Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Philippines: Des policiers jouent à la roulette de la torture

Communication de notre partenaire


La découverte d’une cellule de torture secrète dans un local des services de renseignement de la police aux Philippines, où des policiers maltraitaient physiquement des détenus pour s’amuser en jouant à un jeu de "roulette", met en évidence le manque de contrôle des autorités sur la police dans le pays, a déclaré Amnesty International lundi 27 janvier.


philippines_2.mp3 Philippines.mp3  (231.43 Ko)

L’organisation appelle le gouvernement Aquino à agir immédiatement pour mettre fin à la torture commise systématiquement sous son autorité.

"L’usage de la torture par des policiers "pour s’amuser" est ignoble. Ce sont des actes odieux. Suspendre ces agents de leurs fonctions ne suffit pas. Les policiers dévoyés et leurs supérieurs doivent être amenés à rendre des comptes devant la justice", a déclaré Hazel Galang-Folli, chargée des recherches sur les Philippines au sein d’Amnesty International. "La torture est un acte criminel, et la direction de la Police nationale philippine doit faire cesser sa pratique dans ses rangs. Les autorités doivent veiller à ce que la torture et les autres formes de traitements cruels, inhumains et dégradants ne soient pas tolérées."

La Commission philippine des droits humains a découvert la table de "roulette de la torture" au cours d’une visite de routine des lieux. Les policiers avaient une liste de positions de torture, ou "conséquences de torture", choisies en faisant tourner une roulette. L’indication "30 secondes chauve-souris", par exemple, signifiait que le détenu était suspendu la tête en bas pendant 30 secondes. Si la bille tombait sur "20 secondes Manny Pacquiao", le détenu était roué de coups de poing pendant 20 secondes.

La Commission philippine des droits humains a indiqué que 44 personnes détenues dans les locaux des services de renseignement provinciaux de la Police nationale philippine à Biñan, dans la province de Laguna, avaient accusé au moins 10 agents des forces de l’ordre de torture et d’extorsion.


01/02/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :