Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Russie: Un blogueur politique remis en liberté surveillé

Communication de notre partenaire


Par J.N.B.L. Rédigé le 29/07/2013 (dernière modification le 28/07/2013)

Alexeï Navalny, leader populaire de l'opposition en Russie, avait été condamné à une peine de cinq ans de colonie pénitentiaire à l'issue d'un procès "motivé par des considérations politiques, pour des accusations très contestables de détournement de fonds", a déclaré Amnesty International. La police Russe vient de le remettre en liberté surveillée, jusqu'à son prochain procès.


rus.mp3 Russie.mp3  (214.08 Ko)

Alexeï Navalny est un blogueur russe très connu qui mène campagne contre la corruption. Au fil des ans, il a dénoncé les violations commises par plusieurs hautes personnalités politiques du parti au pouvoir, Russie unie (Yedinaya Rossiya), et par des personnalités proches du Kremlin, et révélé plusieurs affaires de détournement de fonds de grande ampleur, notamment des faits de corruption de haut niveau qui impliqueraient les principales compagnies pétrolières russes appartenant à l'État. Il mène activement campagne contre la fraude électorale et la réélection du président Vladimir Poutine et du parti Russie unie, et est devenu la figure de proue de plusieurs grandes manifestations de rue ces dernières années.

Son complice présumé et coaccusé, l'homme d'affaires Piotr Ofitserov, a quant à lui été condamné à une peine de quatre ans.

Amnesty International a demandé que les deux hommes soient libérés immédiatement. Tout nouveau procès doit s'appuyer sur des charges concordant avec les faits économiques présents dans le dossier, dans le cadre d'une procédure qui garantisse un contrôle adéquat des éléments exposés par des experts indépendants.

"Depuis le début, des éléments indiquent clairement que les poursuites pénales engagées contre Alexeï Navalny reposent sur des motivations politiques. La nature même des charges retenues contre lui est plus que douteuse et la manière dont sa culpabilité a soi-disant été établie soulève de sérieuses interrogations. Nous avons assisté à une parodie de poursuites et à une farce judiciaire. L'affaire a été classée sans suite à deux reprises en raison de l'absence de preuves, avant d'être rouverte sur ordre personnel du premier enquêteur de Russie", a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.








Rubriques thématiques | Les éphémérides quotidiennes | EUROPE | AFRIQUE | MOYEN-ORIENT | ASIE ET PACIFIQUE | AMÉRIQUES | AUSTRALIE ET OCÉANIE | A propos du site Le Podcast Journal





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



Facebook