Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Le rédacteur en chef d'un journal menacé d'emprisonnement au Swaziland

Communication de notre partenaire


Au Swaziland, la lourde amende infligée au rédacteur en chef d'un journal pour entrave à la justice et les menaces d'emprisonnement proférées à son encontre par les autorités sont de nouvelles preuves de la répression de plus en plus agressive menée contre les médias indépendants et la liberté d'expression dans ce petit royaume d'Afrique méridionale, a déclaré Amnesty International.


swaziland.mp3 Swaziland.mp3  (394.45 Ko)

Le 17 avril 2013, Bheki Makhubu, rédacteur en chef du journal "The Nation" – l'une des dernières publications indépendantes du pays – a été reconnu coupable par la Haute Cour du Swaziland de deux chefs d'entrave à la justice pour avoir publié deux articles mettant en doute l'indépendance de la justice dans le pays. Il a été condamné à verser une amende d'un montant équivalant à près de 35.000 euros et il risque deux ans d'emprisonnement s'il n'en paie pas la moitié dans les trois jours.

"La condamnation de Bheki Makhubu revient tout simplement à incriminer l'expression non violente d'une opinion sur une question centrale pour l'état de droit, qui est en crise au Swaziland. Ces dernières années, nous avons pu constater que les autorités de ce pays tentaient en permanence d'empêcher les journalistes et les militants de dénoncer ou d'aborder les problèmes sociaux et les questions relatives aux droits humains", a déclaré Mary Rayner, chercheuse sur le Swaziland à Amnesty International.

Cette dernière condamnation survient dans un contexte de recrudescence récente de la répression, caractérisée notamment par des détentions arbitraires, un recours excessif à la force contre des manifestants, et des actes de torture contre des détenus. La Cour a rendu son arrêt contre Bheki Makhubu plus d'un an après l'examen de l'affaire.

"Les autorités du Swaziland doivent se conformer à leurs obligations internationales de respecter les droits à la liberté d'expression et de conscience, qui ont clairement été bafoués dans cette affaire", a souligné Mary Rayner.

26/04/2013








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :