Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Nigeria: Vague dévastatrice d’expulsions forcées

Communication de notre partenaire


De nouveaux éléments de preuve provenant d’images satellite révèlent la véritable ampleur d’une expulsion forcée ayant eu lieu à Badia-Est, dans la ville de Lagos, l’une des deux mégapoles d’Afrique.


Nigeria: Vague dévastatrice d’expulsions forcées
nigeria_6.mp3 Nigeria.mp3  (145.92 Ko)

Ces clichés, pris avant et après les démolitions effectuées par le gouvernement de l’État de Lagos le 23 février 2013, montrent clairement qu’une zone densément peuplée abritant des habitations en béton et d’autres structures a été complètement rasée.

On estime que près de 9.000 résidents de Badia-Est ont perdu leur domicile ou leurs moyens de subsistance. De hauts responsables du gouvernement de l’État de Lagos avaient cependant affirmé que cette zone était une décharge.

"L’expulsion forcée de février a eu des effets dévastateurs sur la population de Badia-Est, où des dizaines de personnes continuent à dormir dehors ou sous un pont non loin de là, exposées à la pluie, aux piqûres de moustiques et aux agressions physiques", a déploré Oluwatosin Popoola, spécialiste du Nigeria à Amnesty International.

Un nouveau rapport publié par Amnesty International et le Centre d’action pour les droits économiques et sociaux (SERAC) examine l’impact des démolitions et fait état des défaillances du gouvernement de l’État de Lagos. Les deux organisations demandent une suspension immédiate des expulsions de masse dans l’État de Lagos, jusqu’à ce que des garanties permettant de protéger la population contre les expulsions forcées soient en place.

Ce rapport met en relief l’impact dévastateur des expulsions forcées sur la vie des résidents. De nombreuses femmes dont les petits commerces ont été détruits le 23 février ont expliqué à quel point elles sont désormais dépendantes de leur famille et de leurs amis pour les produits de première nécessité. Certaines ont dit avoir contracté le paludisme ou la fièvre typhoïde depuis qu’elles vivent dehors, mais le coût des médicaments et des soins est désormais trop élevé pour elles.


21/08/2013









Dans nos blogs :

Que signifie être végan?

Devenir végan veut dire adopter un mode de vie respectueux des animaux. Cela passe avant tout par une alimentation végétalienne, mais aussi...

Tereza Kesovija sa carrière française à l'honneur (suite)

Depuis le 16 février 2018, il est possible pour les fans, les collectionneurs de posséder en digital les premières chansons de Tereza...



Retrouvez le Podcast Journal :