Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Dubaï: Eldorado ou mirage pour les Français? Partie 5: Le désenchantement de nombreux Français


Dubaï est un émirat dépaysant où la vie est très agréable: il fait beau, il n'y a pas de violence ni d'agression dans les rues, immigrés et population locale cohabitent en bonne intelligence. Même si les gens travaillent plus, ils semblent toutefois moins stressés et plus sereins qu'en France, même s'ils ont aussi trois heures de transport par jour.


Vue de Dubaï depuis l'hôtel de luxe One&Only The Palm sur la Palm Jumeirah. Photo KPM
Vue de Dubaï depuis l'hôtel de luxe One&Only The Palm sur la Palm Jumeirah. Photo KPM
dubai_desenchantement.mp3 Dubai desenchantement.mp3  (1.5 Mo)

Les rues sont propres, les infrastructures évoluées, les services médicaux et scolaires équivalent à ceux des pays occidentaux. Les enfants peuvent grandir en parlant couramment plusieurs langues, au minimum le français et l'anglais.

La mentalité bédouine surprend: la famille et le partage sont au cœur de la vie quotidienne. Les divertissements aussi.
Les courses de chameaux font partie du paysage exotique de Dubaï, ainsi que le désert, l'océan et les gratte-ciel.
Culturellement Dubaï se développe considérablement.
Technologiquement, c'est un pays très avancé et qui n'est pas en reste côté écologie, car il mise sur l'avenir des énergies renouvelables.

Majoritairement, les Français sur place restent deux ou trois ans, parfois le temps d'un contrat, et repartent. Ceux qui occupent des postes à responsabilité restent bien plus longtemps. La vie pour eux est en effet idyllique. Car pour les cadres, les conditions de travail et de vie à Dubaï valent de déplacement. Leur niveau de vie leur permet de réaliser des économies substantielles tout en vivant très confortablement avec femme de ménage, cuisinière et souvent grosse cylindrée ou 4x4.

Pourtant, certains Français déchantent. Car pour de nombreux non-cadres, outre les salaires très disparates et parfois plus faibles qu'en France, les conditions de travail peuvent s'avérer le bagne, comme l'exemple de Moussa, chauffeur de navettes qui raconte son quotidien: "Je travaille 12 heures par jour, 7/7 jours. Après onze mois de travail non-stop, j'ai enfin droit à un mois de congé".

Car l'employeur n'est pas toujours tendre à Dubaï.
L'employeur peut s’octroyer certains droits, tel que celui de garder votre passeport jusqu’à la fin de votre contrat. Et quand votre employeur vous loge, cette expérience peut vous rappeler le pensionnat.
En fonction du statut (cadre ou non par exemple), l’employeur peut aussi très bien, si vous êtes en couple, vous contraindre à habiter séparément et de surcroît, avec un colocataire ou une colocataire. Dans certaines habitations, l’employeur peut même vous interdire l'utilisation d'appareils électriques: pas de machine à laver, ni de plaques chauffantes pour faire à manger.
"Ils font même des descentes pour récupérer vos appareils", précise Leila, logée dans l'un de ces immeubles dans le quartier d'Al-Qoz, qui s'est fait prendre une bouilloire. Ainsi, l’employé est-il obligé d’acheter du tout préparé alors même que son salaire pour vivre n’est pas toujours folichon, ou de manger dans les cantines du personnel sans avoir le droit de choisir son alimentation.
Ces cas précis sont vécus sur place par de nombreuses personnes, et les Français ne font pas exception.

N’imaginez pas arriver en terrain conquis. La vie sur place, même si elle est très agréable et présente certains avantages, n’est pas rose pour tous les Français travaillant à Dubaï.
Une lassitude de Dubaï transparaît également dans les interviews: "Au bout de 6 mois, on a fait le tour de Dubaï", décrit Kévin, "on en a marre".
Pour d'autres, les raisons du ras le bol sont financières: "Pour vivre à Dubaï", décrit Sonia, vendeuse dans une boutique de marque française, "il faut de l'argent, sinon tu restes chez toi et tu t'emmerdes, tu te demandes ce que tu fais ici, tu peux rien faire. Tu arrives à faire quelques affaires mais ça reste que du shopping".

Car en effet, la ville est adaptée au tourisme de luxe et aux riches expatriés, pas aux travailleurs immigrés.



17/04/2014




1.Posté par RiK92 le 08/06/2015 23:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Félicitations, enfin des articles bien faits sur la réalité à Dubai. L''émirat continue d''attire...  

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.

Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :