Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Thaïlande: Un militant des droits humains emprisonné pour insulte à la monarchie

Communication de notre partenaire


La condamnation à 10 années d’emprisonnement d’un défenseur des droits humains qui avait publié deux articles considérés comme insultants vis-à-vis de la monarchie porte un sérieux coup à la liberté d’expression en Thaïlande, a déclaré Amnesty International.


Somyot Prueksakasemsuk, rédacteur en chef d’un magazine et militant des droits du travail, a été condamné par la Cour pénale le mercredi 23 janvier 2013 en vertu de la législation sur le crime de "lèse-majesté", pour avoir publié deux articles jugés diffamatoires à l’égard de la famille royale. Il est détenu depuis le 30 avril 2011. Les autorités ont rejeté plusieurs demandes de remise en liberté sous caution.
"Cette décision marque une régression. Somyot Prueksakasemsuk a été condamné uniquement parce qu’il avait exercé, pourtant pacifiquement, son droit à la liberté d’expression", a déclaré Isabelle Arradon, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. "Les autorités thaïlandaises ont recours de plus en plus fréquemment depuis plusieurs années à des inculpations pénales, notamment au titre des dispositions sur le crime de lèse-majesté, pour réduire au silence les voix dissidentes, même lorsqu’elles s’expriment pacifiquement. Des personnes sont emprisonnées uniquement parce qu’elles ont exprimé leur opinion. L’application de la loi sur le crime de lèse-majesté doit être immédiatement suspendue, et le texte doit être modifié de manière à mettre ses dispositions en conformité avec les obligations internationales de la Thaïlande en matière de droits humains."

La loi thaïlandaise punissant le crime de lèse-majesté rend ces infractions passibles d’une peine de 15 ans d’emprisonnement. Cette loi porte atteinte au droit à la liberté d’expression reconnu par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, que la Thaïlande a ratifié en 1996.
thailande_2.mp3 Thailande.mp3  (400.53 Ko)


01/02/2013




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 15





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :