Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Soudan: 500.000 civils forcés de fuir le Darfour

Communication de notre partenaire


Par J.N.B.L. Rédigé le 26/03/2014 (dernière modification le 24/03/2014)

Au cours de l’année dernière, presque un demi-million de personnes ont été forcées de quitter le Darfour en proie à la guerre, car les violences s’y aggravent.


sou_3.mp3 Soudan.mp3  (121.02 Ko)

Le rapport d’Amnesty International intitulé “We can’t endure any more: attacks against civilians in Central Darfur" contient des informations sur le sort de ces civils pris délibérément pour cibles, dans un contexte où sont également commis pillages, viols et homicides. On pourra y lire des témoignages de première main des victimes de la vague la plus récente du conflit du Darfour, qui dure depuis 11 ans.

"Les attaques délibérées lancées dans les secteurs civils afin de tuer ou de blesser des personnes constituent un crime de guerre, et une telle conduite témoigne d’un mépris total pour les principes élémentaires du droit international humanitaire", a déclaré Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique de l’Est d’Amnesty International.

Le rapport décrit les conséquences des combats dans le Darfour central entre deux tribus, les Salamats et les Misseriyas, qui ont ravagé des villages entiers et fait de très nombreux morts et blessés. Amnesty International a constaté que les deux parties au conflit ont pris délibérément les civils pour cibles. Des témoins ont relaté des offensives de grande ampleur menées par des milices armées, comprenant des membres des forces paramilitaires soudanaises, qui ont pris pour cibles les civils de la localité d’Um Dukhun, dans le Darfour central, et de ses environs.
"Ils se sont mis à tirer sur tout le monde, les enfants, les femmes, les personnes âgées. Ils hurlaient: Vous êtes des esclaves, cette terre nous appartient, ce n’est pas une terre d’esclaves, et nous allons tuer tout le monde."

"Les autorités soudanaises doivent sans délai juguler les forces paramilitaires, mener une enquête impartiale sur les attaques dont des civils auraient fait l’objet et contraindre à répondre de ses actes toute personne responsable de graves exactions", a déclaré Michelle Kagari.









Rubriques thématiques | Les éphémérides quotidiennes | EUROPE | AFRIQUE | MOYEN-ORIENT | ASIE ET PACIFIQUE | AMÉRIQUES | AUSTRALIE ET OCÉANIE | A propos du site Le Podcast Journal





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          



Facebook