Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Paris serait-elle devenue le lieu privilégié d’expression de la solidarité africaine?


Six chefs d’État africains étaient présents à Paris, lors de la marche républicaine, dimanche dernier, pour témoigner leur soutien au peuple français. La présence des présidents africains aux côtés des Français a été peu appréciée par plusieurs Africains. Les critiques fusent sur la toile.


Boni Yayi pleurant à Paris, 12 Janvier 2015
Boni Yayi pleurant à Paris, 12 Janvier 2015
paris_lieu_privilegie_d__expression_de_la_solidarite_africaine.mp3 Paris lieu privilégié d'expression de la solidarité africaine.mp3  (208.37 Ko)

"C'est dans la douleur qu'on reconnaît ses vrais amis", dit un proverbe africain. Et ce, Boni Yayi (Bénin), Faure Gnassingbè (Togo), Macky Sall (Sénégal), Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Ali Bongo Ondimba (Gabon), et Mahamadou Issoufou (Niger), l'ont bien montré à la France et au reste du monde. C'était émouvant de voir par exemple le président béninois pleurer. Signe visible de la douleur qu'il éprouvait et partageait avec le peuple français. Tout cela est encourageant. Néanmoins, cela n’a été que très modérément apprécié par les Africains.

Que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans les conversations, ils ont peu apprécié le déplacement effectué par six de leurs présidents, pour soutenir les Français, après les attaques perpétrées contre la rédaction de Charlie Hebdo. Certains pensent que cette présence est une insulte au peuple africain, qui ne jouit pas de la liberté d'opinion et d'expression. D'autres estiment que la présence des chefs d’État africains aux côtés de François Hollande est le signe qu'ils supplient son amitié et sa tolérance, à l'approche des élections présidentielles dans plusieurs pays du continent. C'est ainsi que plusieurs internautes ont décidé d'apporter leur soutien au Nigeria, après l'explosion survenue samedi dans un marché, ayant causé la mort de près de 20 personnes.

L’on pouvait lire "Je suis Nigeria" ou des commentaires du type "Pleure Boni Yayi pleure! J’ai préparé ton paquet de mouchoirs pour le Nigeria, pour les morts du Kivu, pour les victimes du 4 mars 2012 au Congo, (…), garde-nous quelques larmes pour le continent".
Ces réactions peuvent être perçues comme une preuve de l’existence d’un malaise profond sur les différences de manifestation de la fameuse "solidarité africaine" aux niveaux régional et international, mais aussi de la nécessité de faire des progrès dans le domaine de la liberté d’expression.

La récente polémique rappelle tout de même que la perception de la France par les chefs d’État africains demeure ambiguë et surtout que les peuples ont des attentes profondes non satisfaites.



16/01/2015








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :