Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Libye: Assassinat d’une éminente avocate

Communication de notre partenaire


Les autorités libyennes doivent veiller à ce que le meurtre d’une militante des droits humains, perpétré mercredi 25 juin à Benghazi, fasse l’objet d’une enquête approfondie et que les responsables présumés soient traduits en justice, a déclaré Amnesty International.


lib_4.mp3 Libye.mp3  (172.86 Ko)

Salwa Bugaighis, une avocate ayant joué un rôle important dans l’organisation des manifestations au début du soulèvement qui a provoqué la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, a été abattue chez elle à Benghazi par des assaillants non identifiés, le jour où les Libyens ont voté pour élire un nouveau Parlement.

"Avec l’homicide choquant de Salwa Bugaighis, la société civile libyenne perd l’une de ses personnalités les plus courageuses et les plus estimées. Malheureusement, c’est loin d’être le premier meurtre de militant commis dans le cadre des violences politiques qui secouent le pays depuis le soulèvement. Les autorités libyennes doivent faire tout leur possible pour que l’assassinat de Salwa Bugaighis fasse l’objet d’une enquête exhaustive, indépendante et impartiale, et que tout suspect soit amené à rendre des comptes – ce qu’elles ont manifestement omis de faire lors des précédents homicides politiques", a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International.

Salwa Bugaighis défendait l’égalité entre hommes et femmes et la participation politique des femmes. Elle était un membre fondateur du Conseil national de transition, qui a gouverné le pays après la chute du colonel Mouammar Kadhafi. Ces derniers mois, elle a travaillé comme membre du Comité préparatoire pour le dialogue national.

Salwa Bugaighis s’est fait tirer dessus, chez elle, le 25 juin, et a reçu plusieurs balles à la poitrine, au ventre et à la tête. Elle est morte peu après avoir été conduite à l’hôpital, selon un porte-parole du centre médical de Benghazi.
Son époux, Essam al Ghariani, membre élu du conseil municipal de Benghazi, est porté disparu et l’on craint qu’il n’ait été enlevé durant l’attaque.
Quelques heures avant d’être abattue, Salwa Bugaighis a accordé une interview téléphonique à la chaîne de télévision al Nabaa TV, dans laquelle elle évoquait les durs affrontements et les bombardements entre des unités de l’armée et des éléments islamistes armés dans une zone résidentielle près de la caserne de la brigade Rafallah Sehati, une milice islamiste.



04/07/2014








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :