Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Mouss Jaraaf

Colère des cultivateurs de gombos de Bargny, les bergers et leurs troupeaux saccagent les récoltes

Vos articles dans votre Podcast Journal


Une vive querelle oppose depuis deux ans les cultivateurs de gombo de Bargny et bergers. Une situation qui risque de dégénérer si les autorités départementales ne font rien pour lever les équivoques et tracer un itinéraire pour les troupeaux de bovidés qui empruntent les sentiers de terre calcaires pour se rendre a leur lieu de pâture a l'heure de la récolte du gombo.


Grosse colères des cultivateurs de gombo de Bargny, risque de friction avec les éleveurs

Illustration proposée par l'auteur
Illustration proposée par l'auteur
Ils sont très en colère contre ces bœufs et leurs bergers. La raison est simple: ces bovidés entrent dans leurs champs au crépuscule de leur labeur pour venir décimer l'ensemble de leurs récoltes de gombos. Une récolte qui devient généreuse en cette période de l’année à l'heure ou les paysans ramassent grandement les cultures de gombos. Un légume très prise en cette période qui entre dans la composition de beaucoup de plats sénégalais comme le soup kandj ou le Souloukhou. Selon Pape Seck Diouf le porte-parole, ces femmes et hommes de Bargny, depuis le moi de mai, s'activent pour labourer, bêcher, défricher et semer la graine dans leurs champs. Déjà, dès la mi-saison, ils vont dans les caisses de crédit pour emprunter de l'argent, engager des laboureurs, ou payer un tracteur pour préparer la semis. Une fois le champ entrepris, la pluie s installe dans le pays et Bargny aussi en bénéficie. Mais après les retards de la saison des pluies, les récoltes aussi accusent un sacre coup. C'est seulement en ce mois de novembre que le gombo s'épanouit comme un nouveau-né, sauf que justement dès que la production s'accentue, les bœufs deviennent une sorte d'envahisseurs qui viennent ravager la belle saison. Un désastre qui ne dit pas son nom car "c'est comme du sabotage", a pesté Mme Sofi Thiombane, une des propriétaires de ces champs de gombo. Et c'est une autre dame qui martèle "Si la situation persiste, nous allons empoisonner de produit mortel pour tuer tout le bétail enclin de saboter nos récoltes". Une menace sérieuse brandie par ce collectif qui ce mardi matin a voulu exprimer sa colère sans outre mesure. Ces cultivateurs pointent un doigt accusateur sur les bergers de Bargny Kipp de Diamniadio et de Keur Ndiaye Lo. Ils se disent prêt à affronter tous ceux qui vont empiéter leurs champs au prix de leur vie si rien n' est fait pour arrêter la saignée. Déjà qu'il y a un mois ils n'arrivaient même pas à vendre plus de deux milles cinq cent francs le panier de gombo sur le marche de Thiaroye, a balancé amèrement un autre dame. Pour elle c'est en ce moment que le panier rempli coûte entre 3000 et 5000 FR CFA une période faste qui va jusqu’en février et qui est unique durant la saison hivernale.

27/11/2013




1.Posté par Jaraaf Mouss le 28/11/2013 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Facebook
Il faut au moins regler ce probleme

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :