Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Hommage au saxophoniste Steve MacKay


La disparition du saxophoniste des Stooges, Steve MacKay, laisse Iggy Pop seul aux commandes du célèbre groupe punk. Retour sur une carrière éclectique qui a marqué plusieurs générations.


steve_mackay.mp3 Steve MacKay.mp3  (652.92 Ko)

Iggy Pop a annoncé la mort du saxophoniste des Stooges, Steve MacKay, laissant ainsi le chanteur seul survivant du groupe originel. Le saxophoniste, qui a notamment marqué les aficionados du groupe par son influence dans l’album "Fun House", est décédé à 66 ans d’un sepsis, une infection générale de l'organisme. Lui et son saxophone ont notamment été salués pour leur impact dans la musique des Stooges en bousculant les codes du rock de l’époque avec les morceaux "1970" et "Fun House".

Son histoire au sein du célèbre groupe punk a connu des rebondissements: engagé deux jours à peine avant l’enregistrement de leur premier album, Steve MacKay est renvoyé des Stooges six mois plus tard pour finalement les rejoindre sur scène en 2003 lors du Coachella Valley Music and Arts Festival. Entretemps, il a collaboré avec plusieurs artistes dont Violent Femmes, Snakefinger, Commander Cody, Smegma, Zu, Andre Williams, The Moonlighters ou encore Clubfoot Orchestra. Il s'est également essayé à d'autres disciplines, devenant tour à tour électricien et dessinateur de comics.

Parallèlement à toutes ces activités, Steve MacKay a pris le temps de se faire discret durant quelques années, ce qui lui a valu une nécrologie prématurée par le journaliste de rock, Nick Kent, à la fin des années 70. Iggy Pop a rendu hommage à son ancien camarade de scène sur les réseaux sociaux: "Steve était un Américain classique des années 60, plein de générosité et d’amour pour quiconque croisait son chemin. À chaque fois qu’il a porté son saxophone à ses lèvres et a joué, il a éclairé ma route et mis la lumière sur le monde entier. Il était un cadeau pour son groupe et sa génération. Le connaitre, c’était l’aimer".



24/10/2015










Retrouvez le Podcast Journal :