Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Slovénie: Vingt ans après, la situation des 'effacés'

Communication de notre partenaire


"Les autorités slovènes doivent rétablir le statut juridique de milliers de personnes radiées du registre de la population slovène il y a 20 ans et les indemniser pour l'épreuve qu'elles ont subie", a déclaré Amnesty International.


Le 26 février 1992, quelque 25.671 personnes - c'est-à-dire environ 1 % de la population du pays - ont été illégalement radiées du registre slovène des résidents permanents. Il s'agissait principalement d'hommes et de femmes originaires d'autres républiques de l'ex-Yougoslavie qui vivaient en Slovénie mais n'avaient pas acquis la nationalité slovène après l'accession de cette république à l'indépendance. Privés de leurs droits économiques, sociaux et politiques, certains ont été forcés d'émigrer dans d'autres pays d'Europe. Ceux qui sont restés en Slovénie ont dû se faire passer pour des réfugiés ou même des demandeurs d'asile. Beaucoup ont perdu leur travail. Il y a eu quelques cas de suicides et d'autres décès dus à la pauvreté et au manque de soins médicaux.
Depuis, plusieurs décisions de justice ont été rendues contre cette radiation.

La Cour constitutionnelle de Slovénie a jugé deux fois que la révocation de la citoyenneté était illégale: une fois en 1999 et une fois en 2003. Elle a établi que la qualité de résident permanent des personnes concernées devait être rétablie avec effet rétroactif à la date à laquelle elles ont été radiées du registre.
En 2010, la Cour européenne des droits de l'homme a estimé que la Slovaquie avait violé le droit au respect de la vie privée et familiale, ainsi que le droit à un recours effectif d'un groupe de plaignants "effacés".
Un texte législatif de 2010 n'était pas allé assez loin pour répondre aux violations des droits humains dont ces personnes ont été victimes: les autorités n'ont pas rétabli le statut légal de tous les "effacés" et n'ont présenté aucun projet visant à réparer pleinement toutes les injustices commises, et n'ont en particulier rien prévu aucune indemnisation. Sur les 13000 personnes dont le statut juridique n'a pas été rétabli, seul un petit nombre ont déposé une demande en ce sens.

"Il est temps que les autorités slovènes agissent et fassent en sorte que les personnes mises au ban de la société, privées de leurs droits et de leurs papiers retrouvent leur place dans la société", a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International. "D'un geste, des personnes se sont vues priver d'accès aux soins de santé et à l'éducation, elles ont perdu leur maison, leur emploi et leurs revenus et ont été confrontées à l'extrême pauvreté et à la marginalisation. Considérées comme des migrants en situation irrégulière, beaucoup ont été expulsées du pays."
slovenie.mp3 Slovénie.mp3  (356.04 Ko)


05/03/2012




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :