Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Israël: Projets d'expulsion forcée visant des villages bédouins

Communication de notre partenaire


Aux termes du Projet de loi de 2012 relatif à la régularisation des habitations bédouines dans le Néguev, adopté par le précédent gouvernement, au moins 30.000 Bédouins vivant dans le désert du Néguev/Naqab, dans le sud du pays, sont menacés d'être expulsés de leurs villages, qui n'ont jamais été officiellement reconnus par le gouvernement israélien.


isr.mp3 Israel.mp3  (350.16 Ko)

"Expulser de force des dizaines de milliers de Bédouins des villages où ils vivent depuis des générations ne peut se justifier au nom du développement économique ni de tout autre motif – les nouveaux dirigeants d'Israël doivent avoir le courage de s'aventurer là où leurs prédécesseurs ont ignoré les normes relatives aux droits humains. Dans les faits, ce projet de loi envoie les communautés bédouines dans un désert des droits humains, en privant des citoyens déjà vulnérables des garanties juridiques contre les démolitions de logements et les expulsions forcées. C'est une violation flagrante du droit international", a indiqué Ann Harrison, directrice adjointe d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Les Bédouins en Israël sont confrontés à une discrimination endémique et, depuis des années, les démolitions traumatisantes préfigurent les expulsions forcées. Si le projet de loi est adopté, il ouvrira la porte au renforcement de ces pratiques. Toutefois, au lieu de renoncer complètement aux projets d'expulsion, la loi propose simplement d'échelonner dans le temps les ordres de démolition.

Les représentants du gouvernement en charge des projets d'expulsion ont à maintes reprises cité le cas du village de Wadi Naam, exclus des cartes, comme illustrant les mesures de relogement dont bénéficieront les Bédouins au titre du projet de loi. Les habitants de Wadi Naam souhaitent quitter leur village, en raison des conditions dangereuses engendrées par l'usine chimique et d'autres industries situées aux alentours. Cependant, ils restent très attachés au fait de pouvoir préserver leur mode de vie basé sur l'agriculture.
Les premiers habitants se sont installés à Wadi Naam dans les années 1950, après avoir été expulsés de leurs terres ancestrales dans le désert du Néguev/Naqab, dans le sud-ouest du pays. Les habitants ont expliqué à Amnesty International qu'ils s'opposent clairement au projet du gouvernement de les reloger à Segev Shalom, sur un site assez proche de l'usine de produits chimiques, où ils ne pourraient plus élever du bétail. Ils préféreraient retourner sur leurs terres ancestrales.

Wadi Naam compte parmi des dizaines de villages de Bédouins qui seraient concernés par les projets de développement actuels. "Si ce projet de relogement des habitants de Wadi Naam constitue le meilleur scénario pour le gouvernement, que doit-on craindre pour les autres villages exclus des cartes?", s'est interrogée Ann Harrison.

27/04/2013




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :