Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Corée du Nord: La ligne de démarcation entre camps de prisonniers et villages voisins s’estompe

Communication de notre partenaire


L’analyse de nouvelles images satellite révèle que le gouvernement nord-coréen brouille les lignes de démarcation entre ses camps de prisonniers politiques et les agglomérations voisines, a déclaré Amnesty International jeudi 7 mars tout en réitérant son appel en faveur de la création, par les États membres des Nations unies, d’une commission d’enquête qui serait chargée de se pencher sur les violations graves, systématiques et généralisées des droits humains commises en Corée du Nord – et parmi lesquelles figurent des crimes contre l’humanité.


coree_nord.mp3 Coree_Nord.mp3  (705.84 Ko)

En réaction aux informations faisant état de la possible construction d’un nouveau Kwan-li-so, un camp de prisonniers politiques, contigu au camp n° 14 à Kaechon (province du Pyongan du Nord), le programme Sciences pour les droits humains de la section américaine d’Amnesty International a commandé à DigitalGlob, un opérateur privé de satellites d’observation, des images satellite de cette zone ainsi qu’une analyse de celles-ci.

Les analystes ont déterminé que de 2006 à février 2013, la Corée du Nord a bâti un mur long de 20 km encerclant la vallée de Ch’oma-Bong – à 70 km au nord-nord-est de Pyongyang – et ses habitants, ainsi que de nouveaux points d’accès soumis à un contrôle et plusieurs édifices qui sont probablement des miradors. Les analystes ont également observé la construction de nouveaux bâtiments où semblent loger des travailleurs, sans doute associés au développement de l’exploitation minière dans la région.

Toute cette activité laisse entrevoir un renforcement du contrôle des allées et venues des habitants des agglomérations voisines du camp n° 14, ce qui estompe la différence entre les personnes détenues dans le camp de prisonniers politiques et la population de la vallée. Cela inspire des craintes pour les personnes vivant à l’intérieur de ce périmètre et leurs conditions de vie actuelles, et fait redouter les intentions du gouvernement nord-coréen concernant le futur de la vallée et des personnes qui y habitent.

Amnesty International demande une nouvelle fois aux États membres d’adopter lors de la 22e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies une résolution permettant d’établir une commission d’enquête indépendante qui travaillerait sur les terribles conditions de vie et la situation générale des droits humains en Corée du Nord – qualifiée de "sui generis" par les Nations unies – à la fois dans les camps de prisonniers politiques et à l’extérieur.


Carte interactive


10/03/2013




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :