Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Libye: Peine de mort pour un dessin humoristique?

Communication de notre partenaire


Deux responsables politiques pourraient être condamnés à mort en raison d’un dessin jugé insultant envers l’islam. Le verdict dans cette affaire est attendu ce dimanche 2 mars, a déclaré Amnesty International, qui demande l’abandon immédiat des charges retenues contre les deux hommes.


lib_2.mp3 Libye.mp3  (176.12 Ko)

Le dessin, qui représente un groupe d’hommes discutant du rôle des femmes dans la société, est paru sur une affiche du Parti national libyen lors de la campagne électorale pour les élections législatives de 2012 et a été affiché dans les rues principales des villes libyennes.

"Il est choquant que deux responsables politiques puissent se retrouver face à un peloton d’exécution pour un dessin publié sur une affiche de campagne électorale. Nul ne devrait être poursuivi en justice pour avoir exprimé librement ses opinions en public, même si certains peuvent les considérer comme insultantes. Les Libyens doivent pouvoir exprimer librement leurs opinions, que ce soit dans le cadre de discussions, sur une affiche, dans un poème ou dans un article. Il est absurde que cela puisse être considéré comme un crime passible de la peine de mort", a déclaré Said Boumedouha, directeur adjoint du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International.

Le dessin a suscité un tollé parce qu’il présentait, involontairement, le personnage utilisé plus tard pour représenter le prophète Mahomet dans une bande dessinée anti-islamique publiée par le magazine satirique français Charlie Hebdo. Cependant, l’affiche libyenne ne faisait aucune référence à l’islam ni au prophète Mahomet.

Ali Tekbali a déclaré à Amnesty International qu’il avait espéré que l’affiche remettrait en cause des stéréotypes sur les femmes véhiculés par certains groupes en Libye.

"Les accusations portées contre eux sont absurdes. L’affiche ne fait aucune référence à la religion. Le fait que cette affaire n’ait pas été classée sans suite depuis le départ adresse un message inquiétant, à savoir que la liberté d’expression est sérieusement menacée en Libye", a déclaré Said Boumedouha.

Fathi Sagher a déclaré à Amnesty International la semaine dernière qu’il espérait que tout se passerait au mieux et misait sur le fait que "certains juges dans les tribunaux libyens sont assez justes et courageux pour prendre la bonne décision".


Vidéo archive des élections législatives en Libye


02/03/2014








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :