Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Soudan: Homicides et actes de torture

Communication de notre partenaire


Il faut mettre un terme à la répression brutale de la contestation au Soudan, et les membres des forces de sécurité qui ont tué, blessé ou torturé des manifestants doivent être amenés à rendre compte de leurs actes, écrivent Amnesty International et le Centre africain d’études sur la justice et la paix (African Centre for Justice and Peace Studies, ACJPS) dans un rapport rendu public mercredi 3 septembre.


soud_2.mp3 Soudan.mp3  (224.69 Ko)

Ce rapport, intitulé "Excessive and deadly: The use of force, detention and torture against protesters in Sudan", examine un certain nombre d’informations faisant état de violations des droits humains commises ces deux dernières années contre des manifestants qui, dans la majorité des cas, se comportaient de manière pacifique. Il met en évidence une série inquiétante d’arrestations et de détentions arbitraires, d’actes de torture et de cas d’usage excessif de la force - notamment l’utilisation de balles réelles, qui a fait de très nombreux morts et blessés. Il fait ressortir aussi un climat d’impunité généralisé dans lequel les responsables présumés de ces violations ne sont pas amenés à rendre compte de leurs actes.

"La répression violente de la contestation, cela signifie que l’on emploie matraques, coups et tirs contre des personnes qui expriment un mécontentement légitime face aux mesures d’austérité et aux abus du gouvernement"
, a déclaré Manar Idriss, chercheuse sur le Soudan à Amnesty International.

"L’usage par les services de sécurité d’une force injustifiée ou disproportionnée, y compris parfois d’une force meurtrière, est le signe d’une volonté délibérée d’écraser la contestation. Fait alarmant mais emblématique de la culture de l’impunité qui prévaut au Soudan, les membres des forces de sécurité ne sont pas amenés à rendre de comptes"
, a déclaré Katherine Perks, directrice de programme à l’ACJPS.



07/09/2014








Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :