Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Lutte contre la corruption en RDC: la science pour une thérapeutique appropriée


La science va-t-elle venir à bout de la corruption en RDC en particulier et partout au monde en général ? Nous sommes tentés de dire oui. Des nombreux sondages réalisés à des échantillons de personnes ; sur des questions précises donnent des pistes à exploiter. Les résultats obtenus peuvent aider les dirigeants et les activistes de lutte contre la corruption à affûter les armes et se mettre en ordre de bataille contre ce fléau.


Les indices de la pauvreté sont perceptibles (c)référence plus
Les indices de la pauvreté sont perceptibles (c)référence plus
Pour donner un diagnostic précis, aux gouvernants, les structures spécialisées de lutte contre la corruption ont recouru aux sondages d’opinion. Certains sondés, à la fois victimes et acteurs de la corruption ont pu réagir selon qu’ils se retrouvent dans un cas comme dans l’autre. Cependant, en République Démocratique du Congo, la corruption étant aujourd’hui reconnue comme un système de gestion, elle s’opère à ciel ouvert, sans gène. En dépit de cette manière de vivre, plus de 90% des sondés pour un échantillon de 3000 personnes reconnaissent même que la corruption est une mauvaise chose. Ainsi, répondant à la question de savoir, si la corruption était une bonne ou mauvaise chose, seulement 186 personnes, soit 6,2% ont soutenues que la corruption était une bonne chose. Tandis que 2 754 sondés, soit 91,80% reconnaissent que la corruption est mauvaise. Le taux d’abstention est de 2%.
Quant à savoir si les différentes personnes interrogées avaient déjà elles mêmes corrompues ?
Environ 51%, soit 50,87% disent oui, contre 45,27% de nom. Le taux d’abstention est d’environ 4%, soit 3,86%. Nous pouvons facilement conclure qu'environ 50% des Congolais qui travaillent ou occupent des rangs sociaux importants se retrouvent tantôt corrupteurs ou corrompus dans diverses circonstances.
La préoccupation relative aux victimes de la corruption a recueilli 56,20% de oui, soit 1686 sur 3000. Les non victimes de la corruption sont estimés à 38,73% ou encore 1 162/3000. Le taux d’abstention est de l’ordre de 5,07%.
La question contraire à cette dernière : avez-vous déjà été sauvé par la corruption ?
Environ 50% soit 48,60% disent oui et 46,80% soutiennent le contraire. Le taux de rejet et abstentions est à 4,6%. Ce résultat démontre l’ambigüité de la vie sociale en RDC. Vivant dans la précarité, la corruption bien qu’un mal est accepté comme solution juste parce qu’elle se présente comme une alternative à certaines difficultés de la vie. Si les gouvernants réussissent à diminuer la misère, les gens peuvent renoncer à la corruption.
Il ressort clairement dans la question suivante que la corruption est une mauvaise chose par la classification : en réponse à la question suivante : classez parmi les propositions ci-après, les conséquences les plus nuisibles de la corruption ?
La famine vient en première position, suivie des inégalités sociales, puis de la modicité salariale, pauvreté et injustice, impayés... Il est donc clair que la corruption entraîne des conséquences nuisibles à la bonne marche de la société.
Aussi, les réponses recueillies à la question : Pourquoi les gens se livrent-ils à la corruption en RDC, confirment les classements ci-haut.
Ils répondent en relevant que les gens se livrent à la corruption parce qu'il y a la misère (35%), la modicité des salaires (20%) ; tracasserie de la vie 13,82% ; cupidité 11,78%, compétition professionnelle ou concurrence pour gagner un marché 7,9% convoitise 5% ; famille nombreuse 1,4% etc.

Par ailleurs, pour maquiller toutes les opérations de la corruption en RDC et se donner la conscience tranquille, les Congolais utilisent les techniques ou vocabulaires qui atténuent la corruption : commissions, opérations retour, sur ou sous facturation ; double bordereau etc... Toutes ces techniques relèvent de la corruption.
En soutenant que la corruption a atteint des proportions inquiétantes en RDC, les sondages reconnaissent et classent les cours et tribunaux en tête des institutions les plus corrompues, suivies de l’Assemblée Nationale, du Gouvernement, de la Présidence et enfin du Sénat. Le mal est donc profond parce que le sommet de l’Etat est affecté pour des raisons autres que la précarité de la vie.
Revenant aux agents publics de l’Etat, la classification des plus corrompus, viennent en tête les policiers de roulage, magistrats, vérificateurs de douanes, députés, ministres, comptables etc…
Cependant, ceux qui se donnent à la corruption pour d’autres raisons que la misère, investissent cet argent sale dans des secteurs du développement. Il s’agit en première position du secteur de la construction maisons, ensuite l’achat des véhicules, les femmes, financements politiques par exemple, étude des enfants à l’étranger….
En retournant dans tous les sens, les questions sur les méfaits de la corruption en RDC, et la compréhension de cette pratique éhontée, tout le monde est d’accord de la nuisance de la corruption aux intérêts publics et procure des bénéfices personnels. Les réponses des sondés, la thérapeutique suivante est proposée. La répression sévère des faits de corruption. La conscientisation de la population, l’implication du chef de l’Etat et diverses autorités dans la lutte. Amélioration du revenu salarial est aussi un des éléments de la thérapeutique.
Exiger de prêcher par l’exemple, la promotion de la méritocratie, imposition du civisme. L’imprescription des faits de corruption etc…
Nonobstant ce schéma, le forum national de lutte contre la corruption en RDC et la table ronde des experts avaient soutenus qu’il est vivement recommandé que la RDC se dote des lois anti-corruption. Ils ont prévu qu’avant de passer à la phase de la répression généralisée, il est conseillé de commencer par une campagne de sensibilisation sur la prévention de la corruption. La répression peut ainsi venir en seconde position, selon le principe que nul n’est sensé ignorer la loi.
Ainsi, au niveau de la RDC, comme au niveau mondial, les concertations sur la corruption, les travaux scientifiques qui débouchent aux résultats donnent des pistes de solution ou des éléments indispensables pour venir à bout de la corruption. Toutes les antivaleurs prenant naissances dans l’homme, c’est aussi dans l’homme qu’il faut inculquer toutes les idées nobles de lutte contre la corruption.
L’académie internationale contre la corruption basée à Vienne et multiples structures à travers d’autres pays et en RDC, constituent des solutions scientifiques au combat contre la corruption.

13/08/2011








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :