Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Lydia Chabert-Dalix

Révolution tunisienne... oui mais ?

Vos articles dans votre Podcast Journal


Ils sont nombreux, scrutant la route, en attendant les arrivées des vols depuis l'Europe. Des taxis forment de longues lignes jaunes. Mais ces oiseaux migrateurs que sont les touristes boudent encore la Tunisie. Or, 400.000 emplois directs et quasiment autant indirectement, dépendent de l'économie touristique. Pour un pays qui compte 10 millions d'habitants, où le chômage vous laisse sans revenu, le sens du mot ATTENTE retrouve sa force. Petite enquête à Hammamet...


Illustration proposée par l'auteur
Illustration proposée par l'auteur
"Vous avez vu, nous faisons tout notre possible pour maintenir l’hôtel dans un bel état". De fait, le palace - appartenant à une grande chaîne - où je suis descendue est toujours incroyablement accueillant. Son directeur Monsieur Nueves admet aussi que "le plus difficile est d’annoncer à certains membres du personnel qu’ils sont en congé sans solde". Comprendre : sans travail ni revenu. Pourtant le personnel s’adapte à la grave crise que traverse la Tunisie depuis la Révolution. Les réceptionnistes portent les bagages, le jardinier repeint les couloirs. Toutefois, pas de client, pas de chiffre d’affaires. Et réduction du personnel. La reprise se fait attendre, même si je croise des touristes français "nous sommes ravis d’être en Tunisie et ne regrettons pas d’avoir écouté les conseils de notre agence de voyages. Ici il n’y a pas d’insécurité, les commerçants sont heureux de nous voir. Vous pouvez l’écrire. Le seul bémol c’est le vent de mars mais pour tout le reste nous sommes heureux".

Mes pas me conduisent vers "la bella Marina". Je m’offre un couscous royal et, après avoir réglé ma note, je bavarde avec les propriétaires du lieu. Abdelkader et Zied Khamri. Deux frères qui croient dans l’avenir de leur pays. Abdelkader, l’aîné avait ouvert un fastfood en 1997 grâce à l’aide de son père "j’ai travaillé un peu puis, en 2002 j’ai fermé six mois pour tout transformer. Je devinais que les touristes attendaient autre chose. J’ai pris contact avec des tours opérateurs et le hasard a fait que j’ai obtenu ma licence pour vendre de l’alcool". Le hasard ou le bakchich ? "Bien sûr sous le régime Ben Ali il fallait payer mais moi j’ai eu la chance d’avoir un client qui déjeunait dans mon restaurant deux fois par semaine et qui m’a obtenu la licence sans que j’aie à payer". Hasard et chance mais aussi beaucoup d’investissement personnel "en période touristique, l’été, nous employons une vingtaine de personnes et nous sommes ouverts de 10h du matin à 2h du matin". La révolution qui est passée par là a fait baisser le nombre de salarié de 20 à 8 personnes, ce qui n’empêche pas Abdelkader et Zied d’affirmer haut et fort "la Révolution est une très bonne chose. C’est un nouveau pays qui vient de naître mais qui laisse aussi parler ses racines". Zied s’est associé à son frère en 2009 après avoir obtenu une maîtrise de comptabilité. C’est lui qui évoque la suite "sans reprise touristique nous pouvons tenir… 3 mois… peut-être 5 mois… mais les touristes vont revenir. J’en suis certain. C’est dur maintenant mais nous récolterons les fruits de la révolution et dites aux Français que je les invite à venir dans un pays où une révolution a fait tomber une dictature !" Zied sourit et conclut l’entretien en déclarant "Retour au palace" où, par souci d’économies, les couloirs menant aux chambres ne sont qu’à demi éclairés. Dans cet hôtel superbe mais injustement déserté je pense à l’ambiance des films d'Hitchcock et me dis que si les révolutions ont du bon elles peuvent aussi pénaliser le peuple. Injustement. Et sans fondement. La Tunisie n’a jamais été aussi belle : elle vient d’enfanter un avenir à construire.

Optimiste avec une pointe d’inquiétude.
Hammamet, mars 2011
tunisietourisme.mp3 Tunisie_tourisme.mp3  (471.03 Ko)


14/03/2011




1.Posté par ramondo le 15/03/2011 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les tunisiens sont devant un défit,choisir entre le pain ou la dignité, la richesse ou la liberté...  

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :