Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Sara HABA

L'EAU... TAGE


Avec un déficit en eau qui s’élève à 350 millions de mètres cube, Israël a vécu l’été le plus rude. Mais, si le manque de pluie empêche les Israéliens de remplir leurs piscines, les Palestiniens, eux, sont victimes de coupures d’eau chroniques. Quand la crise de l’eau s’accentue en Israël, la situation devient plus qu’alarmante du côté des Territoires. Zoom sur l’eau en Palestine, une ressource rare, convoitée et dérobée.


Le liquide n'est plus au coffre... Il est sur le toit
Le liquide n'est plus au coffre... Il est sur le toit
« Nous n’avons plus une goutte d’eau depuis deux jours », « Des fois, le robinet coule, des fois il n’y a plus rien, alors on garde toujours un seau rempli d’eau ». Si ces deux citations ont été recueillies à Bethléem, il n’est pas rare d’entendre ce genre de phrases dans toute la Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Et pour cause, Israël, qui contrôle les ressources en eau du pays, limite considérablement l’approvisionnement des Palestiniens en eau. Les livraisons sont de plus en plus réduites, voire même arrêtées dans certaines villes cisjordaniennes. Un système de quotas a été mis en place par la compagnie d’eau israélienne Mekorot et un métrage du débit permet d’évaluer la consommation des Palestiniens, et de la réduire. Soumise aux restrictions de Mekorot Company, la communauté palestinienne a donc dû trouver des approvisionnements alternatifs pour palier aux quantités d’eau limitées à certaines heures ou certains jours.

Partage inégalitaire

L'eau... une quête quotidienne
L'eau... une quête quotidienne
Trouver une colonie israélienne privée d’eau en Cisjordanie relève pourtant de l’impossible. Les colons bénéficient de l’eau 24h sur 24 et des subventions font de leur denrée un produit au prix peu élevé. Pour accéder à l’eau, un Palestinien paye ainsi quatre fois plus cher que le colon. Seuls les Palestiniens les plus aisés peuvent donc se procurer l’eau des camions-citernes car la rareté de l’eau et les difficultés d’accès aux villages font, elles aussi, flamber les prix. Ce n’est qu’une fois que les besoins en eau des Israéliens ont été pris en compte que Mekorot pense à rendre l’eau à son propriétaire. Seul 25 % de l’eau de Cisjordanie et de la bande de Gaza reviennent aux Palestiniens. Un manque d’eau qui n’est pas sans conséquence sur leur santé puisque carences et déshydratations sont leurs principaux maux. Quant au stockage dans les réservoirs, il rend l’eau stagnante et impropre à la consommation. Parce qu’un pays ne peut se construire sans eau, la question de cette ressource ne devrait pas être laissée de côté comme elle l’a été dans les précédents accords de paix. Et si la création de l’Etat palestinien est aujourd’hui envisagée, il serait temps de rendre au pays le contrôle de ses propres ressources.

20/10/2008




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :