Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

La maladie d'Hashimoto : histoire d'une maladie invisible


Par Anne Thouvenin Rédigé le 15/04/2020 (dernière modification le 06/04/2020)

Quelques 6 millions de personnes, en France, souffrent d'une des diverses maladie touchant la thyroïde, cette petite glande en forme de papillon se situant dans notre cou. Bien que la plupart des maladies soient connues de tous, il y en est une plus discrète, et tout aussi contraignante : la maladie d'Hashimoto.


Hakaru Hashimoto, le médecin japonais ayant découvert la maladie en 1912. Photo (Researchgate.net)
Hakaru Hashimoto, le médecin japonais ayant découvert la maladie en 1912. Photo (Researchgate.net)
maladie_d__hashimoto_histoire_d__une_maladie_invisible.m4a maladie d'Hashimoto histoire d'une maladie invisible.m4a  (3.82 Mo)

La maladie d'Hashimoto, communément appelée, thyroïdite d'Hashimoto, est une maladie auto-immune, découverte au début du XX siècle, par le docteur portant le même nom. Elle est la cause de plus de 80% des cas d’hypothyroïdie, touchant principalement les femmes, parfois de la même famille, sans qu'un lien génétique ne puisse expliquer cette particularité. Cependant, elle reste une maladie méconnue du grand public, et ce malgré le réel impact qu'elle peut avoir sur le quotidien des malades.

Etant une maladie auto-immune, la maladie d'Hashimoto se diagnostique en analysant le taux d'anticorps, appelés anti-thyroïdiens et anti-thyroperoxydase. Le diagnostic peut s'accompagner d'une échographie de la thyroïde, pouvant mettre en évidence des lésions, des nodules, mais également une atrophie de la glande thyroïdienne. Une fois le diagnostic posé, le malade se voit effectuer une prise de sang pour contrôler son taux de TSH (thyréostimuline), qui se retrouve élevé dans ce cas, caractéristique d'une hypothyroïdie. La solution alors proposée au malade, reste la prise d'un traitement à vie, le Levothyrox. Cependant, le traitement aidant uniquement à contrôler le taux de TSH, indispensable au bon fonctionnement du métabolisme, le malade se voit malgré tout affublé de divers symptômes, pouvant occasionner des gênes certaines dans son quotidien. Les médecins font principalement état d'une prise de poids, d'un état de fatigue important, de vertige, de visage bouffi, doigts boudinés, de troubles digestifs, de frissons, et parfois même de problèmes articulaires.

 

La naturopathie : un accompagnement nécessaire?

Les médecines naturelles, comme la naturopathie, proposent des alternatives pouvant améliorer le quotidien des malades d'Hashimoto, s'accordant également à tous patients atteint de maladie à caractère auto-immune.
En effet, les maladies, dites auto-immune, peuvent, en partie, prendre naissance dans les parois intestinales qui seraient détériorées. On parle alors d'hyperméabilité intestinale. Les naturopathes peuvent, en complément du traitement prescrit par le médecin, proposer de revisiter l'alimentation du patient, afin de limiter les agressions subis par les parois intestinales, et donc de limiter la sur-réaction du système immunitaire.
On retrouve principalement les recommandations suivantes : Manger en évitant le blé, limiter sa consommation de laitage, privilégier les produits bruts plutôt que transformés, associés à la prise de probiotique, et de condiments aux propriétés anti-inflammatoire, comme le curcuma.








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  



Facebook