque de Brno à la hauteur de l'œuvre.

* L'article a été publié dans Arts et Spectacles

http://www.opmc.mc
dies_irae_karajan_extrait.mp3 Dies_irae_Karajan_extrait.mp3  (429.01 Ko)









Rubriques thématiques | Les éphémérides quotidiennes | EUROPE | AFRIQUE | MOYEN-ORIENT | ASIE ET PACIFIQUE | AMÉRIQUES | AUSTRALIE ET OCÉANIE | A propos de PodCast Journal





Les derniers articles

Les dernières actus du Danemark

02/11/2018 - Podcast Journal

Les dernières actus de Hongrie

29/10/2018 - Podcast Journal

Les dernières actus de Russie

18/10/2018 - Podcast Journal

Les dernières actus du Luxembourg

17/09/2018 - Podcast Journal

Les dernières actus de Suède

10/09/2018 - Podcast Journal

Les dernières actus de Grèce

21/08/2018 - Podcast Journal




Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Facebook