Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

I.G.

Comment les comportements socioculturels influencent la diversité génétique


L'histoire démographique des populations Pygmées et non-Pygmées d’Afrique Centrale.


Pygmées Bongo traversant une rivière en pirogue à Ogooué-Lolo, au Gabon. (c) Paul Verdu
Pygmées Bongo traversant une rivière en pirogue à Ogooué-Lolo, au Gabon. (c) Paul Verdu
En l’absence de données archéologiques suffisantes, une équipe de recherche internationale impliquant notamment en France des chercheurs du MNHN et du CNRS, a utilisé les outils de la génétique des populations humaines afin de reconstruire l’histoire démographique de 23 populations d’Afrique Centrale (Gabon et Cameroun) appartenant à deux groupes aux modes de vie contrastés: les chasseurs-cueilleurs forestiers, englobés historiquement sous le terme "Pygmées", et leurs voisins agriculteurs sédentaires ("non-Pygmées").
Grâce à de nouveaux outils statistiques sur la transmission des gènes couplés avec une approche ethnographique, les scientifiques sont parvenus à reconstruire pour la première fois l’histoire démographique détaillée des hommes et des femmes chez ces populations pygmées et non-pygmées voisines en Afrique Centrale. Cette étude montre aussi comment des comportements socio-culturels complexes et variables peuvent, aujourd’hui encore, profondément influencer la diversité génétique des populations humaines.
Elle vient de paraître dans la revue Molecular Biology and Evolution.

L’ADN mitochondrial (ADN-mt) et une grande partie du chromosome Y (NRY) sont transmis d’une génération à l’autre de manière uni-parentale, c’est-à-dire que l’ADN-mt est hérité exclusivement de la mère et que le NRY se transmet exclusivement de père en fils. L’analyse de la diversité génétique de ces deux molécules d’ADN a donc permis depuis plusieurs décennies aux chercheurs de différents laboratoires de reconstruire l’histoire démographique des lignées paternelles et maternelles ayant donné naissance aux populations humaines présentes aujourd’hui à la surface du globe. En allant plus loin et en comparant la diversité génétique de ces marqueurs uni-parentaux à celle des marqueurs autosomaux et du chromosome X les chercheurs de cette étude ont réussi à reconstruire l’histoire démographique respective des hommes et des femmes dans plusieurs populations humaines aux modes de vie et aux règles de mariages variées. En effet, les phénomènes socioculturels ont façonné et façonnent encore la diversité génétique "liée au sexe" dans les populations humaines. Par exemple, la pratique de la patrilocalité, majoritaire dans les populations humaines actuelles et passées, amène les femmes à changer de population ou de communauté lors de leur mariage, tandis que les hommes restent dans leur communauté de naissance. Cette pratique homogénéise la variabilité génétique des lignées maternelles entre communautés ou populations. Au contraire, la patrilocalité accroit l’isolement des lignées paternelles ce qui conduit à une différenciation croissante au cours du temps de la variabilité génétique du chromosome Y entre communautés et populations.

En analysant conjointement les marqueurs génétiques des autosomes, du chromosome X, du chromosome Y et de l’ADN-mt, les chercheurs ont révélé des différences fondamentales entre chasseurs-cueilleurs pygmées et agriculteurs non-pygmées en Afrique Centrale. A l’instar de la majorité des populations du monde aujourd’hui, les populations non-pygmées d’Afrique Centrale montrent une diversité génétique concordant avec leurs traditions de patrilocalité et de polygamie.
Au contraire, les populations pygmées montrent une diversité génétique ressemblant plutôt à celle attendue dans des populations matrilocales. Pourtant la plupart de ces populations de chasseurs-cueilleurs pratiquent, tout comme leurs voisins, patrilocalité et polygamie.
La patrilocalité chez les Pygmées est cependant souvent moins strictement respectée que chez les voisins non-pygmées. Par exemple, le couple nouvellement marié peut parfois rester pendant de très longues périodes chez la famille de l’épouse afin de payer les compensations matrimoniales. En outre, bien que les Pygmées soient polygames, cette pratique est souvent moins répandue chez eux que chez leurs voisins. Ainsi, l’étude a montré que les différences des pratiques de patrilocalité et de polygamie entre populations pygmées et non-pygmées expliquent la diversité génétique observée aujourd’hui. De manière analogue, d’autres pratiques culturelles "de genre", comme la transmission du succès reproducteur dans les lignées maternelles ou paternelles, pourraient également contribuer à expliquer les différences génétiques observées entre Pygmées et non-Pygmées.

Les chercheurs ont également montré que les métissages génétiques complexes entre populations pygmées et non-pygmées identifiés récemment se font massivement par les lignées paternelles et de façon très limitée par les lignées maternelles. Ce résultat est surprenant dans un contexte de patrilocalité et de barrières socio-culturelles de genre discriminant les mariages entre communautés. En effet, les mariages entre femmes non-pygmées et hommes pygmées sont souvent proscrits, mais les mariages entre hommes non-pygmées et femmes pygmées plus fréquents. Les pratiques patrilocales devraient donc aboutir à des flux de gènes des femmes pygmées vers les populations non-pygmées, contrairement à ce qui est observé génétiquement.
Grâce aux données ethnographiques, les scientifiques ont pu montrer que les discriminations sociales subies par les femmes pygmées dans le village de leurs maris non-pygmées aboutissent très fréquemment au divorce et au retour de la femme pygmée dans sa communauté d’origine potentiellement accompagnée de ses enfants métissés. C’est également souvent le cas lors du décès du mari non-pygmée. Ces mouvements des époux et de leur progéniture entre communautés peuvent donc expliquer le flux de gènes des hommes non-Pygmées vers les différentes populations pygmées observé dans cette étude.

Enfin, les chercheurs montrent que les métissages génétiques entre Pygmées et non-Pygmées sont extrêmement variables d’une population pygmée à l’autre. Ici encore grâce à une approche interdisciplinaire entre ethnographie et génétique des populations humaines, il a été mis en évidence que la variabilité des métissages génétiques respectivement liés aux hommes et aux femmes correspondait bien à la variabilité des règles sociales de genre régissant les inter-mariages entre les communautés pygmées et non-pygmées voisines.



22/02/2013








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :