Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Mexique: Les défaillances du gouvernement concernant les étudiants disparus

Communication de notre partenaire


La déclaration du ministre de la Justice Jesus Murillo Karam annonçant que les 43 étudiants disparus en septembre pourraient avoir été tués et leur corps brûlés et jetés dans une rivière élude la question de la complicité du gouvernement dans cette tragédie, a déclaré Amnesty International.


me_1.mp3 Etudiants disparus Mexique.mp3  (202.45 Ko)

L’enquête sur ces disparitions forcées et exécutions extrajudiciaires a été limitée et incomplète, les autorités n’ayant pas cherché à remettre en cause la collusion persistante entre l’État et le crime organisé, qui est à la base de ces graves violations des droits humains, a déclaré l’organisation.

"Malheureusement, la disparition forcée de ces élèves-enseignants n’est que la dernière d’une longue liste d’horreurs survenues dans l’État de Guerrero, ainsi que dans le reste du pays. Les signes avant-coureurs de la corruption et de la violence sont présents depuis des années au vu et au su de tous, et ceux qui ont eu la négligence de les ignorer sont complices de cette tragédie", a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

Dans son compte rendu - le plus complet qui ait été fourni à ce jour sur la disparition des étudiants -, le ministre de la Justice n’a pas reconnu qu’il s’agissait d’un crime d’État, et non d’un incident isolé.
Il n’a pas évoqué non plus la négligence et la complicité de l’État dans les enquêtes sur la série d’accusations pesant sur le maire d’Iguala, ni le fait que les policiers fédéraux et locaux impliqués dans le meurtre et la torture d’autres étudiants d’Ayotzinapa en 2011 n’aient jamais eu à rendre de comptes.

Le maire d’Iguala, principal suspect de la disparition forcée des étudiants, est soupçonné depuis longtemps de corruption et de crimes graves. En juin 2013, l’une des victimes d’une attaque contre huit militants locaux, qui a fait trois morts, a indiqué que le maire avait participé directement aux homicides. Cette personne a fourni un récit détaillé, qui a été remis à un notaire par crainte des complicités au sein de la police. Le procureur de l’État n’a pas ouvert d’enquête sur ces allégations.

Malgré les éléments de preuve mettant en cause le maire, le dossier a semble-t-il été clos en mai 2014.



16/11/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 13





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :