Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Pouls d’une vie artistique indépendante à Shanghai 1/2


Premier studio de sérigraphie à produire des créations originales, Idle Beats affirme son rôle de pionnier dans la mégalopole chinoise.


Photo (c) Idle Beats Studio
Photo (c) Idle Beats Studio
idle_beats.mp3 Idle Beats.mp3  (947.44 Ko)

Niché au deuxième sous-sol d’une rue populaire, le studio Idle Beats ne se laisse pas approcher si facilement… ce qui renforce le charme de celui-ci! Après quelques tours et détours dans les mystérieux couloirs qui mènent à lui, c’est à tâtons que l’on pénètre dans ce lieu insolite.

Accueilli chaleureusement par Nini et Gregor, les fondateurs du studio, c’est avec surprise que l’on découvre qu’une véritable pépinière d’artistes y a établi son activité: en effet Idle Beats partage le sous-sol avec un collectif d’artistes qui propose régulièrement des événements, une boutique de vinyles et un bar: un lieu de vie artistique souterrain… authentique et bouillonnant!

Fondé à Shanghai en 2009 par Nini Sum (Chine) et Gregor Koerting (Allemagne) Idle Beats est le premier studio d’impression indépendant en Chine. Dédié à une création artistique passionnée et engagée, le cœur du studio repose sur la volonté d’explorer la nature et les possibilités qu’offre la sérigraphie. Le style unique du studio - un certain "fresh China look" - attire des collectionneurs non seulement chinois mais aussi étranger. Experts en sérigraphie, Nini et Gregor sont également deux artistes indépendants. Illustrations, peintures, installations, affiches de musique, pochettes d’albums s’ajoutent ainsi à la production d’impressions sérigraphiques. Ils collaborent régulièrement avec des musiciens, des marques, des labels sur divers types de projets.

Mais s’ils ont décidé de créer leur propre studio, c’est aussi pour pouvoir proposer un accès à la pratique de la sérigraphie, et ainsi donner les moyens à ceux qui le désirent – de l’amateur lambda au professionnel, en passant par l’étudiant en art - d’affirmer et de développer leur propre créativité, plutôt que de passer commande à des prestataires et se restreindre à des produits formatés. Ils proposent régulièrement des ateliers pour aider les participants à concrétiser leur projet, tout en leur enseignant les bases de la sérigraphie. Ils mettent également leur espace et leur matériel à disposition, pour permettre à un public confirmé de venir y travailler.

Véritable communauté, le monde de la sérigraphie s’établit sur la porosité d’avec les autres domaines artistiques et sur le partage des savoir-faire.



22/11/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Expo Alphonse Mucha - 20/10/2018

Expo Henry Moore - 17/10/2018

Le podha - 15/09/2018

1 2 3 4 5 » ... 83







Retrouvez le Podcast Journal :