Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Égypte: Les meurtres attribués aux forces de sécurité restent impunis

Communication de notre partenaire


"L’Égypte doit veiller à ce que les centaines d’homicides de manifestants recensés depuis début 2011 donnent lieu à de véritables enquêtes indépendantes, si le pays entend rompre avec les violations qui ont défini l’ère Moubarak", écrit Amnesty International dans une synthèse dont la publication coïncide avec le deuxième anniversaire du commencement de la "révolution du 25 janvier".


Ce document, intitulé "Rampant impunity: Still no justice for protesters killed in the 25 January Revolution”, décrit en détail les failles des enquêtes et poursuites ouvertes contre les responsables présumés de la mort de quelque 840 personnes pendant les manifestations ayant mis fin au régime répressif d’Hosni Moubarak – qui fut au pouvoir pendant plus de 30 ans – et débouché sur la première élection d’un président civil en Égypte. Au moins 6.600 personnes ont par ailleurs été blessées pendant ces manifestations, qui furent brutalement réprimées par les forces de sécurité. Une douzaine de personnes ont péri lors des violences ayant accompagné des actions de protestation depuis l’arrivée au pouvoir du président Mohamed Morsi.

Selon des informations recueillies par Amnesty International en Égypte, durant le soulèvement, les forces de sécurité ont utilisé du gaz lacrymogène, des canons à eau, des fusils de chasse, des balles en caoutchouc et des balles réelles contre les manifestants, alors que ces derniers ne représentaient dans de nombreux cas aucune menace pour elles. Pas un seul haut responsable ou membre des forces de sécurité n’a été reconnu coupable par la justice d’avoir tué ou blessé des manifestants, ni fait l’objet de sanctions appropriées.

"Le président Morsi a rendu hommage à maintes reprises aux personnes mortes pendant la "révolution du 25 janvier", et pourtant, peu de mesures concrètes ont été prises afin que les responsables présumés répondent de leurs actes devant la justice. Dans les faits, deux ans après le soulèvement, les homicides imputés aux forces de sécurité restent impunis. En ne faisant pas le nécessaire pour que les responsables soient punis, le président Morsi n’opère aucune rupture avec ces décennies de violations"
, a déploré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Des tribunaux égyptiens continuent à acquitter des membres des forces de sécurité, qu’il s’agisse de hauts responsables ou non. Dans certains cas, l’acquittement a été prononcé faute de preuves ou parce que le tribunal a estimé que l’accusé avait exercé son droit à la légitime défense, bien qu’il existe de nombreux éléments attestant que des policiers ont employé une force excessive et meurtrière quand cela n’était pas strictement nécessaire.
e_2.mp3 Egypte.mp3  (558.49 Ko)


29/01/2013




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :