Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Thaïlande: La répression de la liberté d'expression

Communication de notre partenaire


Les autorités militaires de la Thaïlande doivent mettre un terme à la détérioration inquiétante de la liberté d’expression et de réunion pacifique, et notamment à l’utilisation effrénée de la loi relative au crime de lèse-majesté, a déclaré Amnesty International.


thailande_repression_liberte_d__expression.mp3 Thaïlande répression liberté d'expression.mp3  (175.71 Ko)

"Nous assistons à une spirale du silence en Thaïlande: de sévères et incessantes restrictions répriment la liberté d’expression et étouffent une société civile autrefois très dynamique. Supprimer tout espace de débat et emprisonner les critiques pacifiques en utilisant la loi répressive relative au crime de lèse-majesté n’aidera en rien à la "réconciliation nationale" promise par les autorités", a déclaré Richard Bennett, directeur du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International.

Celles-ci sont extrêmement intolérantes vis-à-vis de ce qu’elles perçoivent comme des critiques. La censure va des contrôles de séminaires universitaires aux pressions exercées sur les médias - les autorités appellent régulièrement les rédacteurs en chef et, ces dernières semaines, elles les ont menacés de poursuites s’ils contrevenaient aux restrictions concernant les sujets qu’ils peuvent couvrir.

Les réunions de plus de cinq personnes demeurent interdites. Dix-neuf manifestants pacifiques ont été arrêtés au cours du dernier mois pour avoir fait le salut du film "Hunger Games" et huit autres pour avoir distribué des tracts. Dans une autre affaire récente, le 8 décembre, les autorités auraient convoqué pour un interrogatoire une habitante du nord-est qui avait publié une photo sur laquelle elle et des amis portaient des vêtements noirs le jour de l’anniversaire du roi, le 5 décembre. Les personnes soupçonnées de "lèse-majesté" se voient régulièrement refuser la libération sous caution au motif que leur cas relève de la "sécurité nationale". Depuis son arrestation en 2011, Somyot Prueksakasemsuk, rédacteur de site Internet condamné pour lèse-majesté en janvier 2013, a vu ses 16 demandes de libération sous caution rejetées, y compris durant sa procédure en appel.

"Amnesty International considère toutes les personnes emprisonnées uniquement pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions comme des prisonniers d’opinion, qui doivent être libérés immédiatement et sans condition", a déclaré Richard Bennett.



21/12/2014




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :