Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Geishas: un paradis perdu


Le terme de geisha signifie littéralement: "personne pratiquant les arts". Elles sont des artistes, fines spécialistes des arts traditionnels japonais et s'érigent en ce sens en gardiennes de la culture japonaise. D’où viennent donc ces conceptions erronées dont elles sont la cible depuis leur apparition? Gros plan sur ces femmes de haut rang.


Illustration. Image du domaine public
Illustration. Image du domaine public
geishas.mp3 Geishas.mp3  (831.94 Ko)

Être geisha est une profession à part entière, d'où l'officialisation en 1779 par le gouvernement japonais du métier de geisha.
La Gei (Art) Sha (personne) a pour but de divertir, notamment à l’occasion de réceptions, déjeuners d'hommes d'affaires, ou encore spectacles, par l'art. Elle a une maîtrise parfaite de la danse traditionnelle, des instruments japonais, du chant, de la poésie et de l'art de la conversation. De ce fait, les geishas sont dotées d'une grande culture générale afin de converser aisément avec leurs clients.

Être geisha est une profession ultra codifiée et requiert une discipline d'acier doublée d’une motivation ardue. Leur formation, en plus de l'école, s'étalent sur des années de travail intensif qui peuvent s'avérer très rudes. Devenir geisha signifiait tout bonnement renoncer à son adolescence et plonger tête la première dans un ascétisme parfois difficile à supporter: leur kimono devait être ajusté au millimètre près, de même que le maquillage et la coiffure.


Comment a-t-on donc pu associer des artistes à des prostituées?

En plus d'être trompés par ces prostituées qui se disent geishas, notre faute est d'essayer de calquer les configurations d'une civilisation que l'on connaît et qui est nôtre, sur une autre dont les prismes de vue sont complètement différents. Ainsi, on regarde un fait de nos yeux biaisés et on colporte ce que l'on croit voir sans faire l'effort d'essayer de comprendre. Ce qui est hors de nous n'est pas inaccessible, il faut simplement intégrer la possibilité de la différence.



18/08/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Expo Alphonse Mucha - 20/10/2018

Expo Henry Moore - 17/10/2018

Le podha - 15/09/2018

1 2 3 4 5 » ... 83







Retrouvez le Podcast Journal :