Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Le Centre de formation en coiffure et en esthétique de Cotonou Cap : pour une meilleure valorisation des techniques de coiffure


La coiffure, selon les normes admises, consiste à offrir à la clientèle tous les services touchant le traitement du cuir chevelu et l'entretien de la chevelure. A priori, l’exercice d’un tel métier nécessite une bonne dose de connaissances théoriques et pratiques. Mais au Bénin, c’est loin d’être le cas. La transmission des notions se fait encore pour la plupart du temps de manière artisanale. Bien au parfum de cette situation, le Mouvement ouvrier pour le développement économique et social du Bénin (Modes-Bénin) a décidé de rehausser le savoir-faire des coiffeuses béninoises en mettant à leur disposition un cadre de formation adéquat.


La messe qui sanctionne la cérémonie de libération (c) R. A. Dide
La messe qui sanctionne la cérémonie de libération (c) R. A. Dide
saloncoiffure4.mp3 saloncoiffure4.mp3  (609.42 Ko)

Au Bénin comme partout dans le monde, le shampoing et le traitement capillaire, la coupe, la mise en plis, la permanente, la décoloration et la coloration sont les principales activités de la coiffure. A cela s’ajoute les différentes tresses que les femmes africaines affectionnent particulièrement. Les qualités indispensables à l'exercice du métier de coiffeuse sont : une habileté manuelle, une aptitude physique qui autorise une station debout prolongée, un goût prononcé pour le contact avec la clientèle, une présentation irréprochable tant corporelle que vestimentaire et un sens artistique. Le goût et l'imagination sont aussi appréciés dans cette profession. De plus, il faut être curieux, ouvert à la mode, être persévérant, motivé dans son travail, consciencieux dans ses réalisations, avoir l’esprit d’initiative et ne pas avoir peur de se remettre en question.
Malheureusement pour l’heure, toutes ces exigences sont loin d’être les apanages des salons de coiffure à Cotonou. Bien qu’ayant sous leur responsabilité plusieurs apprenties-coiffeuses, rares sont les patronnes de salons de coiffure qui ce recyclent régulièrement soit pour développer leur savoir-faire ou pour se perfectionner et par ricochet assurer une bonne formation à leurs apprenantes.

Un outil de professionnalisation nécessaire

Aujourd’hui, c’est un euphémisme que d’affirmer qu’il se pose un cruel problème de formation des coiffeuses non seulement par rapport aux nouvelles méthodes et techniques d’exercice du métier mais aussi face au déferlement des produits cosmétiques, sources potentielles d’énormes risques tant pour les praticiennes que pour la clientèle.
C’est donc fort de ce constat et après une série de réflexions avec les groupements ou associations de coiffeuses et de coiffeurs des villes de Cotonou et de Porto Novo sur l’amélioration des conditions d’exercice de leur profession que le Mouvement ouvrier pour le développement économique et social du Bénin (Modes-Bénin) a mis sur pied un programme 2010-2011 d’appui et de professionnalisation du secteur, appuyé par Solidarité Mondiale (WSM) une ONG du Mouvement ouvrier chrétien de Belgique créé en 1979 et le Fonds paritaire de sécurité d’Existence via la Centrale Bâtiment-Industrie et Energie (toujours de Belgique). Trois priorités ont été ciblées : création d’un centre de formation professionnelle pour offrir des compétences nécessaires à des personnes désireuses d’apprendre la coiffure et l’esthétique ; l’amélioration de l’environnement et du contexte juridique de travail des coiffeurs et coiffeuses pour promouvoir et rendre le travail décent et rémunérateur et la protection sociale avec un accent particulier sur l’hygiène, santé et sécurité dans les salons, l’accès aux soins de santé et à la sécurité sociale.
Actuellement, le Centre de formation situé dans le quartier "Kpondéhou" de la ville de Cotonou et dont la construction a nécessité 46.199.452 F CFA (de 68% du coût proviennent des partenaires financiers soit 31.699.452 F CFA) est opérationnel depuis décembre 2010. Il accueille les enfants démunis ou déscolarisés désireux d’apprendre le métier de la coiffure ou de l’esthétique. Il est composé d’un grand atelier de formation en coiffure et esthétique équipé en matériels modernes, d’une salle de formation et d’alphabétisation d’environ 30 places meublée et équipée. On y trouve également un bureau de coordination et de gestion des activités du centre, le bureau du responsable du Centre et des toilettes.
Dans un premier temps, le Centre a démarré ses activités avec une équipe de six formateurs expérimentés qui ont préparé sa mise en route à savoir la conception des programmes, l’élaboration des manuels de formation théorique et pratique. Depuis le début de cette année, il dispose de deux formateurs permanents et d’une vingtaine d’apprentis en formation pour trois ans.

Un rêve qui devient réalité pour les coiffeuses et coiffeurs de Cotonou

Convaincues que leur profession n’est pas un métier de la rue comme certains le considèrent du fait que bon nombre de personnes s’y lancent sans formation, plusieurs coiffeuses estiment que la coiffure est un métier qui rapporte beaucoup socialement et financièrement. Il nourrit celui qui l’exerce même si les salons de coiffure sont dans tous les coins de rues au Bénin et se multiplient chaque jour. Elles sont persuadées aussi que le nombre de personnes qui dépendent de cette profession est très important. Aujourd’hui, les spécialités de services se diversifient sans cesse, comme la tresse, le coiffage de différents styles, la manucure-pédicure et autres services d’esthétique…
Cependant, nonobstant ce foisonnement favorisé par la facilité d’accès au métier, le chômage et la pauvreté, l’environnement du secteur n’est pas si favorable : la saturation dans le secteur, le caractère informel de la profession, l’absence de réglementation, l’enrichissement de l’Etat en ressources fiscales sans contrepartie pour la profession et pour les acteurs, la taxation des revenus laissée à l’appréciation du collecteur d’impôts, l’absence de contrôle de la qualité, de l’hygiène, des produits et du matériel utilisés, l’absence de normes standardisées de formation et de règles pour exercer le métier sont autant d’obstacles à son développement.
Aussi, tant pour le Modes que pour les professionnels de la coiffure, personne ne peut rester indifférent face à une telle situation dans un secteur potentiellement porteur. "Il est important d’avoir une assurance, de bonnes conditions de travail et d’avoir une retraite comme les autres travailleurs" souligne d’ailleurs Pascal Todjinou un des responsables du Mouvement. Le célèbre syndicaliste béninois, connu pour son franc-parler espère que les coiffeuses des deux plus grandes villes du pays vont s’approprier ce cadre d’apprentissage et de remise à niveau qui a tété érigé pour leur permettre de mieux s’épanouir dans leur métier. Bien évidemment, cela passe par une gestion rigoureuse, anticipative, prospective et une bonne politique de communication dont doivent se prévaloir les administrateurs du Centre. Pourvu qu’il en soit ainsi.


06/08/2011




1.Posté par todego le 20/06/2013 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je veux bien avoir votre contact pour vous joindre car ma soeur désire faire cette formation
merci

2.Posté par Foka le 14/11/2013 21:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cherche esthéticienne qualifiée et expérimenté pour poste a l'étranger

3.Posté par Missohou Moïse le 13/10/2015 07:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

votre contact telephonique s'il vous plait,j'ai quelqu'un qui est à la recherche d'une formation ...  

4.Posté par chaima le 04/01/2016 20:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonsoir puis je avoir vos contacts s''il vous plait j''aimerai faire cette formation

5.Posté par Rebecca le 01/04/2017 22:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis la pour chercher emploi coiffeuse.
61026296

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :