Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

La vie de la princesse des Ursins est un roman


Par Rédigé le 22/01/2021 (dernière modification le 22/01/2021)

"Beau drôle" d'Yves Revert, publié le 6 janvier dans la collection La brune des éditions du Rouergue, nous plonge dans l’histoire franco-espagnole du XVIIIe siècle.


La pagode de Chanteloup près d'Amboise (c) Sébastien HOSY
La pagode de Chanteloup près d'Amboise (c) Sébastien HOSY
rue_des_jeux_16__4_.m4a "Beau drôle" d'Yves Revert.m4a  (2.65 Mo)

Il est actuellement journaliste au quotidien régional "La Nouvelle République du Centre-Ouest" et l’on peut aisément imaginer que lorsqu’il étudiait à la faculté des sciences économiques de Tours, il s’est intéressé au château de Chanteloup près d’Amboise, ou du moins à ce qu’il en reste, la pagode, la pièce d’eau, le parc et deux pavillons.

Yves Revert confesse que c’est justement en lisant il y a bien longtemps "un gros pavé sur un château", celui de Chanteloup en l’occurrence, qu’il fit la connaissance de Madame des Ursins. Il ne se doutait pas alors qu’elle deviendrait bien plus tard l’héroïne de son deuxième roman. Il découvrit aussi ses amours avec Monsieur d'Aubigny, son cadet de dix-huit ans qui, si l'on en croit la plume acérée de Saint-Simon, "suppléait aux insuffisances du mari". Le célèbre mémorialiste lui donnait le surnom de "Beau drôle", soit le "beau garçon".

Ce château fut construit en 1715 par Jean Bouteroue d’Aubigny grand maître des eaux et forêts de France en Touraine-Anjou et Maine, qui était propriétaire de ce domaine depuis 1708 et l’avait transformé un rendez-vous de chasse puis en château. Ceci grâce à l’argent amassé quand il était secrétaire de la princesse des Ursins à la cour d’Espagne. En 1729, un certain Monsieur la Valette, visitant la Touraine, ne tarit pas d’éloges sur Chanteloup. Nous n’en retiendrons que ceci "C’est un endroit qui mérite d’être vu et d’être admiré. Il y a peu de maisons de prince qui en approche ; un roi pourrait y loger". Quant à Madame du Deffand, elle dira vers 1770 quand le château est déjà la propriété de Choiseul "Aller à Chanteloup, c'est aller à la cour, c'est chercher le grand monde, les divertissements, se mettre au bon ton, acquérir le bon air".

Charles II, dernier souverain Habsbourg d’Espagne, meurt le 1er novembre 1700 sans descendance et fait de Philippe d’Anjou, petit-fils le Louis XIV, son héritier. Celui-ci avait quelque titre à cette succession, sa grand-mère Marie-Thérèse et son arrière grand-mère Anne d’Autriche avaient été des infantes espagnoles, et Charles II était le beau-frère de Louis XIV. Passons sur toutes les convoitises, les jalousies, les frustrations et finalement les guerres qu’entraîna cette désignation. Philippe d’Anjou a 18 ans devient Felipe V d’Espagne ; il épouse Marie-Louise Gabrielle de Savoie âgée de 14 ans.

La princesse des Ursins qui était une amie de la marquise de Maintenon est nommée camarera mayor de la jeune reine, c’est-à-dire première dame d’honneur. Née Marie-Anne de La Trémoille, à Paris en 1642, elle épouse à 17 ans le prince Blaise de Talleyrand-Chalais et vit plusieurs années en Espagne. Devenue veuve et couverte de dettes, elle se remarie avec un prince Orsini son aîné de 22 ans et francise son nom en des Ursins. Connaissant la langue espagnole et au courant des usages du pays, elle est choisie par Louis XIV pour chaperonner le jeune couple royal et aussi veiller sur les intérêts français. Rôle dont elle s’acquittera à merveille, sachant se rendre indispensable dans tous les domaines ,régentant tout, faisant et défaisant ministres et diplomates. Mais ses intrigues firent qu'on la renvoya en France en 1704.

Elle plaida habilement sa cause et revint en Espagne l'année suivante. Felipe V devient veuf le 14 février 1714 et la princesse des Ursins lui fait épouser Elisabeth Farnese. Sa rencontre avec la nouvelle reine fin décembre 1714 près de Madrid lui fut fatale, cette dernière la détesta d’emblée et demanda immédiatement son renvoi de la cour. Ce qui fut fait sans ménagement aucun pour ses 72 ans. Elle est jetée dans un carrosse qui roule par les chemins enneigés vers la frontière… La princesse des Ursins tenta bien une nouvelle fois de plaider sa cause mais en vain. Elle partit donc pour l’Italie et mourut à Rome le 5 décembre 1722. Elle est enterrée en l’église saint Jean de Latran. Elle ne profita jamais du château de Chanteloup où elle avait peut-être pensé finir ses jours.

Jean Bouteroue d’Aubigny décède en avril 1732 à Chanteloup. Sa fille, Adélaïde gardera l’ensemble des domaines acquis par son père. Le château sera vendu à Choiseul en février 1761.

Ces multiples aventures constituent les ingrédients d’un roman picaresque le plus abouti, genre littéraire éminemment espagnol. Et c’est ce qu’a voulu réaliser Yves Revert. Il le revendique d’ailleurs "Mes personnages peuvent être assimilés à des héros pas très recommandables, en marge de la société, et un peu prêts à tout pour conserver leur place". Le lecteur n’a qu’à se laisser emporter dans ce tourbillon incessant de rebondissements successifs magnifiquement écrits, autour de la princesse des Ursins, de ses succès, ses disgrâces, ses intrigues et ses amours.








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



Facebook