Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Martinique – Guadeloupe : banane et biodiversité


La banane est le moteur de l’économie des Antilles. Pour pérenniser le secteur, les producteurs veulent allier production et biodiversité qui s’inscrit dans une économie de développement durable.


La production de la banane aux Antilles est apparue vers 1928-1930. C'est l’exemple type d’une diversification agricole réussie. La banane est le premier produit agricole d’exportation de la Martinique. Elle occupe près de la moitié des actifs agricoles. Selon la FAO, la Martinique a produit en 2008 environ 300.000 tonnes de bananes. Cela représente 0,33 % de la production mondiale de bananes, tout en n'occupant que 20,3 % de la surface agricole utile.

Dans les bananeraies vivent 273 espèces de plantes différentes et 72 espèces d’oiseaux. Pour préserver ce parc, les producteurs de la filière banane de Guadeloupe & Martinique on mit en place des pratiques durables participant de manière intelligente au retour et à la préservation de la biodiversité dans cet environnement.
Parmi ces pratiques :
- La réduction de 72 % de l’emploi des produits phytosanitaires (pesticide). Pour lutter contre les insectes ravageurs (insectes nuisibles pour les cultures agricoles, pour les arbres et la végétation en général) et plus particulièrement contre le charançon, un coléoptère dont la larve se développe à l’intérieur du bananier. Il existe des insectes comme les coccinelles, larves prédatrices ou les araignées. C’est une lutte biologique.

- La généralisation des jachères permettant la mise au repos temporaire d’une terre entre deux cultures,

- La rotation des cultures avec pour objectif la reconstitution de la richesse du sol et donc de sa faune et de sa flore,

- La sélection de plantes dites de couverture sous les bananiers, protégeant le sol du soleil, de l'érosion et également des adventices (les mauvaises herbes)

- La mise en place de corridors biologiques : haies et bandes enherbées en bordure des parcelles permettant la circulation des espèces.

Le bananier est un arbre qui a besoin de beaucoup d’eau et de chaleur. Avec des conditions climatiques très particulières, la Martinique et la Guadeloupe sont des endroits privilégiés qui méritent d’être préserver.

banane_antillaise.mp3 Banane_antillaise.mp3  (460.83 Ko)


09/02/2011




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :