Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Houssam Kajja

Courrier des lecteurs: Mais qui est donc Stati?

Vos articles dans votre Podcast Journal


Abdelaziz Stati est réputé grâce à ses nombreuses musiques connues par tout Marocain qui se respecte.


Quand on pense à Stati, de nombreuses images nous viennent à l'esprit. La première est celle de ce monsieur moustachu avec les cheveux bouclés et surtout son fameux sixième doigt, qui selon la croyance, constitue un porte-bonheur. La deuxième n'est point une image, mais une fameuse musique, "Visa o passeport", écrite en 1990 et de style Chaabi, c'est-à-dire populaire.

La plupart de ses musiques ont une force de parole profonde nourrie par l'amour de son pays, de son Maroc et de ses terres.

Stati est né à la campagne, dans un douar près d'El Jadida. Il n'a pas eu la chance d'avoir une éducation scolaire, mais une éducation coranique - quand il pouvait, car tout comme la majorité des fils de bergers marocains, il se devait de reprendre le flambeau en devenant à son tour berger. Telle a été la destinée de Stati, sauf qu'il avait une qualification en plus: la maîtrise du kamandja, ce violon en forme de huit, à forte résonance.
Stati s'est plongé dans la musique lorsqu'il était encore jeune, grâce à l'un de ses oncles qui en jouait pour son douar les jours de fête (Aid, Ramadan, etc...). La légende nous raconte que ce serait après avoir écouté son oncle, qu'il s'est lancé dans la construction de son propre instrument à l'aide de boîtes d'huile et de moteur en métal, avec ses copains de tribu.
Malgré le fait de ne pas avoir été a l'école, Stati écrivait ses paroles grâce à l'observation de ses terres, de sa famille et de son douar.

Au Maroc, Stati est une vraie icône de la musique marocaine, il incarne un symbole de festivité et d'allégresse. L'univers de la musique marocaine restera à jamais marqué par les œuvres "statiennes". Au festival Mawazime en 2009, 11 personnes sont mortes suite à une grande bousculade pour admirer le chanteur.

21/03/2013







Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :