Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Le Sommet de l'Union africaine fait un pas en arrière pour la justice internationale

Communication de notre partenaire


La décision prise par l’Assemblée de l’Union africaine (UA) d’accorder aux dirigeants africains en exercice l’immunité contre les poursuites pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité représente un pas en arrière dans la lutte contre l’impunité et une déception pour les personnes victimes de violations graves des droits humains, a déclaré Amnesty International.


sommet_ua_1.mp3 Sommet_UA.mp3  (248.57 Ko)

Un communiqué officiel diffusé lundi 30 juin a confirmé que les chefs d’État et de gouvernement africains, qui se sont réunis en Guinée équatoriale à l’occasion du Sommet de l’UA les 26 et 27 juin, avaient voté en faveur d’une modification du Statut de la Cour africaine de justice et des droits de l’homme accordant aux dirigeants et à d’autres hauts fonctionnaires en poste l’immunité contre les poursuites devant cette juridiction.

"Alors que le continent africain lutte pour faire en sorte que les auteurs de violations graves des droits humains soient tenus de rendre des comptes, il est impossible de justifier cette décision, qui sape l’intégrité de la Cour africaine de justice et des droits de l’homme avant même qu’elle soit opérationnelle. Amnesty International est profondément déçue de constater que les chefs d’État et de gouvernement africains n’ont pas su montrer la voie pour veiller à ce que les victimes d’infractions relevant du droit international obtiennent justice, préférant se mettre à l’abri et prémunir les futurs dirigeants contre des poursuites en cas d’atteintes graves aux droits fondamentaux", a déclaré Netsanet Belay, directeur de la recherche et du plaidoyer pour l’Afrique au sein d’Amnesty International.

Indépendamment de la décision de l’Union africaine, la Cour pénale internationale conservera le droit d’enquêter sur les chefs d’État et de gouvernement pour ce type de crimes.



09/07/2014








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :