Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Gérard G. Léopold di Offite

LA SAINTE DE MENOTTI A L'OPERA DE MARSEILLE


DIEU OU... ?


A LA REDECOUVERTE D'UN TRES GRAND COMPOSITEUR

Photo courtoisie (c) DR
Photo courtoisie (c) DR
A quelques années près les hommes se posaient et se posent encore la question : "Dieu ou… ?"
C’est peut-être la même question que Gian-Carlo Menotti s’est posé ainsi que ses contemporains, Poulenc et bien d’autres… D’autant plus que l’époque post 39-45 a du réveiller les consciences.
Œuvre peu connue du compositeur, mais fort ambitieuse, on y décèle une présence autobiographique. Le choix pour un italien américanisé de Little Italy est sans conteste important, bien que le compositeur s’en défende.
Menotti porte ici à l’extrême la souffrance aux limites du supportable. Il a tendance aussi à l’excès des sentiments mais comment quantifier la bonne mesure face à la "chose divine" ?
Incontestablement une vraie œuvre lyrique du XXe siècle avec tous les beaux accents italianisants, pucciniens et post-véristes.

C’est tout cela que Stephan Medcalf nous a donné fidèlement et d’une manière percutante.
La distribution vocale est ici le fruit de choix judicieux.
Celui de Karen Vourc’h s’imposait. Maladive, limite psychiatrique, cette sainte Annina à laquelle la chanteuse donne vie, avec une jolie recherche musicale et scénique, crève les planches, par de là même sa relative fragilité.
Atilla Kiss-B, véritable force de la nature, est un Michele d’une rare authenticité avec un médium large, couronné d’aigus percutants.
Remarquables compositions également de Sandrine Eyglier en Maria Coronna et de Giuseppina Piunti au timbre chaud et physique avenant d’une demoiselle répondant au doux nom de Désideria.
On a aimé également le timbre de Dmitri Oulianov. La sonore rondeur de Don Marco y est très présente.
Tous les autres artistes ou choristes méritent un satisfecit global.
Au pupitre, Jonathan Webb a donné à l’orchestre le juste poids qu’il fallait pour créer des climats et soutenir les interprètes sans jamais nuire à la compréhension du texte.


20/02/2010




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :