Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

De nouvelles récompenses


Par Rédigé le 09/11/2020 (dernière modification le 07/11/2020)

A l’instar du Femina, le Médicis a dit vouloir continuer à faire vivre l'actualité du livre grâce au système de ''réservation et retrait’’. Le 6 novembre, il a décerné son prix annuel à Chloé Delaume pour "Le cœur synthétique" paru au Seuil.


De nouvelles récompenses
rue_des_jeux_16_1.m4a Prix Médicis 202.m4a  (1.72 Mo)

C’est le 28e roman de cet auteur de 47 ans qui a déclaré "Je n'osais pas y croire. Nous étions dix et il y avait des concurrents très, très sérieux". Pour sa part, la présidente du jury Marie Darrieussecq précise "Ce livre est un aboutissement, avec aussi une certaine légèreté, ce qui n'est pas le cas dans tous ses livres". "Le cœur synthétique" est l'histoire d’Adélaïde Berthel, une attachée de presse d’à peine cinquante ans, dans l'édition, divorcée sans enfant, qui cherche à trouver un sens à sa vie et surtout un homme à sa convenance. "C'est qu'il a tant vieilli, le cœur d'Adélaïde. Il accepte le réel, il sait se protéger. Il ne veut plus saigner, se préfère encore vide. Le cœur d'Adélaïde se voudrait embaumé", écrit Chloé Delaume qui a aussi d’autres talents que la littérature. Elle chante, en témoigne son album de dix chansons sorti en octobre dernier intitulé "Les fabuleuses mésaventures d’une héroïne contemporaine", comme en écho à son roman "Le cœur synthétique".

Le prix Médicis du roman étranger est allé à Antonio Muñoz Molina pour "Un promeneur solitaire dans la foule" paru lui aussi au Seuil, traduction de l’espagnol par Isabelle Gugnon de son roman "Un andar solitario entre la gente" paru en 2018 chez Seix Barral à Barcelone.

Ce sont des déambulations dans les villes où il a vécu et qui ont compté pour lui, Madrid, Lisbonne, Paris et New York, pendant lesquelles il réfléchit à la beauté du monde. Pour Marie Darrieussecq "C'est une rêverie qui va nous permettre en ces temps de confinement de nous promener dans les villes et dans les rêves". Cet écrivain de 64 ans est un des grands auteurs de son pays, membre depuis 1995 de la Real Academia Española et déjà distingué en Espagne par de nombreux prix prestigieux tels le Prix Prince des Asturies en 2013 pour l’ensemble de son œuvre. En 1991, c'est le Prix Planeta qui est l’équivalent du Goncourt. En 1998, le Prix Femina étranger avait couronné son roman "Pleine lune" paru au Seuil, traduction par Philippe Bataillon de "Plenilunio" paru en 1997.

Le prix de l'essai est allé au Norvégien Karl Ove Knausgaard pour "Fin de combat" paru chez Denoël. C’est le sixième et dernier volet de son cycle autobiographique, "Min kamp" "Mon combat", en 6 tomes et 3.000 pages, "l’entreprise littéraire la plus importante de notre temps" d’après The Guardian. Dans les 1.400 pages de "Fin de combat", l’auteur âgé de 52 ans revient sur le début en 2009 de la publication d’une œuvre qui a parfois fait polémique et qui subitement a fait de lui une star dans le monde de l'édition locale provoquant un véritable phénomène éditorial. Le cycle est traduit du norvégien par Christine Berlioz et Laila Flink Thulessen.

 








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            



Facebook