Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Renaissance du Krak des chevaliers


Par Rédigé le 23/11/2020 (dernière modification le 18/11/2020)

Fin décembre 2018, Khazan Khanaf, un ingénieur syrien, annonçait le début de travaux de restauration de ce château-fort de l’époque des Croisades érigé au XIIe siècle à l'ouest de son pays. A une cinquantaine de km de Homs, localité elle-même située à quelque 160km au sud de Damas. Depuis 2006, il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.


Le Krak hébergeait une garnison de 2 000 hommes et possédait des vivres pour cinq ans au XIIe siècle (c) DR
Le Krak hébergeait une garnison de 2 000 hommes et possédait des vivres pour cinq ans au XIIe siècle (c) DR
rue_des_jeux_16__1_.m4a Renaissance du Krak des chevaliers.m4a  (1.42 Mo)

Pour Thomas Edward Lawrence plus connu sous le nom de Lawrence d’Arabie, qui le découvre à 21 ans en 1909, c’est le "plus beau des châteaux du monde, certainement le plus pittoresque que j’aie vu, une véritable merveille". Khazan Khanaf expliquait alors "Nous essayons de tout restaurer à l'état initial. Des obus lancés par les terroristes ont troué le toit de la chapelle. L'eau a commencé à pénétrer à l'intérieur. Le monument s'est retrouvé menacé. Nous avons restauré le toit par nos propres moyens".

Inutile de dire qu’il y avait beaucoup à faire. Lorsque les djihadistes se trouvaient à Homs, ce château-fort construit au XIIe siècle par l’ordre catholique militaire des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qui pouvait accueillir une garnison de 2.000 hommes était devenu leur état-major. Leurs chefs de guerre avaient installé leurs bureaux dans les anciennes cellules de la prison, les murs épais assurant une grande sécurité. De nombreux objets faisant partie du patrimoine ont été endommagés. Actuellement, les spécialistes syriens, doivent se contenter de restaurer le lieu par leurs propres moyens avec des petits groupes de bénévoles qui viennent du monde entier apporter leur aide. Armés de râteaux, de pioches, de pelles et de balais, ils se sont mobilisés pour débroussailler le site du château.

Plus de 400 étudiants ont participé, explique Naji Darwiche directeur d'un programme de responsabilité civique dans une université locale. La citadelle avait bénéficié en 2016 de l'aide d'archéologues hongrois pour restaurer notamment le clocher de l'église. Et des étudiants hongrois viennent de repartir après avoir participé à des fouilles archéologiques. Naïma Mouharatam, directrice du site qui dirige les opérations de débroussaillage après avoir géré des travaux de restauration raconte que le château avait fermé ses portes en 2012.

La restauration a cependant été interrompue par les restrictions liées au coronavirus, lesquelles ont aussi fait baisser la fréquentation du site rouvert seulement fin 2018. Naïma Mouharatam indique qu'"En 2019, il y avait eu 23.000 visiteurs et cette année seulement 5.000". Et d'ajouter "Le coronavirus a rétabli l'isolement de la citadelle". "J'espère que le jour viendra où j'assisterai à des concerts dans la citadelle, comme avant la guerre".

 








ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES









Recherche

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Facebook