Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Meilleur article de la semaine passée - Centre Padre Pio pour la prise en charge des malades mentaux: Sous la thérapie de l’amour


Oasis d’amour, lieu de vie, tranche de réhabilitation… Le centre Padre Pio de la commune d’Avrankou a ouvert ses portes en juillet 2004 pour accueillir les malades mentaux et leur offrir un espace de guérison et un nouveau départ dans la vie. En six ans, le centre a rendu beaucoup de service en s’imposant comme un label dans la prise en charge des «fous».


Photo de famille entre patients et responsables du Centre d’Avrankou. (Crédits: Eric GANSA)
Photo de famille entre patients et responsables du Centre d’Avrankou. (Crédits: Eric GANSA)
Par un matin du 8 février, la cour du Centre Padre Pio d’Avrankou est dans l’allégresse. Le sourire est sur toutes les lèvres. Dans les joyeux apartés, difficile de reconnaître malades et soignants qui forment ainsi une belle famille unie par les lois de l’amour. Franck, le visage un peu rembruni, vient d’arriver dans le centre et n’a pas encore totalement intégré la farandole de joie en vigueur ici. Franck est taciturne, sans doute encore sous le choc de tant d’années sans soins et d’errance dans la rue. Raflé dans les rues de Porto-Novo à quelques kilomètres d’Avrankou, il ne réalise pas encore qu’il puisse être au cœur de cette félicité.

C’est la spécialité du centre Padre Pio de parcourir les quartiers et les villages pour recruter les malades mentaux. Ils sont surtout dans les rues et les lieux de culte où, sous prétexte de délivrance, ils sont ligotés, battus jusqu’à ce que «le démon de la folie veuille bien les quitter». Et comme il est difficile voire impossible de délivrer quelqu’un qui n’est pas possédé, ces malades passent leur vie en étant enchaînés.
«Les malades mentaux sont comme Jésus Christ sur la croix, les deux bras étendus et les deux pieds bloqués par des fers, pourris, avec des vers… Nous sommes allés les libérer de leurs entraves, nettoyer les plaies, soigner les blessures, leur redonner leur dignité d’homme», raconte Grégoire Ahouangonon, promoteur du Centre d’Avrankou comme de deux autres au Bénin (Bohicon, Djougou).

Le centre se définit comme un lieu de soins et de réadaptation. Les 204 malades internés sont encadrés par un docteur psychiatre et un médecin généraliste assistés de deux infirmiers diplômés d’Etat et de quatre aides soignants. Depuis six ans que le centre est créé, 7 158 malades ayant été pris en charge par le centre d’Avrankou ont i[«recouvré la santé»
, selon la direction.
Au-delà de la prise en charge médicamenteuse, ce qui fait le label du centre d’Avrankou, c’est l’ambiance chaleureuse faite de chants et de danses généralement à la gloire de Dieu. «Chez nous, on échange beaucoup avec les malades. L’écoute est notre vertu cardinale», souligne Innocent Médji, directeur du centre. Il n’oublie pas de mettre l’accent sur une caractéristique majeure de la maison : le fait de mélanger les malades et ceux qui sont guéris. «Ces anciens sont les mieux placés pour comprendre les malades. Ces anciens sont aussi la preuve vivante que la maladie n’est pas une fatalité et que la guérison est possible», explique M. Médji. L’approche participative est la clé de voûte de la gestion du Centre d’Avrankou. Les malades sont au cœur des événements ludiques comme des activités de salubrité par exemple : les mercredis et les samedis, le nettoyage général de la maison est à l’ordre du jour. Et se fait selon l’équité genre : les femmes s’occupent d’une partie et les hommes de l’autre. «Nous sommes une famille et même s’il y a des disputes, nous réglons tout dans le dialogue. Ici, il n’y a pas de rancune, de tristesse…», croit savoir Mélanie, malade rétablie qui, pour montrer sa gratitude au Centre de l’avoir guérie, a renoncé à sa vie de famille.

Difficile réinsertion

Les séances de prière et de louanges à la Chapelle du Centre sont un véritable moment de communion.
Les séances de prière et de louanges à la Chapelle du Centre sont un véritable moment de communion.
Le Centre d’Avrankou est aujourd’hui victime de sa réputation. Plus de 75% des malades rétablis refusent de rentrer de peur sans doute d’échapper au cercle vertueux du Centre mais aussi d’être maltraités par leurs propres familles. «Il est courant que des malades qui sont partis d’ici guéris nous reviennent encore plus malades ou se retrouvent dans les rues parce que la réinsertion dans le milieu familial s’est mal passée», précise le directeur du centre. Et Grégoire Ahouangonou de rappeler aux familles : «la maladie mentale n’est pas un mauvais sort. C’est une maladie comme une autre qui demande l’attention de tous».

Pour réussir la réinsertion socio-familiale des malades rétablis, les promoteurs du centre ont créé une maison d’apprentissage et d’insertion socioprofessionnelle et économique. Dirigée par un ancien malade, cette maison située à 800 m du centre de prise en charge, est composée d’une série d’ateliers en coiffure, couture, teinture, boulangerie, tissage, élevage et agriculture. Ce lieu de formation draine une soixantaine d’anciens malades qui apprennent à se resocialiser par le biais d’activités génératrices de revenus. «Quand ils repartent chez eux avec un diplôme en poche ou la capacité de pouvoir exercer un métier, l’accueil de la famille est quelque peu amélioré. Ils ne sont plus des personnes à charge et le regard qu’on porte sur eux est forcément différent», explique Innocent Médji qui souhaite pouvoir offrir au malade qui veut partir des outils pouvant l’accompagner dans sa nouvelle vie. Le centre n’en a pas les moyens. C’est déjà avec beaucoup de peine que le centre pourvoit aux vêtements, à la nourriture et aux médicaments des malades. «Sans les dons des bonnes volontés, sans les vivres du programme alimentaire mondial, notre mission serait impossible. C’est très difficile pour nous», avoue M. Médji choqué que le gouvernement béninois et certains organismes internationaux restent insensibles à la souffrance des handicapés mentaux.
sous_la_therapie_de_l_amour.mp3 Sous_la_therapie_de_l_amour.mp3  (1022.86 Ko)


21/07/2010








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :