Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

L'actualité des droits humains et de leurs violations, au Moyen-Orient

Communication de notre partenaire


En Israël, les projets de colonies israéliennes illégales menacent les droits humains des Palestiniens


Amnesty International a exhorté les autorités israéliennes ce vendredi 15 octobre 2010 à abandonner leur projet de construction de 238 nouveaux logements dans des colonies israéliennes situées dans les territoires occupés à Jérusalem-Est.

"Les autorités israéliennes doivent immédiatement mettre fin à l’expansion des colonies à Jérusalem-Est et dans le reste des territoires occupés de Cisjordanie",
a indiqué Philip Luther, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International. "Non seulement ce projet de construction bafoue le droit international, mais il vient s’ajouter à la longue liste des atteintes aux droits humains que subissent les Palestiniens qui vivent dans les territoires occupés, notamment aux violations de leurs droits à un logement convenable et à l’eau."

Ce projet comprenant 238 nouveaux logements doit être réalisé dans les grandes colonies de Pisgat Zeev et Ramot, implantées en 1984 et 1974 respectivement. Pisgat Zeev compte désormais plus de 40 000 habitants et, comme à Ramot, les services y sont fournis par la municipalité israélienne de Jérusalem.

L'Administration israélienne des terres et le ministère israélien de la Construction et du Logement ont annoncé jeudi 14 octobre la construction de 80 logements à Pisgat Zeev et 158 à Ramot. Selon les médias israéliens, le Premier ministre Benjamin Netanyahou avait donné son aval à ce projet.

Bien que les quartiers de Pisgat Zeev et Ramot n’étaient pas concernés par le récent gel des constructions dans les colonies, qui ne s’appliquait pas à Jérusalem-Est, toute construction sur les territoires occupés est illégale au titre du droit international.

Israël a annexé de manière unilatérale 70,5 km2 de territoires occupés à Jérusalem-Est et ses environs au lendemain de la guerre de 1967.

"La discrimination fondée sur la nationalité et la religion caractérise la politique israélienne de colonisation", a affirmé Philip Luther. "Cette politique foule aux pieds les droits des Palestiniens de Jérusalem-Est soumis au Code pénal civil et de ceux qui vivent dans le reste de la Cisjordanie, régie par la législation militaire israélienne."

Les spoliations et le découpage de la Cisjordanie, y compris de Jérusalem-Est, ont un effet dévastateur sur la vie des Palestiniens. À Jérusalem-Est, 35 % des terres ont été expropriées pour implanter des colonies dans lesquelles vivent 195 000 Israéliens. Parallèlement, 13 % seulement de Jérusalem-Est, qui est déjà très construit, accueille plus de 250 000 Palestiniens.

Dans le reste de la Cisjordanie, quelque 40 % des terres sont désormais classées "propriétés de l’État" par Israël et sont souvent utilisées pour la construction des colonies. En outre, 21 % des superficies bâties des colonies se trouvent sur des terres palestiniennes privées.

Les confiscations, les saisies et les appropriations de terres pour la construction de colonies, de routes de contournement, du mur/barrière et d’infrastructures associées, débouchent sur l’expulsion forcée des Palestiniens.

D’après les Nations unies, en 2009 seulement, plus de 600 Palestiniens, dont plus de la moitié étaient des enfants, ont été déplacés à Jérusalem-Est et dans le reste de la Cisjordanie après que leur logement a été démoli sur ordre des autorités israéliennes, souvent pour laisser place à des colonies israéliennes.

Aux termes du Code de justice militaire israélien, les autorités ne sont pas tenues de proposer une solution de relogement ni une indemnisation aux familles palestiniennes expulsées de chez elles. Ce qui signifie que nombre d’entre elles se retrouvent alors sans abri et plongent dans le dénuement.

Enfin, la politique d’Israël consistant à implanter ses civils sur des terres occupés viole la Quatrième Convention de Genève et est considérée comme un crime de guerre, aux termes du statut de la Cour pénale internationale.

22/10/2010




1.Posté par Ndarozani Patrice le 22/10/2010 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce site me semble tres interessant dans l'explorartion des mes recherches

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.

Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :