Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Disparitions forcées au Pakistan

Communication de notre partenaire


"Il appartient aux autorités pakistanaises de faire cesser d'urgence la pratique répandue des disparitions forcées et de faire en sorte que toute personne détenue puisse s'adresser en bonne et due forme aux tribunaux et à des avocats", déclare Amnesty International dans un nouveau rapport.


"Le gouvernement du Pakistan n'a pas beaucoup avancé dans la recherche de la vérité sur plusieurs centaines de cas de disparition présumée, et de nouveaux cas sont signalés à travers tout le pays", déclare Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique de l'organisation.

Le rapport, intitulé "The Bitterest of Agonies: End enforced disappearances in Pakistan", rendu public à l'occasion de la Journée internationale des personnes disparues, met en exergue les souffrances qu'endurent les centaines de personnes arbitrairement arrêtées et détenues dans des lieux secrets au Pakistan depuis la fin de 2001, lorsque le pays est devenu un des principaux alliés des États-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme".
On ignore toujours où se trouvent toutes ces victimes.

Les personnes accusées de participation à des actes de terrorisme et les opposants politiques au gouvernement pakistanais – tels que les membres des groupes nationalistes sindhis et baloutches – sont, parmi d'autres, de plus en plus souvent victimes de disparition forcée.
Amina Masood Janjua, l'épouse de Masood Ahmed Janjua, n'a pas revu son mari depuis l'interpellation de ce dernier en juillet 2005, au cours d'un trajet en bus à destination de Peshawar. Elle a déclaré à Amnesty International : "Il ne peut rien vous arriver de pire. Si quelqu'un meurt, vous pleurez, les gens vous consolent et, au bout d'un certain temps, vous l'acceptez ; mais si quelqu'un disparaît, vous ne pouvez même plus respirer, c'est la pire des souffrances."
pakistan_2.mp3 Pakistan.mp3  (409.1 Ko)


09/09/2011




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :