Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Cameroun : comment les morts nourissent les vivants


La mort ferait-elle encore uniquement couler les larmes au Cameroun ? La réponse parait négative quand on dénombre les personnes et par conséquent les familles qui vivent grâce aux métiers liés à la mort.


Illustration de notre dessinateur. (c) Art-Stok
Illustration de notre dessinateur. (c) Art-Stok
"Pompes funèbres le dernier repos", "menuiserie le meilleur cercueil" ou encore "les fleurs du dernier séjour", un passage aux alentours des principaux hôpitaux de Douala nous donne une nouvelle image de la mort. Celle qui fait vivre des personnes et des familles entières promotrices d’entreprises ou d’industries de fabrication de cercueil, de gerbes de fleurs, d’habillement des morts ou de transport de la dépouille de l’hôpital pour le lieu d’inhumation.
Tous les passants sont interpellés à chaque pas : "un cercueil monsieur ?", "habiller un corps monsieur?". Et la simple curiosité nous amène par moment à faire semblant d’être dans le besoin pour découvrir en fin de compte qu’il s’agit d’un marché comme tous les autres c'est-à-dire avec ses arts, ses règles et ses bienfaits.
On vous dira par exemple qu’en fonction de la qualité du défunt (directeur d’entreprise ou homme d’affaire, ministre) il vous faut un cercueil à la dimension de ce qu’il était de son vivant et on vous proposera un cercueil vitré, en bois d’ébène ou en bibinga, vous devrez débourser entre 200 et 300.000 francs CFA soit entre 300 et 450 euros.
Le cercueil acheté, le même vendeur vous proposera d’habiller votre cadavre et le prix variera encore selon la tenue choisie et le sexe du défunt.
Tenez par exemple : Un ensemble veste homme coûte, en fonction de sa qualité, ente 50 et 80.000 francs soit entre 70 et 90 euros.
Le même vendeur, s’il n’en dispose pas, vous orientera vers son frère ou ami qui est propriétaire ou gérant d’une compagnie de pompes funèbres pour que vous puissiez assurer le déplacement du corps de la ville vers la campagne, lieu de l’enterrement ; et la encore vous dépenserez selon la distance au moins 20.000 francs soit plus de 30 euros.
En allant à la découverte de ce business d’un genre particulier, nous avons discuté avec nombre de commerçants qui nous ont fait savoir que c’est une activité très rentable et que grâce à elle ils nourrissent et envoient leurs enfants à l’école.

L’un d’entre d’eux s’est confié à nous à l’entrée de l’hôpital Laquintinie de Douala.
Répondant au prénom de Fabien c’est un jeune homme d’une trentaine d’années et de taille moyenne qui avoue mener cette activité depuis dix, initié par son père lui-même décédé aujourd’hui.
"Je réalise un bénéfice minimum de 100.000 francs par semaine et pour rien au monde je n'abandonnerai ce métier. D’ailleurs je suis en train d’initier mon petit frère qui a abandonné l’école qu’il y a quelques années" lance t-il. "Je gagne ma vie et vis mieux que certains fonctionnaires qui ont des bureaux ici en ville" ajoute t-il.
A la question de savoir si en dehors du salaire il existait des avantages propres liés à ce métier, il répond : "Aura-t-on encore besoin d’acheter mon cercueil si je meurs aujourd’hui ? Ma famille viendra ici choisir un cercueil que j’aurais moi-même fabriqué. C’est un plaisir de fabriquer son propre cercueil. En plus ce métier me donne beaucoup de relations, j’ai les numéros de téléphone de grands types ici, dehors car ils achètent leurs choses sur commande".

L’homme savoure sa passion et affirme même que s’il avait à recommencer il choisirait même plutôt d’être morguier ou laveur de corps car "ils gagnent beaucoup d’argent" ; "les morguiers se font construire des villas tous les jours ici dehors" nous a-t-il encore confié ?

Dans un environnement social camerounais rongé par la gangrène du chômage voila donc comment d’honnêtes citoyens gagnent leurs vies. Quelqu’un n’a-t-il pas dit qu’il n’y a pas de sot métier?
A Douala la mort des uns fait vivre les autres et c’est de bonne guerre.
cameroun_audio.mp3 cameroun_funebre.mp3  (3.49 Mo)


Correspondant du Podcast Journal au Cameroun En savoir plus sur cet auteur
01/02/2011




1.Posté par charles colome le 22/12/2011 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour plus d'infos, veuillez contacter le syndicat national des pompes funèbres du Cameroun, dont ...  

2.Posté par Le Simon le 15/11/2013 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis Le Simon.

Je suis à Yaoundé, je suis venu au Cameroun investir dans une structure de forag...  

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :