Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Expo Dali, une histoire de la peinture


Par Rédigé le 06/08/2019 (dernière modification le 29/07/2019)

Jusqu’au 8 septembre 2019, le Grimaldi Forum de Monaco célèbre le 30e anniversaire de la mort du peintre espagnol Salvator Dali à travers une rétrospective exceptionnelle, permettant de comprendre comment l'artiste s’est inscrit comme un acteur majeur dans l’histoire de la peinture du XXe siècle.


Gala et Salvator Dali à Pebble Beach, Californie 1947, détails du tableau Eléments énigmatiques dans un paysage, huile sur toile, 1934. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
Gala et Salvator Dali à Pebble Beach, Californie 1947, détails du tableau Eléments énigmatiques dans un paysage, huile sur toile, 1934. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
dali,_une_histoire_de_la_peinture.mp3 Dali, une histoire de la peinture.mp3  (17.16 Mo)

L'exposition présente au public, à travers un labyrinthe de 14 salles, une centaine d’œuvres, peintures, dessins et photographies intimes concernant le parcours pictural de Salvador Dali, depuis 1910 jusqu’à 1983, qui au-delà de son image complexe, exubérante, et excentrique permet de découvrir son travail, sa personnalité, ses peurs, ses obsessions et ses rêves.
La dernière grande rétrospective française avait eu lieu au Centre Georges Pompidou à Paris en 1980 dans un environnement spécial réalisé par Dali lui-même et baptisé avec humour "La Kermesse Héroïque".

Né en 1904 à Figueras, Dali est décédé en 1989 dans cette même ville située au nord de la catalogne. Trois villes furent essentielles dans la vie de Dali: Figueras, Portlligat et Pubol où se situe le château que Dali avait offert à Gala son épouse. Situées à peu de distance les unes des autres, elles forment une sorte de triangle ésotérique où Dali a vécu et peint.

Jeux de miroirs et de fenêtres: Personnage vu de profil, huile sur carton 1925; Dali de dos peignant Gala, huile sur toile 1973. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
Jeux de miroirs et de fenêtres: Personnage vu de profil, huile sur carton 1925; Dali de dos peignant Gala, huile sur toile 1973. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
En 1922, Dali commence à étudier à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Saint Fernando à Madrid où sa peinture reprend les codes classiques. Mais déjà, il se fait remarquer par son caractère excentrique et il sera renvoyé de l’Académie. À cette époque, il fréquenta le poète Federico Garcia Lorca avec qui il se liera d’amitié et il illustrera ses écrits poétiques. Dali rencontrera le cinéaste Louis Buñuel participant ainsi à l’élaboration des scénarios du "Le Chien Andalou" et de "L’âge d’or." Le visiteur peut d’ailleurs admirer le portrait de facture classique de Buñuel ainsi qu’un tableau du père de Dali et le portrait du violoncelliste Ricardo Pichot. Dali va s’intéresser aux écrits psychanalytiques de Sigmund Freud et se familiariser avec le courant pictural dadaïsme qui le marquera pour le restant de sa vie.
Pendant sa longue période de création, Dali a été nourri des différents courants picturaux du XXe siècle, allant de l’impressionnisme au fauvisme, au cubisme, à l’abstraction, à l’hyperréalisme, au Pop Art, jusqu’à la peinture métaphysique.

Dès 1926, une galerie espagnole expose ses œuvres et en 1927, sur les conseils de son ami Joan Mirò, Dali part à Paris où il fera la connaissance de Picasso:
"Quand j'arrivais chez Picasso rue de la Boétie je fus aussi ému et respectueux que si j'avais eu une audience avec le pape lui-même.
-Je viens chez vous, avant de visiter le Louvre, lui dis-je.
-Vous n'avez pas tort, répondit-il."
(La vie secrète de Salvator Dali, 1942)
Il fréquentera le groupe des surréalistes dont il deviendra le chantre en compagnie de Max Jacob, André Breton, Max Ernst, Magritte, Man Ray et du poète Paul Éluard accompagné de son épouse Helena Diakonova surnommée Gala.

Utilisation rétrospective de l'aronarium pour le livre 50 secrets magiques en 1948; photographie de Dali par Warhol. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
Utilisation rétrospective de l'aronarium pour le livre 50 secrets magiques en 1948; photographie de Dali par Warhol. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
En 1929, Paul Éluard et Gala, rendent visite à Dali en Espagne et c’est le coup de foudre réciproque. À cette époque, Gala, toujours mariée avec Éluard était la maîtresse du peintre Max Ernst. D'une dizaine d’années son ainée, elle deviendra un de ses principaux sujets d’inspiration, sa muse et son équilibre, apparaissant dans nombre de ses toiles en la magnifiant comme une icône libre des temps modernes. Mariés civilement en 1934, Gala intimement associée à son travail sera son agent, organisant ses expositions et s’occupant de la vente des tableaux. Dali fut un peintre prolifique avec plus de 1600 œuvres répertoriées.

Dans les années 30, Dali sympathisa avec le romancier Julien Green; celui-ci lui rendit régulièrement visite dans son atelier. "l’œuvre qui doit plaire, fait plus, elle charme au sens fort et magique. À travers la forêt vierge des énigmes, Dali est parti à la conquête du monde de la peinture pour offrir à notre mémoire des horizons nouveaux" d'après Julien Green.
En 1931, Dali peignit une de ses toiles les plus célèbres "La Persistance de la mémoire" plus connue sous le nom des "Montres Molles." En association avec le sculpteur Giacometti, Dali réalisa différents objets surréalistes.
Dès 1933, Dali et Gala se rendirent aux États-Unis pour exposer 25 œuvres. Tous les deux s’intégreront parfaitement à la haute société new-yorkaise. Dali créera pour Alfred Hitchcock des décors de la séquence du rêve, le film "Spellbound" en français "La maison du Dr Edwardes."

La Mémoire de la femme-enfant, huile sur toile 1929, détails représentant Napoléon et la Joconde, un nu féminin en souffrance, l'Angelus de Millet, des fourmis symbole de la décomposition et des clés des multiples mystères et enfin un accident surréaliste avec une Cadillac. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
La Mémoire de la femme-enfant, huile sur toile 1929, détails représentant Napoléon et la Joconde, un nu féminin en souffrance, l'Angelus de Millet, des fourmis symbole de la décomposition et des clés des multiples mystères et enfin un accident surréaliste avec une Cadillac. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
En 1940, le couple s’installe aux États-Unis où une rétrospective d’une soixantaine de ses œuvres obtient un immense succès, Dali surnommé par les Américains "Mr Surrealism" exposera pendant deux ans dans huit grandes villes américaines lui assurant ainsi à la fois sa notoriété mondiale et sa fortune. "La différence entre les surréalistes et moi, c’est que je suis surréaliste."  expliquait Dali. Son ami, André Breton le surnommera d’ailleurs: "Avidadollars" anagramme de Salvador Dali. C’est en 1948 que Dali publiera son traité "50 secrets magiques", une étude dans laquelle il attribua des notes artistiques aux grands maitres du passé sur la base de critères techniques, de couleur, d’inspiration ou d’originalité.

Dali était un grand connaisseur de l’histoire de la peinture, l'une des salles montre le parallèle direct entre les grands maîtres classiques tels que Vermeer, De Vinci, Raphaël, Velasquez, plus près de nous Ingres, Millet ou Picasso. Dali aimait à déclarer lors d’une interview en 1958: "si je compare mes toiles à celles de la Renaissance, à celles de Raphaël par exemple je me rends compte du désastre total de toute mon œuvre. Mais cela n’empêche que je suis, grâce à mon style, l’un des meilleurs artistes actuels."

Dématérialisation près du nez de Néron, huile sur toile 1947. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
Dématérialisation près du nez de Néron, huile sur toile 1947. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
Dans les années 60, Dali rencontre Amanda Lear à qui il donne des cours de peinture. Avec l’accord de Gala, elle lui servira de modèle et deviendra son égérie pendant une quinzaine d’années.
En 1983, Dali venu assister à un concert de hard rock américain (qu’il définissait comme un show surréaliste) sympathise avec le chanteur Vincent Fournier de son nom de scène Alice Cooper. Dali lui propose de participer à un projet artistique en devenant son premier hologramme animé actuellement visible au musée Dali à Figueras. À cette occasion Dali avait modelé une sculpture du cerveau d’Alice Cooper qui lui avait demandé "Puis-je l’avoir?" Dali égal à lui-même lui avait répondu "Bien sûr que non, ça vaut des millions".

William Chatelain, le scénographe de l’exposition, s’est inspiré de la maison de Portlligat à Cadaqués achetée en 1930 avec sa femme Gala, véritable territoire intime de Dali et résidence principale où celui-ci aimait se retirer pour travailler. Au fur et à mesure de ses moyens financiers, ils transformèrent cette maison de pêcheurs située en bordure de mer en une fastueuse villa convertie depuis en musée Salvador Dali. C’est à Portlligat que Gala décédera en juin 1982. Dali emmènera Gala dans sa Cadillac jusqu’au château de Pubol qu’il lui avait offert et décoré de son inspiration créatrice; le château est devenu maison-musée du Château de Pubol.

L'influence des grands maîtres faisant référence directe avec ces tableaux à Vermer, Raphaël, Picasso et Velasquez. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
L'influence des grands maîtres faisant référence directe avec ces tableaux à Vermer, Raphaël, Picasso et Velasquez. Photos montage (c) Charlotte Longépé.
Le public ne verra pas ses célèbres montres molles, ni ses femmes tiroirs, mais par contre découvrira un tableau intitulé "Violettes Impériales" dont le titre fait suite à une projection en 1938 au cinéma de Monte-Carlo de cette opérette filmée. Séjournant pendant quatre mois à la villa "la Pausa" propriété de Coco Chanel à Roquebrune-Cap-Martin, Dali raconte qu’il s’était endormi pendant la projection et qu’au moment de se réveiller il avait vu quelque chose de ressemblant à ce tableau. La critique de l’époque verra dans cette toile sombre à l’atmosphère angoissante comme une prémonition de la Seconde Guerre mondiale.
Plus tard, Dali collabora avec Coco Chanel pour dessiner des costumes, des décors et des motifs de tissus ainsi qu’avec les Ballets russes de Monte-Carlo. Dali possédait d’ailleurs un appartement à Monte-Carlo où souvent il venait séjourner conduisant sa Cadillac immatriculée à Monaco.

Peut-on parler de Dali sans aborder sa méthode de paranoïa critique, procédé de création artistique inventé par lui-même en 1929 dont il a donné la définition suivante: "une méthode spontanée de connaissance irrationnelle basée sur l’objectivation critique et systématique des associations et interprétations délirantes". Tout un programme! Son premier tableau selon cette méthode sera peint en 1937 et intitulé "La Métamorphose de Narcisse".

Décor de l'exposition reprenant des vues du port de Figueras; Violettes impériales, huile sur toile 1938. Photos montage (c) Charlotte Service-Longépé.
Décor de l'exposition reprenant des vues du port de Figueras; Violettes impériales, huile sur toile 1938. Photos montage (c) Charlotte Service-Longépé.
Curieux de tout, Dali s’intéressera aux nouvelles découvertes scientifiques ainsi qu’aux récents procédés de l'holographie et des images stéréoscopiques.
Avec ce système, il peindra en 1977 plusieurs toiles doubles: "la main de Dali retirant une toison d’or en forme de nuage pour montrer à Gala l’aurore toute nue, très, très loin derrière le soleil" et "Dali soulevant la peau de le Mer Méditerranée pour montrer à Gala la naissance de Vénus" dont on peut comprendre plus facilement le système grâce à des lunettes 3D mise à disposition pour les visiteurs. Il représente une image presque identique mais peinte depuis des points focaux divergents, pour produire un effet de troisième dimension. Chaque œil regarde une des images, le cerveau en retranscrit donc une impression de profondeur.

Monaco se décore des figures mythiques de Dali, ici sur l'esplanade du Grimaldi Forum. Photo (c) Charlotte Longépé.
Monaco se décore des figures mythiques de Dali, ici sur l'esplanade du Grimaldi Forum. Photo (c) Charlotte Longépé.
Avec son iconique fine moustache Dali est une figure marquante du courant surréaliste, un grand créateur et un artiste total puisqu’à la fois: peintre, graveur, sculpteur, scénariste, photographe et écrivain. Dali possédait certainement un égo surdimensionné puisqu'il se considérait comme un génie "le surréalisme c’est moi" disait-il, où bien jouait-il un personnage se moquant de lui-même comme nous pouvons le deviner en visionnant les reportages vidéos de l'artiste. Il (sur)joue le personnage de l'artiste car "l’unique chose dont le monde n’aura jamais assez est l’exagération", ayant bien compris les codes médiatiques modernes "celui qui veut intéresser les autres doit les provoquer".

Andrew Strauss de Sotheby’s donne une définition assez juste de l'artiste précurseur: "Dali a travaillé à la construction de sa popularité à l’échelle mondiale précèdent en cela le peintre de pop art, Andy Warhol, dans sa stratégie du culte de l’artiste star."
"Entrez, entrez dans mon cerveau" disait Dali, pour comprendre sa peinture!









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            



Facebook